Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus (Classiques Garnier, 2017)

Naturalistes et penseurs politiques, tels sont Alexander von Humboldt, Henry David Thoreau et Élisée Reclus en leurs essais. Décrivant la Terre et les hommes comme un tout universel qui n’écrase pas les singularités, leurs sciences sont écrites pour tous, esquissant une écologie encore inédite. Lire la suite

Appels à contribution et appels d’offre (juillet 2018)

10 juillet 2018 : Colloque « Fictions médicales », Université de Nantes, A. Schaffner, R. Tettamanzi. « Ce colloque accueillera par conséquent des propositions de communication très diverses sur la fiction narrative, le théâtre, le cinéma ; voici, sans exclusive, quelques-unes des directions qu’elles pourraient prendre :

  • Les représentations positives ou négatives du personnel soignant, de l’institution hospitalière, etc.
  • Le romanesque médical : qu’apporte la médecine à la fiction ? en quoi la médecine est-elle un moteur narratif ? qu’est-ce qu’une intrigue médicale ?
  • Le rôle de l’urgence dans la tension narrative.
  • La présentation des maladies : périodisation, récurrences, fréquence ; la maladie dans la fiction historique ou dans l’autofiction ; l’intervention médicale ou chirurgicale.
  • Le statut du patient : les relations établies entre soignants et patients ; la représentation du soin ; le cas des médecins atteints de maladie.
  • La dimension documentaire et biographique : il sera bienvenu de mettre l’accent sur certaines trajectoires médico-littéraires, en particulier quand il s’agit d’écrivains ou de cinéastes peu connus.

Le colloque portera plutôt sur la période fin XIXe-XXIe siècle. Mais il sera naturellement possible de remonter plus loin dans le temps pour présenter la genèse de certaines interrogations contemporaines. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution et appels d’offre (août 2018)

31 août 2018 : « Réinventer la nature : pour une approche écopoétique des littératures contemporaines de langue française (Tunis) », Sonia Fitouri-Zlitni ; Dorra Bassi, Rym Hamza, Hager Mazegue, Syrine Bahri. « Dans ce colloque, l’idée d’une réinvention de la nature servira de point de départ à une réflexion sur les possibles relations entre littérature et écologie. L’écopoétique y sera analysée comme ouvrant à la fois sur une réinvention esthétique et un renouvellement intellectuel et émotionnel de l’interaction de l’homme avec son environnement. […] Un autre objectif de ce colloque sera de problématiser cette question en contexte littéraire francophone, celui des littératures du Nord et du Sud, de voir si elles présentent les mêmes préoccupations et sensibilités environnementales, d’étudier quels auteurs et genres littéraires s’intéressent à cette question, et selon quelles modalités.  […] On s’interrogera également sur les liens que l’écopoétique peut entretenir avec les stratégies littéraires. La littérature ne recrée pas la nature. En revanche, elle réinvente sans cesse, par le travail de l’écriture, les interactions entre l’homme et la nature et les représentations de la nature que l’homme se fait. Notre manière d’habiter poétiquement le monde dépend inévitablement de notre manière d’habiter les mots. Les formes littéraires peuvent-elles  revêtir un sens écologique et proposer ainsi une théorie esthétique de la nature ? » Plus d’informations sur Fabula.

Épistémocritique, vol. 16. « Vers une épistémologie hispanique ». Dir. F. Gonzáles, A. Gamoneda.

Ce 16e numéro de la revue Épistémocritique est né dans le dessein de rendre un peu plus visibles les diverses lignes de recherche portant sur «la littérature et les savoirs» que l’on poursuit depuis ces dernières années en Espagne. Expression d’un engouement grandissant pour ces questions, aussi bien du côté des sciences que des humanités, Vers une épistémocritique hispanique est un ouvrage collectif réalisé dans le cadre du Projet de recherche ILICIA.

Accessible en ligne sur le site d’Épistémocritique.

Epistémocritique, vol. 15. « Savoirs et littérature dans l’espace germanophone ». Dir. H. Hildegard.

Ce 15e numéro d’Epistémocritique a pour objectif de présenter la recherche sur « Littérature et savoir(s) » dans les pays germanophones. Le rythme des publications  ainsi que la parution de plusieurs manuels témoignent de la vitalité de ce champ de recherche ; pour autant, celui-ci n’est pas homogène, au contraire : une variété d’approches et de positions différentes s’y sont développées, donnant lieu à des controverses parfois très vives.

Accessible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

Questions sur l’encyclopédisme. Le cercle des savoirs de l’Antiquité jusqu’aux Lumières. Nicolas Correard et Anne Teulade, éd. Epistémocritique

Actes du colloque international de Nantes, 5-6 juin 2014.

« L’essor de l’encyclopédisme numérique, dont le succès de Wikipédia est le signe le plus frappant, n’est pas sans bousculer un paradigme classique, qu’on croyait établi depuis Diderot et D’Alembert. Ce phénomène rend d’autant plus actuel le besoin de comprendre les origines de l’encyclopédisme tel que nous le connaissons : tout ce qui ne va plus de soi, depuis une ou deux décennies, n’allait justement pas de soi jusqu’à l’avènement de la modernité. La disposition en cercle des savoirs, sens étymologique de la notion d’encyclios paideia, suppose en effet un geste d’écriture, corollaire de la recherche d’un sens : l’accumulation des savoirs n’a pas toujours été tenue pour un effet positif ou pour une finalité propre de l’encyclopédisme, pénétré de discours moraux, philosophiques ou théologiques qui en conditionnent l’existence. Toute pratique de l’encyclopédisme suppose un imaginaire culturel des savoirs, que ce colloque entend explorer. »

Accesible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

Epistémocritique, vol. 14. « Greffes ». Dir. A.-G. Weber et L. Dahan-Gaida.

« Cette quatorzième livraison de la revue Epistémocritique est placée sous le signe de la greffe, métaphore que savants et écrivains ont mobilisée de façon massive pour figurer l’opération leur permettant de féconder leur propre domaine par des apports étrangers. Si les tensions entre les sciences et les lettres ont fait l’objet de dramatisations diverses, il n’en reste pas moins que les idées et les représentations n’ont jamais cessé de circuler d’un domaine à l’autre, de percoler d’un discours dans l’autre, selon des modalités aussi diverses que variables. Si elles existent donc bien comme des entités séparées, à travers des pratiques et des institutions, la navigation entre sciences et littérature reste toujours possible : la culture littéraire peut être utilisée comme véhicule du savoir et les savoirs peuvent féconder le terreau de la culture. […] La métaphore de la greffe végétale peut être utilisée, jusqu’à un certain point, pour décrire la pratique de l’écriture, littéraire et savante, qui repose sur l’insertion, en son sein, d’un élément « étranger » issu de la sphère opposée ou bien encore, sur l’articulation entre un « fond » littéraire ou savant et une « forme » littéraire ou savante. Mais le mot de greffe désigne encore aujourd’hui aussi bien le geste de l’horticulteur que son résultat. La figure de la greffe pourrait désigner ainsi l’étude critique, nécessairement rétrospective, des modes d’articulation de la science et de la littérature ou du discours scientifique et du discours littéraire, la manière dont ces analyses rétablissent des fractures ou des sutures là où il n’en eut peut-être pas, voire qualifient de « scientifique » ou de « littéraire » ce qui n’apparaîtrait pas nécessairement comme tel aux yeux d’un lecteur ou d’un auditeur contemporain. »

Accessible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

« Mécanique de la représentation. Machines et effets spéciaux sur les scènes européennes, XVe-XVIIIe siècles ». Revue d’histoire du théâtre, n° 278

« Couper des têtes, faire surgir un château ou une montagne, créer une tempête, allumer le feu… : autant de pratiques et techniques scéniques et para-scéniques qui, dès le XVe siècle au moins, fabriquent de l’illusion sensorielle et se perfectionnent pour toujours mieux ébranler le public. Croisant histoire des cultures matérielles et visuelles telles qu’elles sont continument mises en jeu pour la réussite d’un spectacle, ce volume vient rappeler que l’histoire des émotions au théâtre a aussi concrètement partie liée avec l’histoire des sciences et des techniques. »

Lire la suite

Actualité des colloques, journées, séminaires (juin 2018)

21-23 juin 2018 : « « En toutes sortes communiquer le plus secret de sa science » : Laurent Joubert, médecin et écrivain (1529-1582) », École Normale Supérieure de Lyon / Université Jean Moulin – Lyon 3 / Collegium de Lyon. Org. Ariane Bayle, Dominique Brancher, Michel Jourde. Programme et informations sur Fabula.

Un territoire en partage. Littérature et sciences au XIXè siècle (Elsa Courant, Romain Enrique, et. al.)

Ce recueil d’articles rassemble les actes d’un colloque de jeunes chercheurs, « Littérature et sciences au XIXème siècle », qui s’est tenu en 2015 à l’École Normale Supérieure d’Ulm. Ces travaux ont pour point de départ une enquête raisonnée sur la forme des croisements possibles entre des discours apparemment hétérogènes, en particulier par l’intégration de savoirs scientifiques au cœur de la création littéraire. Lire la suite

Appels à contribution et appels d’offre (septembre 2018)

1er septembre 2018Literary Knowledge, 1890-1950 : Modernisms and the Sciences in Europe. Six bourses doctorales de 4 ans en littérature comparée (MDNR – Université de Louvain). Le programme de recherche Literary Knowledge, 1890-1950: Modernisms and the Sciences in Europe vise à une meilleure compréhension de la fonction épistémique de la littéraire européenne occidentale entre 1890 et 1950. Il étudiera le rôle de la littérature dans la production de l’économie de la connaissance au sens large durant cette période. Plus spécifiquement, ce programme examinera les manières dont la littérature générant et diffusant des connaissances se rapporte aux sciences de la vie, aux sciences physiques et aux sciences humaines au sens large. Lire la suite

Appels à contribution et appels d’offre (juin 2018)

20 juin 2018 : Proposition de thèse subventionnée : Cartographie du Web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes (université de Lyon). L’équipe MARGE (E.A. 3712) de l’université Jean Moulin-Lyon 3 propose à un.e étudiant.e titulaire d’un Master 2 de Lettres, un doctorat sur le thème : « Cartographie dynamique du web littéraire francophone : Afrique et Caraïbes  ». Dans le cadre d’un programme de recherches destiné à identifier, dans l’ensemble des aires francophones, les productions littéraires nativement numériques (blogs, sites, réseaux sociaux), le doctorant/la doctorante sera chargé.e plus particulièrement d’explorer les réalisations de ce type dans les pays francophones. Il s’agira d’identifier les acteurs du web littéraire, d’étudier la poétique de ces productions, ainsi que les dynamiques de réseaux, qui redessinent actuellement une francophonie décentrée.  Lire la suite

Appels à contribution et appels d’offres (juillet 2017)

1er juillet 2017. « Science Fantasy », n° de Fantasy Art and StudiesExtrait : « Que ce soit en littérature, au cinéma ou en bande dessinée, quantité d’œuvres viennent interroger l’idée même de frontière entre les genres de l’imaginaire. Qu’est-ce qui sépare véritablement la Fantasy de la Science-fiction ? Comment définir les œuvres qui semblent mêler des éléments de l’une et de l’autre ? Et enfin le vocable Science Fantasy a-t-il pleinement lieu d’être, ou ce terme n’a-t-il été forgé que par méconnaissance de ce qui définit vraiment la Fantasy d’une part, et la Science-fiction d’autre part ? » Plus d’informations sur Fabula.

14 juillet 2017. « Le merveilleux scientifique en spectacle (1850-1940) », n° de la revue Itinéraires, coordonné par Laurent Bazin et Claire Barel-Moisan. Extrait : Il est important de  » se pencher sur cette relation privilégiée, quoique problématique, que la science entretient avec les univers du spectacle, en étudiant les formes et les contenus d’une telle interaction pendant le Second Empire et la Troisième République. Encadrée par des événements spectaculaires à forte visibilité (à une extrémité la toute première exposition universelle de Londres en 1851 suivie de près par celle de Paris en 1855, à l’autre en 1939 l’exposition de New York dédiée à « la construction du Monde de demain »), la période accompagne l’essor de la foi positiviste dans le progrès jusqu’à sa fragilisation dans de multiples périodes de crise, et sa remise en question radicale à l’occasion du second grand conflit mondial. Aussi se prête-t-elle tout particulièrement à une étude du merveilleux scientifique, dont il conviendra de se demander quelle place et quelle fonction il occupe dès lors qu’il fait l’objet de représentations quelles qu’en soient les formes (théâtrales, cinématographiques, événementielles, etc.). […] Les contributions sont ouvertes pour des articles relevant de l’histoire littéraire, de l’étude du texte théâtral, des arts du spectacle et du cinéma, et de l’histoire culturelle, afin d’étudier le merveilleux scientifique en spectacle, en France, entre 1850 et 1940. » Articles de 40 000 signes à rendre pour le 31 décembre 2017, après acceptation de la proposition (date limite, 14 juillet 2017). Plus d’informations (appel, bibliographie, contact) sur https://itineraires.revues.org/3516.

Appels à contribution et appels d’offres (juin 2017)

30 juin 2017. « (Humanités)n. Le potentiel infini des Humanités à l’ère du numérique »Rendez-vous de la Critique — FLUP – Porto, 30 oct. 2017. Extrait : « Le statut des Humanités dans le contexte contemporain, dévalorisées par rapport aux sciences dites « dures », exactes ou appliquées, continue d’engager un débat profond multi- et transdisciplinaire sur leur importance en tant que savoirs et garde-fou contre une déshumanisation de la culture, et particulièrement de la culture scientifique, plus précisément au moment où la critique amorce un tournant éthique et manifeste un souci axiologique. Il se trouve que la conjoncture et le cadrage pluriels de la recherche prennent aujourd’hui acte, voire fomentent et mobilisent des approches non cloisonnées des connaissances et des domaines scientifiques. […] Aussi devient-il capital de penser de plus en plus les tenants et aboutissants de l’interaction épistémologique à l’aune du tournant numérique, favorable qu’il est à la formation d’un champ particulier, celui des humanités digitales, où création, valorisation, diffusion, conservation, échange, partage et croisement de savoirs deviennent des maîtres-mots. » Plus d’informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (mai 2017)

4 mai 2017 « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». 5 rue de l’école de médecine (Paris), le séminaire « Sciences et Littérature » de Liliane Campos et Pierre-Louis Patoine reprend autour du thème des « Frontières de l’organisme ». Les séances de 2017 seront consacrées à la microbiologie et aux logiques planétaires dans la littérature, la performance et l’art contemporains

4 mai 2017 : « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». Présentations et réactions autour d’une conférence donnée par Bruce Clark (Texas Tech University).

EA 4398 PRISMES Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

URL DE RÉFÉRENCE

https://litorg.hypotheses.org

ADRESSE

5, rue de l’école de médecine, Paris