Revue “Sciences / Lettres” (J. Drigny et S. Pellet, dir.)

Depuis 2013, paraît sous le patronage de l’Ecole Normale (Ulm) et de PSL une revue d’intérêt pour le croisement des disciplines littéraires et scientifiques, la revue “Sciences/Lettres” (RSL) dirigée par Juliette Drigny et Sandra Pellet. Une belle initiative à saluer.

Extrait : “La Revue Sciences/Lettres est une revue électronique pluridisciplinaire dont l’objectif est d’étudier les interfaces entre les sciences et les lettres. Elle diffuse des travaux relevant de champs et de méthodologies différents, dont la mise en commun conduit à interroger les pratiques de la recherche, mais aussi à l’émergence de nouveaux objets.
Chaque numéro met l’accent, pour l’étude d’un thème (première rubrique), sur les conditions, les pratiques, les sources, les outils de la recherche (seconde rubrique). La revue est portée par l’École normale supérieure dans le cadre de la fondation Paris Sciences Lettres (PSL).”

Numéros parus :

Janvier 2013 : “Transferts culturels”

Février 2014 : “Epistémologies digitales des sciences humaines et sociales”

Mars 2015 : “Beaucoup de sens en si peu de mots. L’Occupation des sols de Jean Echenoz”

Avril 2016 : “Baba Yaga en chair et en os”

Plus d’informations sur https://rsl.revues.org.

Revue “Sciences / Lettres” (J. Drigny et S. Pellet dir.)

Depuis 2013, paraît sous le patronage de l’Ecole Normale (Ulm) et de PSL une revue d’intérêt pour le croisement des disciplines littéraires et scientifiques, la revue “Sciences/Lettres” (RSL) dirigée par Juliette Dorigny et Sandra Pellet. Une belle initiative à saluer.

Extrait : “La Revue Sciences/Lettres est une revue électronique pluridisciplinaire dont l’objectif est d’étudier les interfaces entre les sciences et les lettres. Elle diffuse des travaux relevant de champs et de méthodologies différents, dont la mise en commun conduit à interroger les pratiques de la recherche, mais aussi à l’émergence de nouveaux objets.
Chaque numéro met l’accent, pour l’étude d’un thème (première rubrique), sur les conditions, les pratiques, les sources, les outils de la recherche (seconde rubrique). La revue est portée par l’École normale supérieure dans le cadre de la fondation Paris Sciences Lettres (PSL).”

Numéros parus :

Janvier 2013 : “Transferts culturels”

Février 2014 : “Epistémologies digitales des sciences humaines et sociales”

Mars 2015 : “Beaucoup de sens en si peu de mots. L’Occupation des sols de Jean Echenoz”

Avril 2016 : “Baba Yaga en chair et en os”

 

Plus d’informations sur https://rsl.revues.org.

Living Matter / Literary Formes (20th-21rst centuries)

Extrait :

“Au fil des incarnations de la pensée organiciste, la matière vivante a été prise comme miroir de prédilection pour la forme littéraire. Or l’expansion des sciences du vivant au cours du XXe siècle, et en particulier les développements de la génétique, de la neurologie et de l’écologie pendant ses dernières décennies, ont remis en cause la vision de l’organisme comme système stable et autorégulé, le réinterprétant à la lumière de la plasticité, de l’épigénétique, des relations mouvantes entre les espèces.

Au cours de cette période, les sciences du vivant n’ont eu de cesse de nourrir l’imaginaire artistique, et leur influence sur le domaine des études littéraires est aujourd’hui en plein essor.

 

C’est cette relation triangulaire, entre les arts, les sciences du vivant et les études littéraires que ciblait la journée d’étude « Living Matter / Literary Forms », organisée à la Sorbonne Nouvelle en avril 2013, avec le soutien de l’équipe PRISMES.

 

Réunis par Liliane Campos, Yasna Bozhkova et Pierre-Louis Patoine, les actes de cette journée donnent un aperçu des multiples ponts reliant la forme vivante et la forme artistique.

 

Textes mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.”

 

Textes en ligne sur Fabula.

Corps / Texte. Pour une théorie de la lecture emphatique

Un ouvrage de Pierre-Louis Patoine

ENS éditions, 2015.

Extrait : Un livre peut-il faire mal  ? Plongé dans un texte littéraire, le lecteur fait parfois l’expérience de sensations tactiles, douloureuses, musculaires, viscérales. C’est la « lecture empathique ». Mais comment expliquer ce passage du sens au sensori-moteur  ? Neuropsychologie, phénoménologie, études culturelles, théories de la fiction et de la littérature sont ici convoquées pour répondre à cette question intrigante, au fil d’un parcours révélant les œuvres de quatre auteurs qui ont marqué la littérature américaine des années 1990 et 2000 (Dennis Cooper, James Frey, Chuck Palahniuk et Mark Z. Danielewski). En mettant l’accent sur l’expérience de la littérature plutôt que sur son interprétation, le modèle développé dans cet ouvrage permet de repenser la question de la valeur artistique en termes de puissance sensorielle et d’immersion, dessinant le projet d’une lecture plus corporelle, d’une lecture empathique.

Détails et table des matières sur https://books.openedition.org/enseditions/3992.

“L’Univers à Paris 1900”, d’Ahmad Zaki (1867-1934). L’exposition universelle à travers les yeux d’un lettré égyptien

Le Festival de l’histoire de l’art de Fontainebleau sera l’occasion de découvrir un ouvrage tout à fait original: « L’Univers à Paris 1900 », d’Ahmad Zaki (1867-1934), texte inédit racontant une visite de l’Exposition universelle de Paris en 1900 par un lettré arabe. Le livre, traduit pour la première fois de l’arabe par Randa Sabry, est accompagné d’essais éclairant l’histoire de l’architecture et est agrémenté d’une très riche iconographie en partie inédite.

Continuer la lecture

1913, la recomposition des sciences de l’homme

Florence Neveux, de l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (CNRS-EHESS) et de l’équipe LAHIC (Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture) annonce la parution du septième volume de la collection « Les Carnets de Bérose » (Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines) Continuer la lecture