Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus (Classiques Garnier, 2017)

Naturalistes et penseurs politiques, tels sont Alexander von Humboldt, Henry David Thoreau et Élisée Reclus en leurs essais. Décrivant la Terre et les hommes comme un tout universel qui n’écrase pas les singularités, leurs sciences sont écrites pour tous, esquissant une écologie encore inédite. Continuer la lecture

Épistémocritique, vol. 16. “Vers une épistémologie hispanique”. Dir. F. Gonzáles, A. Gamoneda.

Ce 16e numéro de la revue Épistémocritique est né dans le dessein de rendre un peu plus visibles les diverses lignes de recherche portant sur «la littérature et les savoirs» que l’on poursuit depuis ces dernières années en Espagne. Expression d’un engouement grandissant pour ces questions, aussi bien du côté des sciences que des humanités, Vers une épistémocritique hispanique est un ouvrage collectif réalisé dans le cadre du Projet de recherche ILICIA.

Accessible en ligne sur le site d’Épistémocritique.

Epistémocritique, vol. 15. “Savoirs et littérature dans l’espace germanophone”. Dir. H. Hildegard.

Ce 15e numéro d’Epistémocritique a pour objectif de présenter la recherche sur « Littérature et savoir(s) » dans les pays germanophones. Le rythme des publications  ainsi que la parution de plusieurs manuels témoignent de la vitalité de ce champ de recherche ; pour autant, celui-ci n’est pas homogène, au contraire : une variété d’approches et de positions différentes s’y sont développées, donnant lieu à des controverses parfois très vives.

Accessible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

Questions sur l’encyclopédisme. Le cercle des savoirs de l’Antiquité jusqu’aux Lumières. Nicolas Correard et Anne Teulade, éd. Epistémocritique

Actes du colloque international de Nantes, 5-6 juin 2014.

“L’essor de l’encyclopédisme numérique, dont le succès de Wikipédia est le signe le plus frappant, n’est pas sans bousculer un paradigme classique, qu’on croyait établi depuis Diderot et D’Alembert. Ce phénomène rend d’autant plus actuel le besoin de comprendre les origines de l’encyclopédisme tel que nous le connaissons : tout ce qui ne va plus de soi, depuis une ou deux décennies, n’allait justement pas de soi jusqu’à l’avènement de la modernité. La disposition en cercle des savoirs, sens étymologique de la notion d’encyclios paideia, suppose en effet un geste d’écriture, corollaire de la recherche d’un sens : l’accumulation des savoirs n’a pas toujours été tenue pour un effet positif ou pour une finalité propre de l’encyclopédisme, pénétré de discours moraux, philosophiques ou théologiques qui en conditionnent l’existence. Toute pratique de l’encyclopédisme suppose un imaginaire culturel des savoirs, que ce colloque entend explorer.”

Accesible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

Epistémocritique, vol. 14. “Greffes”. Dir. A.-G. Weber et L. Dahan-Gaida.

“Cette quatorzième livraison de la revue Epistémocritique est placée sous le signe de la greffe, métaphore que savants et écrivains ont mobilisée de façon massive pour figurer l’opération leur permettant de féconder leur propre domaine par des apports étrangers. Si les tensions entre les sciences et les lettres ont fait l’objet de dramatisations diverses, il n’en reste pas moins que les idées et les représentations n’ont jamais cessé de circuler d’un domaine à l’autre, de percoler d’un discours dans l’autre, selon des modalités aussi diverses que variables. Si elles existent donc bien comme des entités séparées, à travers des pratiques et des institutions, la navigation entre sciences et littérature reste toujours possible : la culture littéraire peut être utilisée comme véhicule du savoir et les savoirs peuvent féconder le terreau de la culture. […] La métaphore de la greffe végétale peut être utilisée, jusqu’à un certain point, pour décrire la pratique de l’écriture, littéraire et savante, qui repose sur l’insertion, en son sein, d’un élément « étranger » issu de la sphère opposée ou bien encore, sur l’articulation entre un « fond » littéraire ou savant et une « forme » littéraire ou savante. Mais le mot de greffe désigne encore aujourd’hui aussi bien le geste de l’horticulteur que son résultat. La figure de la greffe pourrait désigner ainsi l’étude critique, nécessairement rétrospective, des modes d’articulation de la science et de la littérature ou du discours scientifique et du discours littéraire, la manière dont ces analyses rétablissent des fractures ou des sutures là où il n’en eut peut-être pas, voire qualifient de « scientifique » ou de « littéraire » ce qui n’apparaîtrait pas nécessairement comme tel aux yeux d’un lecteur ou d’un auditeur contemporain.”

Accessible en ligne sur le site d’Epistémocritique.

“Mécanique de la représentation. Machines et effets spéciaux sur les scènes européennes, XVe-XVIIIe siècles”. Revue d’histoire du théâtre, n° 278

“Couper des têtes, faire surgir un château ou une montagne, créer une tempête, allumer le feu… : autant de pratiques et techniques scéniques et para-scéniques qui, dès le XVe siècle au moins, fabriquent de l’illusion sensorielle et se perfectionnent pour toujours mieux ébranler le public. Croisant histoire des cultures matérielles et visuelles telles qu’elles sont continument mises en jeu pour la réussite d’un spectacle, ce volume vient rappeler que l’histoire des émotions au théâtre a aussi concrètement partie liée avec l’histoire des sciences et des techniques.”

Continuer la lecture

Un territoire en partage. Littérature et sciences au XIXè siècle (Elsa Courant, Romain Enrique, et. al.)

Ce recueil d’articles rassemble les actes d’un colloque de jeunes chercheurs, « Littérature et sciences au XIXème siècle », qui s’est tenu en 2015 à l’École Normale Supérieure d’Ulm. Ces travaux ont pour point de départ une enquête raisonnée sur la forme des croisements possibles entre des discours apparemment hétérogènes, en particulier par l’intégration de savoirs scientifiques au cœur de la création littéraire. Continuer la lecture

“Littérature et savoirs du vivant”, Revue Arts et savoirs(dir. Gisèle Séginger)

Littérature et savoirs du vivant“, numéro dirigé par Gisèle Séinger

in Arts et savoirs (revue en ligne) 7/2016.

Extrait : “Ce numéro – issu du programme de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris « Littérature et savoirs du vivant – XIXe-XXe siècle » – s’interroge sur la formation et la circulation interdisciplinaires des savoirs du vivant. Nous avons orienté nos investigations dans deux directions : d’une part le rapport entre les formes de vie et les formes esthétiques, tant dans les réflexions théoriques sur la morphogenèse des formes esthétiques, que dans la pratique et l’écriture scientifique ou dans l’expérience poétique ; d’autre part le rapport entre la logique du vivant et la logique du temps historique. Dans ce second cas, on voit comment certaines interrogations, par exemple sur le rythme du temps – évolution ou révolution ? – traversent des champs différents, comment la littérature peut prendre en charge ce débat grâce à ses potentialités critiques, ou comment certains rêves, certaines angoisses sur le sens du mouvement – palingénésie ou dégénérescence ? – sont à l’origine de spéculations poético-philosophiques, ou le cas échéant d’idéologèmes qui circulent de la médecine et des sciences sociales à la littérature.”

Textes intégralement disponibles sur http://aes.revues.org.

Continuer la lecture

A. Esquerre, “Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique”

A. Esquerre

Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique

Paris, Fayard, 2016.

Compte-rendu rédigé par Anne de Sales sur le site de la revue en ligne Gradhiva. Extrait du CR :

“Plus de 1 500 récits de témoins d’événements extraterrestres couvrant une période de 60 ans (1952-2012) sont archivés par le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), qui dépend du Centre national d’études spatiales (Cnes). Sur la base de ce corpus entré dans le domaine public, Arnaud Esquerre élabore une théorie des événements extraterrestres qu’il expose en deux parties. Dans la première, il s’attache à montrer que ces histoires, où les descriptions des choses énigmatiques sont très variées, constituent cependant une même classe de récits reposant sur un schéma narratif commun. Dans la seconde, il se penche sur le type d’enquêtes (militaire, scientifique, policière) appelées à éclaircir le mystère.”

“La spatialité littéraire au prisme de la géographie” (Muriel Rosemberg)

La revue L’Espace géographique fait paraître ce mois-ci un article de Muriel Rosenberg intitulé “La spatialité littéraire au prisme de la géographie”.

Extrait : “Le développement considérable des références à la géographie, et plus généralement à l’espace et au lieu, qui s’observe dans différents domaines des sciences de la culture (Besse, 2010, p. 211) concerne également les études littéraires, dont l’intérêt marqué pour la spatialité s’affirme dans les courants récents de la géopoétique, de la géocritique ou de la géographie littéraire.”

Plan de l’article :

  1. Des frontières poreuses entre univers littéraire et scientifique
  2. La littérature, une voie d’accès à la compréhension du monde
  3. Des œuvres qui parlent aux géographes

De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs (dir. Barratault et Delassus)

Les actes du colloque “De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs” sont désormais en ligne.

Extrait : “Les journées d’études organisées avec efficacité par Justine Delassus, Marion Barratault et Adeline Groualle, ont permis à des intervenants étudiant l’éducation et les musées de présenter des expériences et de proposer des solutions aux questions de la transmission des savoirs. Expériences et idées variées montrent, dans ces textes, la pluralité et la richesse des travaux faits dans ce domaine à tous les niveaux.

Mais en réalité, pose-t-on la bonne question quand est mis en avant le problème des savoirs et de leur trans- mission dans le cadre des musées ? Pourquoi parler de savoirs ? Est-ce le mot le plus approprié ? En effet, l’école est, sans nul doute, un lieu d’apprentissage où les élèves doivent assimiler et mémoriser des mé- thodes d’apprentissage et des connaissances consti- tuant le socle d’une éducation qui fera d’eux des ci- toyens (citoyennes) épanouis (ies).”

Continuer la lecture

La question animale. Entre science, littérature et philosophie. (dir. Engélibert, Campos, Coquin, Chapouthier)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 308 p.

ISBN : 978-2-7535-1291-7

Disponibile en librairie
Prix : 18,00 €

Y a-t-il eu un jour entre les animaux et les hommes un contrat moral implicite que l’homme aurait détruit ? Ici, l’articulation de la littérature et des sciences fait problème, tandis que les philosophes sont loin de s’accorder entre eux : les débats internes à l’éthique animale anglo-saxonne reposent sur des prémisses étrangers à la déconstruction que radicalise aujourd’hui la philosophie continentale de l’animalité. Réouvrir la question de l’animal, longtemps sacrifiée au primat d’un logos anthropocentrique, c’est comme l’a dit Derrida réouvrir la « question du pathos » pour se diriger ailleurs : un ailleurs reconnu et parcouru déjà en littérature.

 

Sommaire :

Questions sur un contrat moral

  • Cultures et créations animales
  • Éthique animale ou éthique environnementale
  • De l’élevage à l’abattoir

« Mon semblable, mon frère »

  • Une nouvelle alliance
  • Le littéral et le philosophique : écritures du hiatus. Des souris et des rats
  • À l’épreuve de l’histoire

Les auteurs

Jean-Paul Engélibert est professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3. Ses publications portent sur les frontières de l’humain, à travers notamment la représentation du travail, le motif de l’homme artificiel et la question de l’animal.

Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine,et sur la relation entre littérature, critique, théorie et philosophie depuis le XIXe siècle.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris 8. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J.M. Coetzee.

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

Extraits disponibles sur le site des P. U. R.

Art. “Le secret en littérature et médecine : pour une éthique du partage” (Cabral / Mamzer)

In Via Atlântica, São Paulo, n° 29, p. 95-123 (juin 2016).

Maria de Jesus Reis Cabral

(Projecto “Narrative & Medicine”, FST / ULICES, Universidade de Lisboa)

Marie-France Mamzer

(Laboratoire d’Éthique Médicale, Faculté de Médecine Paris / Descartes)

Résumé : ” Littérature et médecine sont deux disciplines entre l’art et la science et les potentialités de leur croisement n’est plus à mettre en doute, trois décennies après l’émergence et l’essor de la Médecine Narrative dans la recherche, la pratique et la formation médicales, replaçant la question du sujet, cruciale en éthique, au cœur de la relation thérapeutique. Face à l’hypertechnicité montante de la médecine, il importe de poursuivre la réflexion en interrogeant une notion d’enjeu et complexité, comme celle du secret, intimement lié aux catégories de la subjectivité et de l’intimité. L’article accompagne son évolution et ses configurations modernes en médecine et littérature pour faire dialoguer une éthique médicale, concernée par la perte du colloque singulier et de la réalité humaine, et la démarche littéraire activant des processus langagiers et discursifs par lesquels le secret peut se constituer en maillon d’une démarche intersubjective de qualité.”

Mots-clés: littérature, éthique médicale, secret, subjectivité, discours

Article disponible en ligne. Pour y accéder, cliquez ici.