Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus (Classiques Garnier, 2017)

Naturalistes et penseurs politiques, tels sont Alexander von Humboldt, Henry David Thoreau et Élisée Reclus en leurs essais. Décrivant la Terre et les hommes comme un tout universel qui n’écrase pas les singularités, leurs sciences sont écrites pour tous, esquissant une écologie encore inédite.

Table des matières.

Compte-rendu par Marine Meunier, « Littérature & écologie. Lire le XIXe siècle pour repenser le monde contemporain ». Extrait : « Si la littérature s’est certainement toujours occupée de la nature et des effets de l’activité humaine sur l’environnement, la recherche littéraire aborde généralement le sujet pour soulever les implications politiques de l’écriture littéraire, c’est-à-dire les outils que celle-ci propose pour penser le monde, ses problèmes, et des solutions éventuelles. Le caractère politique du discours proprement écologique, quant à lui, a longtemps été tenu à l’écart par les classes dirigeantes et les idéologies au pouvoir, avant de parvenir à se faire reconnaître comme une véritable pensée alternative dans les années 19701. C’est le potentiel politique de ces deux discours, littéraire et écologique, que l’essai de Bertrand Guest, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique : Humboldt, Thoreau, Reclus fait se rencontrer de façon transversale. À ce premier axe comparatiste s’ajoute une approche interdisciplinaire du fait que les trois œuvres du corpus conjuguent chacune deux catégories d’écriture, « littéraire » et « scientifique ». Rappelons que Alexander von Humboldt (1769‑1859) était un explorateur, naturaliste et géographe allemand, considéré comme le père des sciences naturelles ; qu’Élisée Reclus (1830‑1905) était aussi géographe, également connu comme théoricien anarchiste français ; et Henry David Thoreau (1817‑1862) un naturaliste et un philosophe américain. Dédicacé à la mémoire de Rémi Fraisse2, l’ouvrage avertit d’emblée son lecteur qu’au-delà de la réflexion théorique menée par l’étude, l’élément politique des deux discours considérés concerne avant tout les choix de vie les plus élémentaires de tout un chacun. C’est ainsi par le politique que l’auteur énonce son double projet : « Les présentes recherches portent sur les liens qui se dessinent au xixe siècle entre la nature, les sciences et la littérature qui s’y consacrent ainsi que l’idée de liberté politique. » (p. 11). » Article  accessible en ligne sur Fabula.


Ce contenu a été publié dans Parutions par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.