Questions sur l’encyclopédisme. Le cercle des savoirs de l’Antiquité jusqu’aux Lumières. Nicolas Correard et Anne Teulade, éd. Epistémocritique

Actes du colloque international de Nantes, 5-6 juin 2014.

« L’essor de l’encyclopédisme numérique, dont le succès de Wikipédia est le signe le plus frappant, n’est pas sans bousculer un paradigme classique, qu’on croyait établi depuis Diderot et D’Alembert. Ce phénomène rend d’autant plus actuel le besoin de comprendre les origines de l’encyclopédisme tel que nous le connaissons : tout ce qui ne va plus de soi, depuis une ou deux décennies, n’allait justement pas de soi jusqu’à l’avènement de la modernité. La disposition en cercle des savoirs, sens étymologique de la notion d’encyclios paideia, suppose en effet un geste d’écriture, corollaire de la recherche d’un sens : l’accumulation des savoirs n’a pas toujours été tenue pour un effet positif ou pour une finalité propre de l’encyclopédisme, pénétré de discours moraux, philosophiques ou théologiques qui en conditionnent l’existence. Toute pratique de l’encyclopédisme suppose un imaginaire culturel des savoirs, que ce colloque entend explorer. »

Accesible en ligne sur le site d’Epistémocritique.


Ce contenu a été publié dans Parutions par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.