Un territoire en partage. Littérature et sciences au XIXè siècle (Elsa Courant, Romain Enrique, et. al.)

Ce recueil d’articles rassemble les actes d’un colloque de jeunes chercheurs, « Littérature et sciences au XIXème siècle », qui s’est tenu en 2015 à l’École Normale Supérieure d’Ulm. Ces travaux ont pour point de départ une enquête raisonnée sur la forme des croisements possibles entre des discours apparemment hétérogènes, en particulier par l’intégration de savoirs scientifiques au cœur de la création littéraire. Dans la continuité d’études transdisciplinaires portant sur la bipartition entre les lettres et le savoir au XIXème siècle, il s’agit d’envisager en diachronie l’émergence d’un partage pérenne entre deux champs souvent jugés irréconciliables, en s’interrogeant sur ce que les pratiques, les discours et les méthodes scientifiques ont pu apporter à la création littéraire durant cette période, mais aussi en quoi un regard informé par l’histoire des sciences et les technologies actuelles peut enrichir la lecture des œuvres de l’époque. Sous quel visage la science s’invite-t-elle dans les romans, la poésie ou la critique ? Est-elle un contenu, une méthode, une forme discursive, une source d’inspiration ? Fait-elle autorité, constitue-t-elle un repoussoir ? Et que peuvent apporter les connaissances historiques et scientifiques d’aujourd’hui pour la lecture des textes d’alors ? Les diverses contributions de ce recueil s’attachent à définir en commun une cartographie de ces effets de convergence, à travers des études de cas s’inscrivant sur la limite, souvent floue et poreuse, qui sépare la littérature et la science, autant qu’elle les rassemble.

Table des matières :

Introduction

et

Des coups de marteau dans la langue des dieux. Mettre en vers le technolecte dans un siècle positiviste

La Vie des abeilles de Maeterlinck : le « vol nuptial » de la vulgarisation et du symbolisme

Zola avant Durkheim. Lectures croisées d’Hippolyte Taine et de Claude Bernard

Quand les physiologies s’invitent dans les encyclopédies

Sciences psychologiques et style : la valeur heuristique de la métaphore dans De l’intelligence (1870) d’Hippolyte Taine

L’impact de la physiologie dans la critique littéraire de la fin du XIXème siècle : l’exemple de Claude Bernard

Accessible en ligne sur le site d’Epistémocritique.


Ce contenu a été publié dans Parutions par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Docteur en littérature française de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l’Université de Bâle sur le sujet “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.