« Race et imaginaire biologique chez Proust » (Moret-Jankus), 2016

Race et imaginaire biologique chez Proust (Paris: Classiques Garnier, 2016).
À la recherche du temps perdu tisse un écheveau de thèmes issus d’un imaginaire biologique à la fois diffus et précis : s’y rencontrent pêle-mêle insectes pollinisateurs, Darwin, huîtres, Mendel, hybrides, métamorphoses. Cette présence du biologique est loin d’être un ornement ou un simple miroir des savoirs de l’époque. Elle permet à Proust d’interroger et de mettre en scène la tension entre identités de groupe – on pense à la « Race maudite » – et aspiration à une loi universelle. Au-delà, cet imaginaire biologique nourrit la représentation littéraire de la multiplicité de l’identité personnelle.

Table des matières : https://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/PmkMS01_tabmat.pdf

ISBN: 97978-2-8124-6021-0
315 pp.
39.00 €

Ce contenu a été publié dans Billets par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *