La question animale. Entre science, littérature et philosophie. (dir. Engélibert, Campos, Coquin, Chapouthier)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 308 p.

ISBN : 978-2-7535-1291-7

Disponibile en librairie
Prix : 18,00 €

Y a-t-il eu un jour entre les animaux et les hommes un contrat moral implicite que l’homme aurait détruit ? Ici, l’articulation de la littérature et des sciences fait problème, tandis que les philosophes sont loin de s’accorder entre eux : les débats internes à l’éthique animale anglo-saxonne reposent sur des prémisses étrangers à la déconstruction que radicalise aujourd’hui la philosophie continentale de l’animalité. Réouvrir la question de l’animal, longtemps sacrifiée au primat d’un logos anthropocentrique, c’est comme l’a dit Derrida réouvrir la « question du pathos » pour se diriger ailleurs : un ailleurs reconnu et parcouru déjà en littérature.

 

Sommaire :

Questions sur un contrat moral

  • Cultures et créations animales
  • Éthique animale ou éthique environnementale
  • De l’élevage à l’abattoir

« Mon semblable, mon frère »

  • Une nouvelle alliance
  • Le littéral et le philosophique : écritures du hiatus. Des souris et des rats
  • À l’épreuve de l’histoire

Les auteurs

Jean-Paul Engélibert est professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3. Ses publications portent sur les frontières de l’humain, à travers notamment la représentation du travail, le motif de l’homme artificiel et la question de l’animal.

Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine,et sur la relation entre littérature, critique, théorie et philosophie depuis le XIXe siècle.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris 8. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J.M. Coetzee.

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

Extraits disponibles sur le site des P. U. R.


Ce contenu a été publié dans Parutions par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Docteur en littérature française de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l’Université de Bâle sur le sujet “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.