Appels à contribution (novembre 2016)

1er novembre 2016. « Atelier «Histoire de la réception des textes scientifiques traduits» » Université Paris X. Extrait : « Cet atelier essaiera de fournir des éléments pour une histoire de la réception des textes scientifiques en traduction. Nous évaluerons tant des études de cas que des propositions d’une plus grande envergure, portant sur des couples de langues-cultures ou sur la réception dans une ou plusieurs langues-cultures de traditions scientifiques ou d’ouvrages-clés de la pensée scientifique ». Plus d’informations sur Fabula.

15 novembre 2016. « Suisse politique, Suisse savante, Suisse imaginaire : cohésion et disparité du Corps helvétique au XVIIIe siècle » (Colloque de la Société suisse pour l’étude du XVIIIe siècle (SSEDS), Neuchâtel, 23-25 nov. 2017). Extrait : « L’ambivalence et la tension entre unité et diversité, entre cohésion et concurrence, entre le sentiment d’appartenance nationale et la défense obstinée des souverainetés cantonales, seront au cœur des questionnements du colloque. Par-delà les ambitions promotionnelles, la mythographie élogieuse et l’imaginaire flatteur de la Suisse que cette historiographie a parfois véhiculés, il s’agira de reprendre à nouveaux frais, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’examen des discours et des pratiques culturelles, sociales, politiques ou économiques qui ont pu produire des effets de cohérence et des dynamiques unificatrices, ou au contraire renforcer les divisions et différences internes. Dans le même esprit, on tiendra compte des textes et des actions qui marquent un recul avec les représentations d’une Suisse heureuse, solidaire ou idyllique, et qui prennent acte de leur caractère construit ou de leur inadéquation avec la réalité observable. » Communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

25 novembre 2016. « Les experts avant l’expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience« , dossier thématique de la revue Astérion. Extrait : « Ce dossier thématique entend ainsi proposer une première ébauche de généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir. » Propositions d’articles 2000 signes maximum. Plus d’informations sur Fabula.

30 novembre 2016. « Géo-épistémographies : les écritures de l’espace et du savoir dans la fiction contemporaine« , ENS / Université de Maroua, 2 fév. 2017.  Extrait : « Sous quelles configurations l’espace et le savoir investissent-ils la fiction aujourd’hui ? Par quelles modalités les savoirs se sédimentent-ils, circulent-ils dans des réseaux, dans des territoires ? Quels rapport(s) les êtres sémiotiques contemporains entretiennent-ils avec les espaces, et les savoirs qui y circulent ? Quels sont les enjeux actuels de la représentation spatiale et épistémique ? Cette journée d’études, qui s’inscrit dans le prolongement d’une épistémologie du littéraire soucieuse de restaurer le référent (ici spatial et sapientiel) et de comprendre les significations spatiales et épistémiques, examinera ce questionnement, donnant ainsi l’occasion aux chercheurs d’horizons divers de scruter les écritures contemporaines de l’espace et du savoir, et de réévaluer la pertinence des approches géo- et épistémo-centrés de la fiction contemporaine. » Plus d’informations sur  Fabula.


Ce contenu a été publié dans Appels à contribution et appels d'offre, Billets par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.