La Pensée sans abri. Non-savoir et littérature

La Pensée sans abri. Non-savoir et littérature

sous la direction de Muriel Pic, Barbara Selmeci Castioni & Jean‑Pierre van Elslande, Nantes : Éditions Nouvelles Cécile Defaut, 2012, 336 p., EAN 9782350183220.

Compte-rendu de Clément Girardi disponible sur Fabula. Extrait :

“Le pari du livre réuni par Muriel Pic, Barbara Selmeci Castioni et Jean‑Pierre van Elslande était difficile1. Il s’agissait pour ainsi dire de prendre Bataille au mot lorsque définissant l’effort de L’Expérience intérieure, et semblant assigner par là même une spécificité à l’écriture littéraire, il parlait de « non‑savoir ». Prendre au mot Bataille, en ce mot qui fleure l’artefact de pensée, presque le néologisme, mais qui retrouve aussi, dans l’écriture où il vient faire surface, une tradition pluriséculaire, celle de la mystique, et demande qu’il soit pensé quelque chose de ce rapprochement. Prendre au mot Bataille, donc, pour se donner les moyens de relire la littérature et son histoire, et d’y découvrir une tendance autonome, aperçue probablement déjà au milieu d’autres revendications, mais jamais pensée pour elle‑même, et où la littérature peut‑être aussi pense sa spécificité, sa situation.

2Le livre rassemble une vingtaine d’articles, qui rencontrent chacun un problème ou une forme du non‑savoir. La période couverte est considérable, et court du xviie siècle au xxie. Il s’agit à la fois d’arracher le non‑savoir à son moment batailléen, d’en observer les formes, les méthodes, les conditions, tout en se donnant les chances, par l’effet de ce nom donné, de découvrir des parentés, des permanences, des héritages. La composition du recueil privilégie le pragmatisme plutôt que le système. Dès lors, la réussite du livre se mesure à sa très grande cohérence, aux incessants recoupements qu’il opère, autant qu’à un certain tremblement laissé irrésolu. Ce tremblement est vraiment celui de son objet, que le livre aura reconnu comme condition de son authenticité — et comme contestation de son propre pouvoir.”


Ce contenu a été publié dans Parutions par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Docteur en littérature française de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et de l’Université de Bâle sur le sujet “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.