Céleste Boursier-Mougenot : à la croisée de l’onirique et de l’organique

Céleste Boursier-Mougenot puise dans les sciences du vivant la matière première de son art. Musicien et plasticien, il représente la France à la 56ème Biennale d’Art Contemporain de Venise. L’oeuvre ? « Rêvolution », une installation immersive où végétaux, mouvements et sons se répondent.

crédit : Felix Hörhager/dpa Picture-Alliance/AFP

Alors musicien pour l’auteur et metteur en scène Pascal Rambert, Céleste Boursier-Mougenot nourrit le désir de donner forme à ses créations sonores. Les ancrer dans la matérialité. Ses dispositifs, il les façonne à partir d’une grande diversité de matériaux. Aucune contrainte, si ce n’est de réserver à son public une expérience inattendue et sans cesse renouvelée de l’écoute.

celest-bm-ok-tt-width-604-height-390-bgcolor-000000

crédit : Céleste Boursier-Mougenot

Pour la Biennale de Venise, le plasticien promet des installations magiques aux confins des sciences du vivant. Entre autres créations, transHumUs fait valser les arbres. Pour cela, Céleste Boursier-Mougenot donne corps à un métabolisme végétal imaginaire.

S’appuyant sur l’essence même de la robotique, la transformation d’un stimuli sensoriel en information motrice, il imagine un métabolisme hybride, fait de sève et d’électricité. Sous l’effet d’un mécanisme de régulation thermique, les fluctuations de la montée de la sève provoquent le déplacement de l’arbre, fiché dans une motte d’humus mobile. Une chorégraphie lente et majestueuse se déploie peu à peu, accompagnée d’une fine partition sonore.

Au-delà de la dimension éminemment poétique, une réflexion politique subtile se fait jour, visant à interroger les systèmes de contrôle du vivant et les espaces de liberté qu’ils permettent.

 

A voir aussi :

From Here to Ear – 2010

Des guitares électriques installées dans une volière… et c’est une œuvre sonore inattendue et éphémère qui se découvre à mesure que des mandarins jouent becs et pattes avec les instruments.

Céline Boisserie-Lacroix