Actualité des colloques, journées, séminaires (février 2017)

14-16 février 2017. « Des mots du savoir aux mots de la fiction : l’écriture du chapitre II de Bouvard et Pécuchet de G. Flaubert », conf. de S. Mangiapane (Bordeaux). Dans le cadre du séminaire « Territoires de la fiction » (équipe TELEM), Stella Mangiapane (Università degli Studi di Messina) donnera une conférence en deux partiesLa première séance aura lieu le 14 février (15h 30-17h 30) salle i 103. La seconde séance aura lieu le 16 février (17h 30-19h 30) salle i 103.

25 février 2017. « Croire au merveilleux scientifique ? » Doctoriales de la SERD, org. Emilie Pézard, université Paris Diderot. 3 communications seront entendues : Manon Amandio (Université Paris-Nanterre) : « Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe » ; Anne Orset (Université Paris-Sorbonne) : « La profession de foi des Rougon-Macquart : du « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola » ; Clément Hummel (Université de Caen) : « Au-delà des légendes et des superstitions : le rationalisme scientifique de Rosny aîné ». Extrait : « Tandis que l’essor du positivisme semble consacrer la victoire de la raison sur le surnaturel, la seconde moitié du XIXe siècle voit se développer le « merveilleux scientifique », qui représente des phénomènes stupéfiants appartenant pourtant au champ d’étude de la science. Comment pense-t-on alors la contradiction qu’implique cette nouvelle forme de merveilleux alliant extraordinaire et rationalité ? Quelle est la place de la croyance dans la représentation de ces phénomènes invraisemblables mais possibles ? » Informations et programme sur Fabula.

28 février 2017. « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines ». L. Campos et P.-L. Patoine, 5 rue de l’école de médecine, Paris. Présentations et réactions de François-Joseph Lapointe (Université de Montréal), Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace), Eric Bapteste (CNRS), Catherine Larose (CNRS), Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres).

27 janv.-23 juin 2017 « L’hybride en littérature »

Du 27 janvier au 23 juin 2017, aura lieu à l’UPEC Paris Créteil le séminaire doctoral consacré à « L’Hybride et la littérature », organisé par Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré (’EA 4395 « Lettres, Idées, Savoirs » (LIS, Université Paris-Est Créteil) et ED « Cultures et Sociétés » (Université de Paris-Est)).

Argumentaire du séminaire (voir la présentation détaillée & l’appel à communications diffusés en août)

Extrait : « Ce séminaire se propose de poursuivre la réflexion récente sur la pertinence de la notion d’hybride (et plus généralement sur la pertinence de l’application d’un paradigme scientifique dans le champ esthétique) en ouvrant le plus largement possible ses champs d’application littéraire. Après une première séance réservée à la présentation théorique de la notion, de l’Antiquité aux théorisations les plus récentes dans le contexte postmoderne, postcolonial et postféministe, deux séances interrogeront la notion d’hybride dans la théorie des genres, dans le cas des deux grands genres protéiformes par excellence : le roman et l’essai. Les deux séances suivantes, par des changements de focale, exploreront la notion d’hybridité à l’échelle microtextuelle, dans le cas particulier du plurilinguisme et des enjeux interculturels qu’il soulève, et à l’échelle de la transdisciplinarité, quand des œuvres littéraires prennent en charge des discours traditionnellement réservés à d’autres champs du savoir (scientifique, urbanisme, etc). Enfin, la journée d’études sera centrée sur l’hybridité intermédiale et intermatérielle, et la manière dont la notion d’hybride permet d’analyser les tentatives d’intégrer dans des textes les modes de représentation d’autres systèmes sémiotiques (la musique, la caricature, le cinéma), ou les expérimentations récentes de la littérature numérique. »

Détail du programme et informations sur Fabula.

Colloque « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle » (25-27 janv. 2017, Paris)

Du 25 au 27 janvier 2017, dans le Grand Amphithéâtre de la Fondation « Maison des Sciences de l’Homme » de Paris, aura lieu le colloque final du programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES, sur le sujet « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle ». Informations disponible sur le carnet hypotheses Biolographes.

Programme : Lire la suite

Appels à contribution (février 2017)

6 février 2017. « Le temps du post-humain ? » Journée d’étude Université Paris-Diderot (7), 2 juin 2017. Extrait : « La journée d’étude « Le Temps du posthumain » se veut une journée d’échanges et de débats autour du posthumanisme et de ses manifestations contemporaines. Envisageant le posthumanisme comme un problème esthétique, philosophique, politique ou anthropologique, cette journée d’étude souhaite en explorer ses manifestations dans les arts visuels, la littérature, le cinéma, les jeux vidéo, etc. Quels sont les facteurs qui peuvent être évoqués pour expliquer le développement du posthumanisme ces dernières années ? À travers le constat d’une forte présence de la notion de posthumanisme dans les arts et la littérature, peut-on dire que nous sommes entrés dans une ère du posthumain ? ». Plus d’informations sur Fabula.

15 février 2017« Mutation des mythes. Mythocritique des fictions médiatiques (XIXe-XXe siècles) », Université de Lorraine, Nancy, 30-31 mars 2017, C. Chelebourg. Extrait : « Mythocritique et mythanalyse ont privilégié l’approche du mythe comme trace d’une permanence archétypale dans une actualité culturelle. Le mythe, de ce point de vue, est tout à la fois censé s’adapter aux caprices des modes créatives, et imposer des codes intemporels aux arabesques de l’histoire esthétique. Le point de vue repose sur la double conviction d’une d’une intemporalité et d’une spécificité organique du mythe. Il semble néanmoins que cette perspective critique doive beaucoup au choix des corpus, essentiellement classiques et légitimés, qui ont servi à l’établir. Dès lors que l’on décentre le regard, que l’on s’intéresse aux scènes populaires du XIXe siècle ou aux écrans parodiques de la postmodernité, et les certitudes théoriques volent en éclat. Le mythe est-il homogène ou s’offre-t-il à toutes les combinaisons narratives, à tous les croisements diégétiques ? Y a-t-il une différence ontologique avérée entre mythe, conte et fiction intergénérationnelle ? En d’autres termes, la récurrence de figures comme Cendrillon ou la Belle au Bois Dormant est-elle si différente, sur le plan fonctionnel, de celle d’un dieu comme Hermès ou d’un héros comme Hercule ? Un personnage littéraire comme Pinocchio, qui permet aujourd’hui de penser l’intelligence artificielle, a-t-il beaucoup à envier au panthéon gréco-latin pour ce qui concerne sa capacité à configurer nos systèmes de représentations et de valeurs ? » Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Delille hors de France », Colloque international, Université de Bâle, 25-27 janvier 2018. Extrait : « Si l’on sait que Jacques Delille (1738-1813) fut tenu de son temps pour l’un des plus grands poètes français, sa réception à l’étranger n’a guère été étudiée. Or, elle a été massive et, à l’image d’une onde sismique dont on ne ressentirait pas les effets uniformément selon le lieu et le moment de l’observation, elle a varié dans les différents espaces nationaux à différentes périodes de leur histoire. Par ailleurs, Delille fut l’une des figures de l’Émigration : de 1795 à 1802, il résida en Suisse, en Allemagne et en Angleterre où ses passages furent commentés et documentés, lui offrant notamment l’occasion de rencontrer d’autres créateurs. D’où l’intérêt d’interroger la réception de l’œuvre et de la personne de Delille hors de France. Pour en rendre compte, le colloque abordera cette réception, du vivant de l’auteur et jusqu’à la fin du XIXe siècle, aussi bien dans le domaine de la littérature que dans le reste du champ culturel et artistique. » Org. Hugues Marchal, Timothée Léchot, Nicolas Leblanc. Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Formes d’écriture des savoirs », journée d’étude 12 mai 2017, Atelier de stylistique Styl’lab STIH (Sens, Texte Informatique, Histoire), EA 4509.E. Hernandez, A. Sanchez ; O. Averyanov, F. Picard. Extrait : « Cette journée d’étude sera l’occasion d’échanger et débattre autour de l’écriture des savoirs sous toutes ses formes. Nous recherchons une multiplicité des approches, qu’elles soient historiques, stylistiques ou encore linguistiques. Qu’est-ce que l’écriture des savoirs ? Comment s’articule savoir scientifique et savoir pratique ? Qu’est-ce que l’écrit scientifique au Moyen Âge, à l’âge classique et de nos jours ? L’écriture du savoir est soumise à des règles et des contraintes, pérennisées à travers les textes, mais aussi en constante mutation, suivant les mouvements d’évolution des sciences elles-mêmes. Ces écrits, relais d’une représentation du monde, dépendent aussi du contexte social, économique et/ou politique dans lequel ils se réalisent. Peut-on parler d’un style scientifique ? À l’inverse, quelle est la place de la science et des savoirs dans l’écriture littéraire ? » Plus d’informations sur Fabula.