Actualité des colloques, journées, séminaires (Janvier 2017)

27 janvier 2017. « Léonard de Vinci écrivain, entre arts & sciences« , Maison de la recherche, Paris. Informations et programme sur Fabula. « On enquêtera sur le rapport de Léonard à l’écriture, en considérant que celle-ci constitue l’entrée par laquelle on peut éclairer l’ensemble de son œuvre et de son parcours. Pour aborder les Carnets, qui sont des notes à usage privé consignées dans des dizaines de manuscrits, il s’impose de tenir compte de la production graphique et picturale de Léonard, c’est-à-dire de son rapport à l’image. »

27 janvier 2017. Séminaire Interlangues Science fiction et récits brefs (IRPAL), université Jean Jaurès, org. Yves Iehl et Jean Nimis. Intervenant : Simon Bréan (Université Paris Sorbonne), « Points chauds, de Laurent Genefort, sur la logique du fix-up (avec des élément de réflexion sur le dispositif pseudo-documentaire dans Aliens mode d’emploi, accolé dans l’édition de poche)« .

« Littérature et savoirs du vivant », Revue Arts et savoirs(dir. Gisèle Séginger)

« Littérature et savoirs du vivant« , numéro dirigé par Gisèle Séinger

in Arts et savoirs (revue en ligne) 7/2016.

Extrait : « Ce numéro – issu du programme de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris « Littérature et savoirs du vivant – XIXe-XXe siècle » – s’interroge sur la formation et la circulation interdisciplinaires des savoirs du vivant. Nous avons orienté nos investigations dans deux directions : d’une part le rapport entre les formes de vie et les formes esthétiques, tant dans les réflexions théoriques sur la morphogenèse des formes esthétiques, que dans la pratique et l’écriture scientifique ou dans l’expérience poétique ; d’autre part le rapport entre la logique du vivant et la logique du temps historique. Dans ce second cas, on voit comment certaines interrogations, par exemple sur le rythme du temps – évolution ou révolution ? – traversent des champs différents, comment la littérature peut prendre en charge ce débat grâce à ses potentialités critiques, ou comment certains rêves, certaines angoisses sur le sens du mouvement – palingénésie ou dégénérescence ? – sont à l’origine de spéculations poético-philosophiques, ou le cas échéant d’idéologèmes qui circulent de la médecine et des sciences sociales à la littérature. »

Textes intégralement disponibles sur http://aes.revues.org.

Lire la suite

Recrutement Humanités numériques / Mercure galant (Iremus-Obvil)

LE PROGRAMME ‘MERCURE GALANT’ IREMUS/LabEx OBVIL

RECRUTE

des STAGIAIRES pour des contrats de deux mois minimum à temps plein (35 h/semaine, 80 jours travaillés). Niveau de formation souhaité : Licence, idéalement Master 1.

Les stagiaires bénéficieront d’une formation dans le cadre du projet. Ils travailleront en équipe, participeront à l’établissement d’ontologies numériques et à l’indexation d’un corpus de textes du XVIIe siècle. Lire la suite

Appels à contribution (janvier 2017)

15 janvier 2017. « Art et science, regards croisés« , Université de Liège, colloque les 25 et 27 octobre 2017. Extrait : « La question des relations entre art et science gagne aujourd’hui l’intérêt de nombreux chercheurs qui, à l’appui de cas exemplaires, démontrent avec toujours plus de pertinence le rôle joué par les avancées scientifiques et technologiques dans le domaine des arts, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’objectif du colloque Art et science, regards croisés est de comprendre les raisons d’une telle fascination des artistes pour la science, mais pas seulement. » Plus d’informations sur Fabula.

A. Esquerre, « Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique »

A. Esquerre

Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique

Paris, Fayard, 2016.

Compte-rendu rédigé par Anne de Sales sur le site de la revue en ligne Gradhiva. Extrait du CR :

« Plus de 1 500 récits de témoins d’événements extraterrestres couvrant une période de 60 ans (1952-2012) sont archivés par le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), qui dépend du Centre national d’études spatiales (Cnes). Sur la base de ce corpus entré dans le domaine public, Arnaud Esquerre élabore une théorie des événements extraterrestres qu’il expose en deux parties. Dans la première, il s’attache à montrer que ces histoires, où les descriptions des choses énigmatiques sont très variées, constituent cependant une même classe de récits reposant sur un schéma narratif commun. Dans la seconde, il se penche sur le type d’enquêtes (militaire, scientifique, policière) appelées à éclaircir le mystère. »

« Race et imaginaire biologique chez Proust » (Moret-Jankus), 2016

Race et imaginaire biologique chez Proust (Paris: Classiques Garnier, 2016).
À la recherche du temps perdu tisse un écheveau de thèmes issus d’un imaginaire biologique à la fois diffus et précis : s’y rencontrent pêle-mêle insectes pollinisateurs, Darwin, huîtres, Mendel, hybrides, métamorphoses. Cette présence du biologique est loin d’être un ornement ou un simple miroir des savoirs de l’époque. Elle permet à Proust d’interroger et de mettre en scène la tension entre identités de groupe – on pense à la « Race maudite » – et aspiration à une loi universelle. Au-delà, cet imaginaire biologique nourrit la représentation littéraire de la multiplicité de l’identité personnelle.

Table des matières : https://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/PmkMS01_tabmat.pdf

ISBN: 97978-2-8124-6021-0
315 pp.
39.00 €