« La spatialité littéraire au prisme de la géographie » (Muriel Rosemberg)

La revue L’Espace géographique fait paraître ce mois-ci un article de Muriel Rosenberg intitulé « La spatialité littéraire au prisme de la géographie ».

Extrait : « Le développement considérable des références à la géographie, et plus généralement à l’espace et au lieu, qui s’observe dans différents domaines des sciences de la culture (Besse, 2010, p. 211) concerne également les études littéraires, dont l’intérêt marqué pour la spatialité s’affirme dans les courants récents de la géopoétique, de la géocritique ou de la géographie littéraire. »

Plan de l’article :

  1. Des frontières poreuses entre univers littéraire et scientifique
  2. La littérature, une voie d’accès à la compréhension du monde
  3. Des œuvres qui parlent aux géographes

De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs (dir. Barratault et Delassus)

Les actes du colloque « De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs » sont désormais en ligne.

Extrait : « Les journées d’études organisées avec efficacité par Justine Delassus, Marion Barratault et Adeline Groualle, ont permis à des intervenants étudiant l’éducation et les musées de présenter des expériences et de proposer des solutions aux questions de la transmission des savoirs. Expériences et idées variées montrent, dans ces textes, la pluralité et la richesse des travaux faits dans ce domaine à tous les niveaux.

Mais en réalité, pose-t-on la bonne question quand est mis en avant le problème des savoirs et de leur trans- mission dans le cadre des musées ? Pourquoi parler de savoirs ? Est-ce le mot le plus approprié ? En effet, l’école est, sans nul doute, un lieu d’apprentissage où les élèves doivent assimiler et mémoriser des mé- thodes d’apprentissage et des connaissances consti- tuant le socle d’une éducation qui fera d’eux des ci- toyens (citoyennes) épanouis (ies). »

Lire la suite

Appels à contribution (décembre 2016)

1er décembre 2016. « Bouvard et Pécuchet et l’agriculture », Publication d’un ouvrage collectif sur le second chapitre du dernier roman de Flaubert, sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez. Extrait : « Dans la prolongation du congrès sur La Terre qui se tient ce mois-ci à Providence (Rhode Island, USA), nous souhaitons proposer une synthèse sur cette étape essentielle dans le récit du dernier roman de Flaubert : elle est en effet l’embrayeurde la longue quête des savoirs que tenteront les deux bonshommes tout en préfigurant, par la récurrence interne du thème de l’échec, la structure cyclique de la totalité du roman. Toutes les approches critiques sont les bienvenues, en particulier scientifiques, narratologiques, génétiques ou écocritiques. Les participants au congrès de Providence sont encouragés à participer au volume. » Propositions d’articles de 300 mots, plus d’informations sur Fabula.

15 décembre 2016. « La représentation des troubles mentaux depuis le XXe siècle » (APFUCC, Toronto). Extrait : « Cet atelier souhaite aborder la problématique de la présentation des troubles mentaux dans la littérature et dans la société depuis le XXe siècle. Qu’est-ce que la littérature peut apporter à la conceptualisation de la maladie en société ? Ayant souvent des indices subtils, ces « maladies » se trouvent parfois ignorées ou stigmatisées dans la société contemporaine, jusqu’au point où le sujet tombe muet ou s’isole complètement face à l’incompréhension ou tout simplement l’ignorance d’autrui. Dès lors, c’est la représentation artistique ou littéraire de ces états qui nous permet de mieux dévoiler le masque de la souffrance psychologique. » Colloque à l’Université de Ryerson (27-30 mai 2017). Proposition d’articles d’environ 300 mots. Plus d’informations sur Fabula.

18 décembre 2016. « Science in culture. Technology, Mobility and Modernity in European Poetry and Cinema« , Saint Andrews, conférence qui se tiendra les 31 mars et  1er avril 2017, en anglais. Extrait : « In this international conference we would like to focus our attention on the interstice between sciences and humanities, two areas of knowledge that belong by default to different research paradigms. In particular we would like to debate the areas of interconnection and exchange of knowledge between the sciences and the humanities that are central in the advancement, creativity and innovation within society. We would like to do so by studying the mutual influences that technology, poetry and film have had during modernity at a European level. » Plus de précisions sur Fabula.

31 décembre 2016. « Précisions sur les sciences (dans l’œuvre de Marie Darrieussecq)« . Colloque international suivi d’un entretien public avec Marie Darrieussecq, Université du Kent (Paris). Extrait : « Dans une interview récente, l’auteure exprimait l’importance des sciences dans sa démarche créative en ces termes : « J’ai toujours, dans ma vie privée, aimé les scientifiques et ils m’ont apporté un énorme réservoir d’images. La physique quantique est très romanesque, par exemple. Ou le paradoxe de Fermi. Et j’ai lu beaucoup de science-fiction dans mon adolescence. » » Les propositions, en anglais ou en français, d’environ 250 mots, sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à l’adresse suivante: precisionssurlessciences@outlook.fr. Plus d’informations sur Fabula.

31 décembre 2016. « Fictions anatomiques : imaginaires du corps (un speed colloque)« . Montréal, UQAM. Extrait : « On accueillera à bras ouverts (!) des propositions évoquant des greffes, des prothèses, des transfusions, de la chirurgie plastique, des tatouages, des modifications corporelles et de l’automutilation, entre autres métamorphoses. Quant au corpus traité, il pourra certes relever de la littérature, mais la bande dessinée, le cinéma et les beaux-arts (dont le bio-art) ne seront pas en reste. […] Organisée par Philippe St-Germain (Collège Ahuntsic / Figura), cette activité se déroulera le 3 mars 2017 à l’Université du Québec à Montréal et prendra la forme d’un « speed colloque », ce qui signifie que les communications doivent être très courtes (environ 5 minutes). Les propositions de communication (incluant un titre ainsi qu’un résumé ne dépassant pas 200 mots) doivent être envoyées à Philippe St-Germain (philippe_stg@yahoo.ca) ». Plus d’informations sur Fabula.