Appels à contribution (novembre 2016)

1er novembre 2016. « Atelier «Histoire de la réception des textes scientifiques traduits» » Université Paris X. Extrait : « Cet atelier essaiera de fournir des éléments pour une histoire de la réception des textes scientifiques en traduction. Nous évaluerons tant des études de cas que des propositions d’une plus grande envergure, portant sur des couples de langues-cultures ou sur la réception dans une ou plusieurs langues-cultures de traditions scientifiques ou d’ouvrages-clés de la pensée scientifique ». Plus d’informations sur Fabula.

15 novembre 2016. « Suisse politique, Suisse savante, Suisse imaginaire : cohésion et disparité du Corps helvétique au XVIIIe siècle » (Colloque de la Société suisse pour l’étude du XVIIIe siècle (SSEDS), Neuchâtel, 23-25 nov. 2017). Extrait : « L’ambivalence et la tension entre unité et diversité, entre cohésion et concurrence, entre le sentiment d’appartenance nationale et la défense obstinée des souverainetés cantonales, seront au cœur des questionnements du colloque. Par-delà les ambitions promotionnelles, la mythographie élogieuse et l’imaginaire flatteur de la Suisse que cette historiographie a parfois véhiculés, il s’agira de reprendre à nouveaux frais, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’examen des discours et des pratiques culturelles, sociales, politiques ou économiques qui ont pu produire des effets de cohérence et des dynamiques unificatrices, ou au contraire renforcer les divisions et différences internes. Dans le même esprit, on tiendra compte des textes et des actions qui marquent un recul avec les représentations d’une Suisse heureuse, solidaire ou idyllique, et qui prennent acte de leur caractère construit ou de leur inadéquation avec la réalité observable. » Communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

25 novembre 2016. « Les experts avant l’expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience« , dossier thématique de la revue Astérion. Extrait : « Ce dossier thématique entend ainsi proposer une première ébauche de généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir. » Propositions d’articles 2000 signes maximum. Plus d’informations sur Fabula.

30 novembre 2016. « Géo-épistémographies : les écritures de l’espace et du savoir dans la fiction contemporaine« , ENS / Université de Maroua, 2 fév. 2017.  Extrait : « Sous quelles configurations l’espace et le savoir investissent-ils la fiction aujourd’hui ? Par quelles modalités les savoirs se sédimentent-ils, circulent-ils dans des réseaux, dans des territoires ? Quels rapport(s) les êtres sémiotiques contemporains entretiennent-ils avec les espaces, et les savoirs qui y circulent ? Quels sont les enjeux actuels de la représentation spatiale et épistémique ? Cette journée d’études, qui s’inscrit dans le prolongement d’une épistémologie du littéraire soucieuse de restaurer le référent (ici spatial et sapientiel) et de comprendre les significations spatiales et épistémiques, examinera ce questionnement, donnant ainsi l’occasion aux chercheurs d’horizons divers de scruter les écritures contemporaines de l’espace et du savoir, et de réévaluer la pertinence des approches géo- et épistémo-centrés de la fiction contemporaine. » Plus d’informations sur  Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (novembre 2016)

2 novembre 2016 : « Jules Verne, utopique et archaïque« , Jean-Michel Bouvard. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Argument :  » Dans ses écrits sur Paris au XIXème siècle, Walter Benjamin considère que l’une des caractéristiques de la période réside dans la tension croissante entre les nouvelles techniques, qui se sont imposées avec la révolution industrielle, et une société qui demeure archaïque par bien des aspects et est inadaptée à cet ordre nouveau. Il s’ensuit, d’une part, que la technique s’émancipe de l’art, et, d’autre part, que l’art entoure d’illusions nostalgiques la représentation de la technique, et du nouvel ordre social qui lui est associé.  De telles « illusions nostalgiques » se traduisent, chez Jules Verne, (i) par des procédés narratifs et descriptifs qui s’inspirent en partie du discours utopique, qu’il soit littéraire, politique, ou philosophique ; et (ii) par des choix lexicaux qui renvoient à des genres traditionnellement associés à un passé rêvé et merveilleux, comme les contes folkloriques, ou les « féeries » des théâtres populaires. Cette orientation de son écriture est particulièrement sensible dans les récits de voyage qui décrivent des mondes plus ou moins imaginaires ; mais je serai amené à montrer qu’elle contamine aussi les aventures plus sérieusement documentées, même si c’est à un moindre degré.  Malgré l’intérêt et la fascination de Verne pour les sciences de son temps, son écriture n’en reflète pas moins la nostalgie d’un monde où la technique ne se serait pas émancipée de l’emprise de l’art ; et que l’écriture d’une œuvre articulant science et littérature a peut-être été pour lui un moyen de résoudre en partie cette tension. » Plus d’informations sur Fabula.

9 novembre 2016 : « Anthropologie des mondes possibles dans le roman pour adolescents« , Laurent Bazin. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Extrait de l’argument : « Dans le grand champ des récits de fiction, les paralittératures ne bénéficient pas toujours du plus grand crédit institutionnel, tant la prégnance de l’héritage culturel et une certaine tradition scientifique tendent à déconsidérer des œuvres doublement suspectes par leur objectif (l’évasion érigée en principe de plaisir) et leur lectorat (dit « populaire », donc relevant de la culture de masse). Ce discrédit s’aggrave lorsqu’il s’agit de textes destinés à l’enfance, la littérature de jeunesse ayant longtemps tardé à être reconnue comme un objet de recherche pleinement légitime dans le champ des sciences humaines. À l’encontre de tels préjugés, on tiendra que de telles productions constituent des phénomènes profondément significatifs : d’une part parce que l’ampleur de leurs auditoires témoigne de leur capacité à prendre le pouls des représentations collectives ; d’autre part parce que leur inventivité débarrassée des contraintes de la mimesis constitue une façon pas moins efficace et souvent originale d’aborder autrement les grandes questions de société tout en renouvelant les classifications qui sous-tendent volontiers l’activité critique (fantastique, anticipation, science-fiction…). » Plus d’informations sur Fabula.

16 novembre 2016 : « Calvino, pour une littérature de l’en-deçà« , Maria Pia Mischitelli et Melinda Palombi.  Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Extrait d’argument : « L »es possibilités imaginées entre la réalité de la science et l’imaginaire narratif, rejoignant à ce titre un autre roman de Calvino Les villes invisibles, cités rêvées, fantasmées, mais qui pourraient ou auraient pu exister dans un univers parallèle au nôtre et que relate inlassablement Marco Polo au grand Khan. Ces autres mondes s’inscrivent dans une pratique littéraire relevant du mythe : mythe des Origines pour les premières, mythe de la cité idéale pour les secondes. Ou encore du voyage, à travers le temps et l’espace, dans une science-fiction à rebours ou bien dans un temps suspendu. Des temps et des espaces abolis par l’imaginaire narratif et ses codes. Mais chez Calvino c’est en démythifiant le mythe lui-même grâce à un procédé d’écriture spécifique mêlant habilement icasticità et vide qu’émergent ces univers autres relevant d’une réalité où se conjuguent, en creux, un indicible et un invisible caractéristiques de ces ailleurs multiples et toujours autres. » Plus d’informations sur Fabula.

16 – 17 – 18 novembre 2016 : « Merveilles électriques. Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » (Lyon), organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS-Lyon) et Delphine Gleizes (Université Lyon 2). Extrait : « Les XVIIIe et XIXe siècles constituent une période essentielle dans l’histoire des découvertes sur le magnétisme et l’électricité. Elle se caractérise par l’élaboration d’hypothèses scientifiques viables, par la mise en place de procé- dures expérimentales à même de les étayer et, bien sûr, par le développement des applications techniques et pratiques qui en découlent : éclairage, énergie motrice, progrès dans les transmissions et les transports, etc. Ces découvertes dans le domaine des fluides modifient définitivement le rapport au monde. Par le caractère spectaculaire des expériences menées et des progrès engendrés, l’histoire de ces découvertes s’ancre éga- lement dans l’imaginaire contemporain, suscitant une production abondante de textes et d’images. Ce colloque se propose d’analyser la diversité des productions scientifiques, littéraires et médiatiques, dont la circulation témoigne de deux siècles de fascination pour les « merveilles électriques » ». Ouverture du colloque en salle de conférences de la bibliothèque de l’Université Lyon 1 à 10h30. Plus d’informations sur https://anranticip.hypotheses.org/194.

23 novembre 2016. Soirée BNF autour de la nouvelle traduction du Seigneur des anneaux, J. R. R. Tolkien, par Daniel Lauzon. En présence d’Anne Besson (Professeur, Littérature Comparée à l’Université d’Artois), Stéphane Marsan(cofondateur des éditions Bragelonne), Pierre Krause (Babelio.com), Vincent Ferré (Professeur, Littérature Comparée à l’université Paris-Est Créteil et responsable de collection chez Christian Bourgois éditeur et aux éditions Bragelonne). Plus d’informations sur le site de la BNF.

24 novembre 2016. Journée « Littérature et sciences : tangentes, parallèles, sécantes et intégrales» à l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Extrait : « L’objectif central de cette journée, à visée hautement comparatiste, est de montrer la corrélation, d’abord, entre géométrie  et littérature et ensuite postuler que la géométrie est la profondeur systémique de toute création. En un mot tout est géométrique ou il y a de la géométrie dans tout acte de création littéraire. LeProtagoras l’avait insinué « L’homme est à la mesure de toute chose »; « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre » se trouvait, dit-on, gravé à l’entrée de l’Académie fondée à Athènes par Platon. L’on se trouve à l’intersection des sciences dans ce rapprochement des pôles du savoir, au cœur de la coïncidence possible entre le chiffre et la lettre.  » Colloque organisé par DIANDUÉ Bi Kacou Parfait, Professeur des Universités, Université Félix Houphouët-Boigny, et RENOUPREZ Martine, Professeur des Universités, Université de Cadix. Programme et informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (octobre 2016)

12 octobre 2016 : « Le Voyage lunaire en images« , Patrick Désile. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle Dussane. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

19 octobre 2016 : « L’autre monde introuvable de J. R. R. Tolkien« , Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle 235 A, 29 rue d’Ulm. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

20-21 octobre 2016 : « Sciences du vivant : imaginaire et discours scientifique (fin XVIIIe siècle – XIXe siècle)« , colloque accompagné de l’exposition Amazing science (INSERM), organisé par Gisèle Séginger (Univ. Paris-Est Marne-La-Vallée) et Miroslav Loba (Univ. Adam-Mickiewicz de Poznan). Accueil à 9h au Centre scientifique de l’Académie Polonaire de Sciences à Paris, 74 rue Lauriston, 75116 Paris.

 

La question animale. Entre science, littérature et philosophie. (dir. Engélibert, Campos, Coquin, Chapouthier)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 308 p.

ISBN : 978-2-7535-1291-7

Disponibile en librairie
Prix : 18,00 €

Y a-t-il eu un jour entre les animaux et les hommes un contrat moral implicite que l’homme aurait détruit ? Ici, l’articulation de la littérature et des sciences fait problème, tandis que les philosophes sont loin de s’accorder entre eux : les débats internes à l’éthique animale anglo-saxonne reposent sur des prémisses étrangers à la déconstruction que radicalise aujourd’hui la philosophie continentale de l’animalité. Réouvrir la question de l’animal, longtemps sacrifiée au primat d’un logos anthropocentrique, c’est comme l’a dit Derrida réouvrir la « question du pathos » pour se diriger ailleurs : un ailleurs reconnu et parcouru déjà en littérature.

 

Sommaire :

Questions sur un contrat moral

  • Cultures et créations animales
  • Éthique animale ou éthique environnementale
  • De l’élevage à l’abattoir

« Mon semblable, mon frère »

  • Une nouvelle alliance
  • Le littéral et le philosophique : écritures du hiatus. Des souris et des rats
  • À l’épreuve de l’histoire

Les auteurs

Jean-Paul Engélibert est professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3. Ses publications portent sur les frontières de l’humain, à travers notamment la représentation du travail, le motif de l’homme artificiel et la question de l’animal.

Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine,et sur la relation entre littérature, critique, théorie et philosophie depuis le XIXe siècle.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris 8. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J.M. Coetzee.

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

Extraits disponibles sur le site des P. U. R.

Art. « Le secret en littérature et médecine : pour une éthique du partage » (Cabral / Mamzer)

In Via Atlântica, São Paulo, n° 29, p. 95-123 (juin 2016).

Maria de Jesus Reis Cabral

(Projecto « Narrative & Medicine », FST / ULICES, Universidade de Lisboa)

Marie-France Mamzer

(Laboratoire d’Éthique Médicale, Faculté de Médecine Paris / Descartes)

Résumé :  » Littérature et médecine sont deux disciplines entre l’art et la science et les potentialités de leur croisement n’est plus à mettre en doute, trois décennies après l’émergence et l’essor de la Médecine Narrative dans la recherche, la pratique et la formation médicales, replaçant la question du sujet, cruciale en éthique, au cœur de la relation thérapeutique. Face à l’hypertechnicité montante de la médecine, il importe de poursuivre la réflexion en interrogeant une notion d’enjeu et complexité, comme celle du secret, intimement lié aux catégories de la subjectivité et de l’intimité. L’article accompagne son évolution et ses configurations modernes en médecine et littérature pour faire dialoguer une éthique médicale, concernée par la perte du colloque singulier et de la réalité humaine, et la démarche littéraire activant des processus langagiers et discursifs par lesquels le secret peut se constituer en maillon d’une démarche intersubjective de qualité. »

Mots-clés: littérature, éthique médicale, secret, subjectivité, discours

Article disponible en ligne. Pour y accéder, cliquez ici.