Appels à contribution (août 2016)

1er août 2016. « La science-fiction : entre science et fiction, trait d’union ou espace d’exclusion ? (Tunis)« . Institut Supérieur des Etudes Appliquées en Humanités de Zaghouan, pour deux journées d’études les 14 et 15 septembre 2016 à l’université de Tunis. Extrait :  » La littérature interroge d’un côté la connaissance scientifique dans le contexte plus étendu de la pensée humaine et renvoie, de l’autre, le scientifique à sa propre image, apportant la critique là où manque l’autocritique. « Ainsi apparaît le caractère quasi magique d’une littérature, qui, nourrie des inventions et des découvertes, devient à la fois l’écho de la crise qu’elles suscitent, et le moyen d’en conjurer les imprévisibles conséquences » (Christian Grenier, 1994: 40). Dans une double attitude épistémologique et critique, l’auteur de science-fiction parvient à réunir, dans un même espace narratif, des disciplines que l’organisation académique tend sévèrement à séparer. ». Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (septembre 2016)

1er septembre 2016. « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés au XVIe siècle (Le Verger)« . Extrait : « Le Verger, revue en ligne du site Cornucopia, consacre son onzième numéro aux « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, au XVIe siècle » , en lien avec une partie du programme de l’agrégation d’histoire pour les sessions 2017 à 2018. […] Nous laissons les contributeurs libres du choix de leur sujet. Les articles, en français ou en anglais, peuvent être de longueur variable, dans une limite de 8 à 15 pages, soit entre 30 000 et 50 000 caractères environ (espaces compris, notes incluses). » Adresse : site.cornucopia@gmail.com. Plus d’informations sur Fabula.

15 septembre 2016. « L’Homme-machine« , revue L’Homme et la société. Extrait : « Le thème de la machine, de l’automation/automatisation, du robot, voire de l’homme augmenté et du transhumanisme nous semble devoir être repris à l’aube du XXIe siècle, à l’heure où ces problématiques, et singulièrement le transhumanisme, sont présentées par certains comme de nouveaux enjeux. Alors que l’on a décrit ces processus comme déshumanisants (source d’un « travail en miettes » par exemple), ils constitueraient au contraire aujourd’hui une panacée et sont pensés sous un jour positif. Nous proposons de discuter de ces thématiques et d’en réexplorer les enjeux et les effets sur l’Homme. » Plus d’informations sur Fabula.

23 septembre 2016. « Race Theory and Literature« , American Comparative Literature Association, Université d’Utrecht (Pays-Bas). Extrait : « Emerging out of the practices of colonialism, imperialism, and slavery/slave trade, race theory has seen renewed and reinvigorated interest in the last sixteen years. Recent scholarship has started to examine the relationship between these varying theories on race from philosophical, philological, theological, historical, biological, and other disciplines and literature (particularly prose fiction) from as early as the 16th century, but flourishing prominently in the Enlightenment and later 19th century at first in European university and later in U.S. universities, developing concurrently and after these theories were developed and circulated in multiple discourses. This seminar proposes to look at the relationship between literature and the theorization of race in academic disciplines, primarily in the 18th and 19th centuries but also extending into the 20th century. » 20 mn de présentation, envoyer un abstract de 300 mots sur le Site de l’ACLA. Org. Pauline Moret-Jankus (pauline.moret-jankus@uni-jena.de) et Adam J. Toth (adamjtoth@gmail.com).