Actualité des colloques, journées, séminaires (mai 2016)

2 mai 2016 « Virus et parasites, entre biologie et littérature« , Sorbonne nouvelle, institut du monde arabe.

19 – 26 mai 2016. « Le cas médical entre norme et exception« , colloque CAMELIA, Paris. Plus d’informations et programme sur Fabula.

20 mai 2016. « Carte et culture en Occident. Une approche par la littérature« , conférence de Henri Desbois (Nanterre). Laboratoire Géographie-cités, EHGO (Bibliothèque du 3ème étage), 13 rue du four, 75006 PARIS. Extrait : « La carte, davantage que toute autre forme de représentation, incarne la
connaissance géographique. Bien que Brian Harley ait appelé à en
déconstruire l’évidence dès 1989, en pratique, la géographie académique,
pour l’essentiel, accorde implicitement, et souvent inconsciemment, à la
carte un statut de système de représentation symbolique plus ou moins
transparent. Le détour par la littérature est un moyen parmi d’autres de
replacer la carte dans son contexte culturel, social et politique. En
montrant comment la carte est représentée dans les oeuvres littéraires, et
en étudiant comment la représentation de l’espace dans la littérature
compose avec le regard cartographique, on propose d’interroger un des
fondements de la connaissance géographique. » Vendredi 20 mai de 10h à 13h.

Appel d’offre contrat doctoral (mai 2016)

APPEL À CANDIDATURE CONTRAT DOCTORAL

Les sciences en récits : entre philosophie, histoire et littérature

L’Université Paul-Valéry Montpellier 3 propose un contrat doctoral à partir de 2016-2017 pour une recherche menée dans le cadre du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales – CRISES (EA 4424) à destination d’un(e) étudiant(e) titulaire d’un master 2, obtenu dans une autre université, française ou étrangère.

Thématique : « Les sciences en récits : entre philosophie, histoire et littérature ».

Lire la suite

Appels à contribution (mai 2016)

1er mai 2016. « Viralités, parasites et piratages en science-fiction« , 20-21 oct. 2016, Université Bordeaux-Montaigne. Extrait : « Le 5ème colloque Stella Incognita sera consacré en 2016 aux notions de viralité, de parasitage et de piratage au sein du genre de la science-fiction, et ce dans dans une grande variété de médias. Il s’agira d’envisager ces notions dans la pluralité de leurs définitions, afin d’explorer la façon dont la science-fiction se les réapproprie, parfois même les initie, pour mieux interroger le monde qui lui est contemporain. » Plus d’informations sur Fabula.

30 mai 2016. Création littéraire et savoirs biologiques au XIXème. Maison des sciences de l’homme, 25-27 janvier 2017. Extrait : « ll s’agit 1) de comprendre les canaux et les modalités de diffusion des savoirs biologiques auprès des écrivains ; 2) d’analyser leur usage et leur fonction dans les œuvres sous un angle thématique (de quoi parlent-elles, avec quelles inflexions épistémologiques ?), pragmatique (pour quels effets ?) et formel (quels sont les processus de littérarisation, la productivité narrative ou poétique, les effets structurants de ces savoirs ?), ce qui présuppose l’identification des enjeux idéologiques et rhétoriques ; 3) de modéliser les coïncidences ou les décalages temporels et conceptuels entre histoire des sciences et littérature. » Plus d’informations sur Fabula.

31 mai 2016. « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècle)« . Extrait : « C’est la question centrale de ce colloque, qui propose d’interroger la spécificité et l’historicité des imaginaires aérostatique, aéronautique et astronautique dans le journalisme écrit, radiophonique, télévisuel et numérique, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Les médiateurs journalistiques s’étant intéressés à la conquête du ciel et de l’espace l’ont fait en fonction des impératifs et des propriétés du support, en traçant les contours d’un imaginaire qui ne coïncide ni tout à fait avec celui des écrivains, des cinéastes ou des artistes visuels (Wohl, 1996, 2007) ni tout à fait avec celui des inventeurs et de l’industrie, marqué par des considérations techniques (Lenoble, 2006). Orienté par les impératifs propres au journalisme, cet imaginaire répond possiblement à la fois à des visées informatives, politiques, de divertissement et de vulgarisation, non sans être aussi l’objet d’un investissement esthétique. » Plus d’informations sur Fabula.

Revue « Sciences / Lettres » (J. Drigny et S. Pellet, dir.)

Depuis 2013, paraît sous le patronage de l’Ecole Normale (Ulm) et de PSL une revue d’intérêt pour le croisement des disciplines littéraires et scientifiques, la revue « Sciences/Lettres » (RSL) dirigée par Juliette Drigny et Sandra Pellet. Une belle initiative à saluer.

Extrait : « La Revue Sciences/Lettres est une revue électronique pluridisciplinaire dont l’objectif est d’étudier les interfaces entre les sciences et les lettres. Elle diffuse des travaux relevant de champs et de méthodologies différents, dont la mise en commun conduit à interroger les pratiques de la recherche, mais aussi à l’émergence de nouveaux objets.
Chaque numéro met l’accent, pour l’étude d’un thème (première rubrique), sur les conditions, les pratiques, les sources, les outils de la recherche (seconde rubrique). La revue est portée par l’École normale supérieure dans le cadre de la fondation Paris Sciences Lettres (PSL). »

Numéros parus :

Janvier 2013 : « Transferts culturels »

Février 2014 : « Epistémologies digitales des sciences humaines et sociales »

Mars 2015 : « Beaucoup de sens en si peu de mots. L’Occupation des sols de Jean Echenoz »

Avril 2016 : « Baba Yaga en chair et en os »

Plus d’informations sur https://rsl.revues.org.

Revue « Sciences / Lettres » (J. Drigny et S. Pellet dir.)

Depuis 2013, paraît sous le patronage de l’Ecole Normale (Ulm) et de PSL une revue d’intérêt pour le croisement des disciplines littéraires et scientifiques, la revue « Sciences/Lettres » (RSL) dirigée par Juliette Dorigny et Sandra Pellet. Une belle initiative à saluer.

Extrait : « La Revue Sciences/Lettres est une revue électronique pluridisciplinaire dont l’objectif est d’étudier les interfaces entre les sciences et les lettres. Elle diffuse des travaux relevant de champs et de méthodologies différents, dont la mise en commun conduit à interroger les pratiques de la recherche, mais aussi à l’émergence de nouveaux objets.
Chaque numéro met l’accent, pour l’étude d’un thème (première rubrique), sur les conditions, les pratiques, les sources, les outils de la recherche (seconde rubrique). La revue est portée par l’École normale supérieure dans le cadre de la fondation Paris Sciences Lettres (PSL). »

Numéros parus :

Janvier 2013 : « Transferts culturels »

Février 2014 : « Epistémologies digitales des sciences humaines et sociales »

Mars 2015 : « Beaucoup de sens en si peu de mots. L’Occupation des sols de Jean Echenoz »

Avril 2016 : « Baba Yaga en chair et en os »

 

Plus d’informations sur https://rsl.revues.org.

Living Matter / Literary Formes (20th-21rst centuries)

Extrait :

« Au fil des incarnations de la pensée organiciste, la matière vivante a été prise comme miroir de prédilection pour la forme littéraire. Or l’expansion des sciences du vivant au cours du XXe siècle, et en particulier les développements de la génétique, de la neurologie et de l’écologie pendant ses dernières décennies, ont remis en cause la vision de l’organisme comme système stable et autorégulé, le réinterprétant à la lumière de la plasticité, de l’épigénétique, des relations mouvantes entre les espèces.

Au cours de cette période, les sciences du vivant n’ont eu de cesse de nourrir l’imaginaire artistique, et leur influence sur le domaine des études littéraires est aujourd’hui en plein essor.

 

C’est cette relation triangulaire, entre les arts, les sciences du vivant et les études littéraires que ciblait la journée d’étude « Living Matter / Literary Forms », organisée à la Sorbonne Nouvelle en avril 2013, avec le soutien de l’équipe PRISMES.

 

Réunis par Liliane Campos, Yasna Bozhkova et Pierre-Louis Patoine, les actes de cette journée donnent un aperçu des multiples ponts reliant la forme vivante et la forme artistique.

 

Textes mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne. »

 

Textes en ligne sur Fabula.