Appels à contribution (mars 2016)

1er mars 2016. Revue Epistémocritique, appel à contribution pour un numéro bilingue sur le sujet « Discours et espace intérieurs : approches neurocognitives et littéraires« . Extrait : « Les deux termes sont à comprendre dans un sens large : le discours intérieur est formalisé en littérature notamment sous la forme du monologue intérieur mais les voix de la conscience infléchissent tant le roman que la poésie ou le théâtre sous bien d’autres aspects (on peut penser aux usages du discours direct ou du discours indirect libre, par exemple, ou encore à l’écriture automatique, mais aussi à certaines tentatives en vers libres). Différents techniques et artefacts permettent de refléter notre expérience de l’intériorité et projettent une certaine image de la conscience, notamment de la conscience spatiale. Aujourd’hui, les neurosciences et la psychologie cognitive nous fournissent des outils pour penser la relation qu’établissent discours et espace intérieurs dans les textes littéraires et lors de la lecture. » Plus d’informations sur Fabula.

1er mars 2016. Dossier « La mesure du temps« , revue Romantisme. Extrait :  » En 1855, Taine mesurait l’ancienneté de l’humanité conformément aux chronologies établies à partir de la Bible; en 1865, la mesure passait d’une estimation ponctuelle de 6000 ans à une fourchette de 100’000 à 200’000 ans. Ce changement est doublement significatif, non seulement d’un bouleversement dans la mesure des temps préhistorique, mais aussi du passage d’un référentiel religieux à un référentiel scientifique, essentiellement géologique et biologique. Mais le XIXe siècle n’est pas seulement le témoin de phénomènes de dilatation ou de resserrement de l’échelle temporelle: comme le rappelle Hartmut Rosa, c’est à la même époque que, grâce aux développements techniques (cartographie, transports, diffusion des horloges mécaniques), le temps s’émancipe de l’espace «pour devenir de plein droit une dimension autonome du monde»: une dimension finalement tellement prégnante qu’on en oublie qu’elle doit être construite et mesurée. » Plus d’informations sur Fabula.

1er mars 2016. « Merveilles électriques. Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique. 1740-1940« , 17-18 nov. 2016, Lyon. Extrait : « Les xviiie et xixe siècles constituent une période essentielle dans l’histoire des découvertes sur le magnétisme et l’électricité. Elle se caractérise par l’élaboration d’hypothèses scientifiques viables, par la mise en place de procédures expérimentales à même de les étayer et, bien sûr, par le développement des applications techniques et pratiques qui en découlent : éclairage, énergie motrice, progrès dans les transmissions et les transports, etc. Ces découvertes dans le domaine des fluides modifient définitivement le rapport au monde. (…) Par le caractère spectaculaire des expériences menées et des progrès engendrés, l’histoire de ces découvertes s’ancre également dans l’imaginaire contemporain, suscitant une production abondante de textes et d’images. L’objectif de ce colloque est l’analyse de la diversité des productions scientifiques, littéraires et médiatiques, dont la circulation témoigne de deux siècles de fascination pour les « merveilles électriques ». » Plus d’informations sur Fabula.

15 mars 2016. « La Terre« , 42e colloque annuel de l’association Nineteenth-century Studies. 27-29 oct. 2016, Brown University, Rhode Island. Extrait : « La terre et ses associations ont joué un rôle décisif dans la culture et la littérature françaises du dix-neuvième siècle. Le changement de régime et l’évolution démographique, la modernisation et l’industrialisation, de nouveaux modes de communication et de transport, parmi d’autres facteurs, ont contribué à la modification du paysage rural et de son occupation, et à l’évolution de ses habitants, établissant les conditions pour la transformation des modes de vie et des identités. La géographie même de la France et de l’empire français a revêtu une forme nouvelle, au niveau national ainsi que dans les territoires colonisés, provoquant la transformation du sens d’une existence menée à l’intérieur des frontières mobiles et dans un paysage en pleine évolution. Ce colloque propose une réflexion sur la représentation du monde naturel et matériel, ainsi que sur la politique culturelle en jeu par rapport au régionalisme, au terroir et à l’identité. Nous vous invitons à participer à cette réflexion en nous proposant des communications sur les thèmes suivants, sans toutefois s’y limiter. » Plus d’informations sur Fabula.

15 mars 2016. « Séductions et périls du savoir dans les récits bibliques« , Clermont-Ferrand, Maison des sciences de l’homme. Extrait : « l s’agit dans cette cinquième manifestation d’observer l’éventuelle spécificité des mythes bibliques dans la présentation du savoir comme porteur de danger, en particulier (mais pas exclusivement) en littérature, et sans limite chronologique. » Plus d’informations sur Fabula.

30 mars 2016. « Littérature et science : dialogues multidisciplinaires« , 27-28 juin 2016, Lisbonne, FSCH-UNL. Extrait : « Fréquemment considérées comme des champs différents, Littérature et Science affirment récemment une prise de conscience de ses convergences et intersections. D’autre part, le dialogue est une forme textuelle en partie oubliée par le canon littéraire portugais et qui importe de récupérer, puisque ces textes, parfois inédits, peuvent nous apporter des renseignements importants, susceptibles de lectures multidisciplinaires. Sa vocation première, la philosophie, a marqué le caractère spéculatif et didactique de la forme dialogique qui, au cours des siècles, a été utilisée pour traiter des questions et des matières aussi différentes que la satire, la critique sociale, l’actualité, la politique, l’art, la religion, la linguistique, la gastronomie et la science. » Plus d’informations sur fabula.

Appels d’offres 2016

CONTRAT DOCTORAL à l’Université Paul-Valéry (Montpellier), du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales CRISES (EA 4424). Thématique : « Les sciences en récits : entre philosophie, histoire et littérature » Les sciences suscitent de nombreux récits qui visent à donner sens et cohérence à des recherches spécialisées sur le monde et ses objets. Ces récits prennent différentes formes : histoire des concepts et des institutions, biographies des savants, appropriations littéraires. Ce sont ces mises en formes (spéculatives, narratives, poétiques, historiques) qui devront faire l’objet d’une étude s’attachant aux conditions d’émergence et aux trajectoires. Un tel sujet s’inscrit dans le mouvement actuel visant à élargir le champ de la réflexion sur la science par la prise en compte du sujet connaissant. Pour plus d’informations, voir le site de l’Ecole Doctorale.