Doctorants

Elsa COURANT. Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : « Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme. » Informations académiques disponibles sur  : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Genia KATZ. Doctorante à l’Université de Tel-Aviv depuis 2011, sous la direction d’Elisheva Rosen. Titre provisoire de la thèse: « Interférences entre encyclopédies et physiologies : le cas révélateur des Français peints par eux-mêmes ».

Myriam MARCIL-BERGERON. Doctorante (2013-?) à l’Université du Québec à Montréal, sous la direction de Jean-François Chassay et de Lucie Desjardins. Elle prépare une thèse dont le titre provisoire est « Une plongée dans l’imaginaire scientifique : le cas des récits d’exploration sous-marine en France (1950-1960) ». Membre étudiante de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, elle a été assistante de recherche à La Traversée – Atelier québécois de géopoétique d’octobre 2010 à mai 2013, et en assure la coordination depuis juin 2013.

Thibaut MARTINETTI. Doctorant sous la direction d’Hugues Marchal à l’Université de Bâle, Thibaud Martinetti participe actuellement au projet FNS – Sinergia « Poétique et esthétique de l’étonnement », réunissant les professeurs Mireille Schnyder (Université de Zürich), Johannes Bartuschat (Université de Zürich), Nicola Gess (Université de Bâle) et Hugues Marchal (Université de Bâle). Son projet de thèse porte sur la poétique scientifique de l’insecte dans la littérature des XIXe et XXe siècles. Informations académiques sur : https://franz.unibas.ch/seminar/mitarbeitende/profil/portrait/person/martinetti/ et http://www.staunen-projekt.com.

Elsa DE SMET. Doctorante (2012-?) en Histoire de l’art à la Sorbonne Paris-IV sous la direction d’Arnauld Pierre. Elle consacre sa thèse à l’analyse de l’imagerie spatiale entre 1840 et 1969. Enseignante-vacataire d’Histoire de l’Art contemporain et d’Esthétique à l’Université catholique d’Angers. Commissaire d’exposition (Länder – Polysémie du paysage, Rennes, 2011 – Pléiades, Paris – Bruxelles, 2015), critique d’art contemporain (Code 2.0) et ancienne chargée de mission pour des projets culturels (Observatoire de l’Espace, Institut français de Berlin).

Romain ENRIQUEZ. Doctorant (2012-?) à l’Université Paris IV, sous la direction de Bertrand Marchal. Titre provisoire de la thèse : « L’invention littéraire de l’inconscient dans les formes narratives, de Madame Bovary à La Bête humaine (1850-1890). »

Marine RIGUET. Doctorante à Paris IV-Sorbonne depuis 2014, sous la double direction de Didier Alexandre et Jean-Gabriel Ganascia. Thèse intitulée provisoirement : La littérature laboratoire (1850-1914) : du modèle scientifique à la reconquête de l’objet littéraire. Dans ce cadre, elle participe plus largement au projet du Labex OBVIL, qui concilie recherche littéraire et outils informatiques dans le domaine des Humanités numériques.

Yohann RINGUEDE. Doctorant depuis 2013 à l’université de Paris-Est-Marne-la-Vallée (UPEM) et l’université de Bâle sous la co-direction de Gisèle Séginger et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : « La science mise en poème, écriture poétique des savoirs en un siècle positiviste (1850-1901) »

Chercheurs, Professeurs

Claire BAREL-MOISAN. Claire Barel-Moisan est chargée de recherches au CNRS (UMR LIRE, à l’ENS-Lyon). Elle enseigne à l’université Paris 3. Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux portant sur la littérature romanesque du xixe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert) et dirigé deux recueils sur Balzac, Balzac avant Balzac avec José-Luis Diaz, et Balzac, l’aventure analytique avec Christèle Couleau (éditions Christian Pirot, 2006 et 2009). Ses recherches portent actuellement sur l’insertion de la science et des savoirs dans le roman français du xixe siècle. Elle a notamment travaillé sur l’écriture de vulgarisation scientifique dans la presse et dans le roman pour la jeunesse du XIXe siècle. Elle dirige l’ANR Anticipation : « Romans d’anticipation scientifique au tournant du XIXe siècle (1860-1940) » et fait partie de l’ANR Biolographes (sur la littérature et les savoirs biologiques au XIXe siècle).

Christine BARON. Professeur de littérature comparée.FoReLL B3 EA 3816, Université de Poitiers, théorie littéraire, épistémocritique (doit, économie, savoirs du vivant, littérature), a publié La pensée du dehors (2007, Harmattan, « Ouverture philosophique »), La littérature et son autre (2008, Harmattan, « Littératures comparées »), Realism, neorealism, antirealism (Rodopi, 2010), Droit, littérature, transgression (2013), Littérature et économie; contacts, conflits perspectives (2013, Epistémocritique 12).

Jean-François CHASSAY. Jean-François Chassay est professeur au Département d’études littéraires de l’Université du Québec à Montréal depuis 1991. Il a publié plus de 25 livres (essais, romans, anthologies), plusieurs touchant les liens entre science et littérature ainsi que la place du discours scientifique à l’intérieur du discours social, ou plus largement sur l’intégration de savoirs constitués dans la fiction. Il a participé à l’ANR « Histoires croisées au XIXe siècle : histoire des sciences du point de vue de la littérature et histoire de la littérature du point de vue des sciences » (sous la direction d’ Anne Gaëlle Weber, 2010-2013) et participe actuellement à l’ANR  “Romans d’anticipation scientifique au tournant du XIXe siècle (1860-1940)”(sous la direction de Claire Barel-Moisan).

Marianne CLOUTIER. Après avoir complété un doctorat en histoire de l’art portant sur la conceptualisation de l’identité et la figure de l’être humain dans le bioart, Marianne Cloutier poursuit actuellement un post-doctorat au département de sciences biologique de l’Université de Montréal. Dans le cadre de ses recherches, elle s’intéresse aux questions éthiques, politiques, sociales et philosophiques qui émergent de l’intégration du vivant en art et du détournement des outils, des techniques et des savoir-faire scientifiques par l’artiste. Son projet de recherche en cours, La fabrique du bioart, se penche plus particulièrement sur la spécificité des processus créatifs de cette forme d’art.

Laurence DAHAN-GAIDA. professeur de littérature comparée à l’Université de Franche-Comté et directrice du Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (EA3224 – C.R.I.T.) dans la même université, où elle dirige un programme de recherches sur la « Circulation et reconfiguration des savoirs ». Elle est également rédactrice en chef de la revue en ligne Epistemocritique.org, revue interdisciplinaire consacrée à l’étude des échanges entre savoirs et littérature. Elle est l’auteur de deux ouvrages d’épistémocritique (Musil. Savoir et fiction, PUV, 1994 ; Le savoir et le secret. Poétique de la science chez Botho Strauss, PUS, 2008) ainsi que de nombreux articles sur les rapports science/littérature. Elle a également dirigé plusieurs collectifs sur ces questions ou des problématiques connexes : Conversations entre la littérature, les arts et les sciences, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006 ; Logiques du tiers : littérature, culture, société (Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007) ; L’Autre EnQuête. Médiations littéraires et culturelles de l’altérité, (avec Nella Arambasin), Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007 ; Dynamiques de la mémoir e : arts, savoirs, histoire, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2010 ; Revue TLE n°26/2009 : Savoir, mémoire, innovation, Presses Universitaires de Vincennes, 2009 ; Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts, Paris, Hermann, 2012 ; Circulation des savoirs et reconfiguration des idées. Perspectives croisées : France-Brésil, Paris, Presses du Septentrion, 2015.

Elaine DESPRÉS. Elaine Després est chercheuse postdoctorale à l’Université de Montréal où elle étudie les discours écologistes et l’imaginaire de la catastrophe dans les récits post-apocalyptiques. Sa thèse de doctorat en littérature comparée, dirigée par Jean-François Chassay et soutenue à l’Université du Québec à Montréal en 2012, s’intitulait « Pourquoi les savants fous veulent-ils de détruire le monde? Évolution d’une figure de l’éthique »; elle sera d’ailleurs publiée aux Éditions du Quartanier en 2015. Elle a ensuite fait un premier stage postdoctoral à l’Université de Bretagne occidentale (2012-2014) sur l’utilisation de théories évolutionnistes dans les représentations du posthumain. Elle a publié plusieurs articles notamment sur les œuvres de H.G. Wells, Maurice Renard, Margaret Atwood et Brian Aldiss, et elle a co-dirigé l’ouvrage PostHumains : frontières, évolutions, hybridités, publié aux Presses universitaires de Rennes en 2014. Ses recherches portent plus généralement sur la représentation fictionnelle de la science dans une perspective sociale et épistémique. Pour plus de détails ou pour la contacter : https://umontreal.academia.edu/ElaineDesprés.

Stéphanie DORD-CROUSLÉ. Ancienne élève de l’ENS Ulm, Stéphanie Dord-Crouslé est chercheur au CNRS, à Lyon, au sein de l’UMR LIRE. Spécialiste de Flaubert, elle a édité plusieurs de ses œuvres et rédigé un ouvrage de synthèse sur son roman posthume (Bouvard et Pécuchet de Flaubert, une « encyclopédie critique en farce », Belin, 2000), ainsi que de très nombreux articles sur cet auteur. Elle dirige l’édition numérique des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (ANR Corpus, 2007) : http://www.dossiers-flaubert.fr/. Elle collabore actuellement au projet « Romans d’anticipation scientifique au tournant du XIXe siècle (1860-1940) » (ANR, 2014, dir. Claire Barel-Moisan). https://cv.archives-ouvertes.fr/stephanie-dord-crousle.

Joëlle DUCOS. Agrégée de lettres classiques, après une thèse sur la réception des Météorologiques d’Aristote en Français (XIIIe-XIVe siècles), puis une HDR sur la vulgarisation scientifique au Moyen Age, Joëlle Ducos mène des travaux sur la genèse du lexique scientifique et sur les traductions médiévales. Elle dirige actuellement une ANR Crealscience visant à l’élaboration d’un Dictionnaire de Français Scientifique Médiéval et a élaboré une bibliothèque numérique de livres anciens d’astronomie, Uranie, avec la collaboration de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, de l’école nationale des Chartes, la Bibliothèque universitaire de Bordeaux 1, la Bibliothèque municipale de Bordeaux et la bibliothèque de l’Observatoire de Paris.
Elle est actuellement directrice de l’EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire, directrice-adjointe de l’UFR de langue française et membre du conseil scientifique de l’Université Paris-Sorbonne.

Bertrand MARQUER. recherches sur l’imaginaire scientifique au XIXe siècle et son impact littéraire (formes, discours, idéologies). Elles sont donc à la croisée de l’histoire des sciences, des mentalités et de la littérature, et abordent des champs disciplinaires relevant de l’épistémologie, de l’esthétique et de la poétique. Détails et publications sur le site de l’université de Strasbourg.

Hugues MARCHAL. Professeur assistant de littérature moderne française et générale à l’Université de Bâle. De 2007 à 2010, il a dirigé le projet Euterpe : la poésie scientifique en France de 1792 à 1939, lauréat d’un appel à projets « Jeunes chercheurs » de l’Agence nationale de la Recherche. Il participe au programme ANR « HC 19 : histoires croisées de la littérature et des sciences au 19e siècle » (2010-2013), au projet FNS Sinergia « Poetik und Aesthetik des Staunens » (2014-2017) et à l’édition des Cahiers de Paul Valéry (ITEM). Détails et publication sur le site de l’Université de Bâle.

Isabelle PANTIN. Professeur à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm), au département Littérature et Langages (LILA) ; co-directrice de l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS / ENS / Paris I). Spécialiste de la Littérature de la Renaissance et l’Histoire du livre. Membre du programme « Savoirs, biens culturels et informations ». Intérêts de recherche : relations entre la littérature, la philosophie et les sciences, et sur les circulations culturelles. Détails et publications sur: Site du Lila (ENS).

Pierre-Louis PATOINE. MCF, Université Paris Sorbonne Nouvelle (Paris III), section « Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes » ; co-direction, avec Liliane Campos, du groupe de travail « sciences et littérature ». Intérêts de recherche : littérature et sciences du vivant; lecture et états de conscience; littérature américaine contemporaine. Contact : pierre-louis.patoine@univ-paris3.fr.  Détails sur : Site de l’Univ. Paris 3.

Michel PIERSSENS. Professeur, Université de Montréal. Champ de recherche : rencontre entre littérature et savoir (linguistique, philosophie, sciences). Ses travaux récents ont porté sur les rapports entre littérature, sciences et parasciences du début du XIXe siècle jusque vers 1925 («Savoirs fin de siècle : Proust», Conseil de recherches en sciences humaines du Canada [CRSH]) et sur «La poésie scientifique» (programme de recherche CRSH) ainsi que sur la vie littéraire fin de siècle en France et au Québec («La Revue des deux Frances», CRSH). Fondateur du portail électronique www.epistemocritique.org consacré à l’actualité des recherches sur la littérature et les savoirs, en ligne depuis 2007. Plus d’informations sur le site de l’Université de Montréal.

Laurence TALAIRACH-VIELMAS. Professeur à l’Université Toulouse Jean Jaurès et spécialiste de littérature victorienne. Ses recherches sont rattachées au Centre Alexandre Koyré (UMR 8560 – CNRS – EHESS – MNHN) et elle s’intéresse aux représentations, constructions et transmissions des savoirs médicaux et scientifiques et au rôle de la littérature dans la diffusion et la constitution de ces savoirs. Une partie de ses recherches porte également sur les collections muséales, qu’il s’agisse de leur histoire, leur conservation ou des enjeux de certaines collections.

Anne-Gaëlle WEBER. Professeur des universités en littérature comparée à l’université d’Artois, Anne-Gaëlle WEBER est responsable de l’ANR Jeunes Chercheurs HC19 : « Histoires croisées au XIXe siècle : histoire des sciences du point de vue de la littérature et histoire de la littérature du point de vue des sciences » (2011-2013). Elle est spécialiste des rapports de la littérature avec les savoirs scientifiques, et des réseaux de diffusion des savoirs au XIXe siècle (vulgarisation). Détails sur Biolog (Hypothèses) et le site de l’université d’Artois.

Stéphane ZEKIAN. Chercheur CNRS, Laboratoire LIRE. Histoire des représentations : usages idéologiques des héritages culturels ; production de l’identité nationale par l’historiographie littéraire depuis le XIXe siècle (la France comme « nation littéraire ») ; les catégories de la consécration ; construction et évolution du canon littéraire. Histoire des disciplines : délimitation des territoires littéraire et scientifique à partir de la Révolution française ; archéologie des « deux cultures » (approche politique et institutionnelle). Détails (publications et articles en ligne) sur le site de LIRE (Lyon).

Appels à contribution (décembre 2015)

3 déc. 2015. « Sciences et pouvoir dans le corpus encyclopédique européen du XVIIIème siècle« , ESHS 2016, Prague. Extrait : « Durant le XVIIIe siècle, les encyclopédies se multiplient aux quatre coins de l’Europe : Cyclopaedia de Chambers, Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, Encyclopédie d’YverdonUniversal LexiconEncyclopaedia BritannicaEncyclopédie méthodique de Panckoucke, pour ne citer que les plus célèbres. Si ces œuvres partagent un dessein commun, celui de rassembler les connaissances, en particulier scientifiques, elles véhiculent aussi souvent un certain nombre de conceptions sur le rôle des sciences, la façon de les élaborer, de les organiser, de les transmettre, en prise directe avec les enjeux de leurs temps. Qu’ils soient explicites ou implicites, ces examens critiques des savoirs constituent un angle d’étude intéressant pour aborder les relations entre sciences et pouvoir, que notre symposium souhaiterait mettre en lumière en privilégiant deux voies d’analyse particulières : celle des relations entre savoirs scientifiques et savoirs techniques, et celle de la formation scientifique.  » Plus d’informations sur Fabula.

8 déc. 2015. « L’Esprit (dé)réglé: Littérature, science et vie de l’esprit en France, 1700-1900« . Extrait :  » L’objectif de ce numéro spécial est de mettre à nu la manière dont l’étude de l’esprit a inspiré la circulation des idées et des formes d’écriture entre la littérature et les sciences de l’homme entre 1700 et 1900. Il s’agit également d’identifier les stratégies rhétoriques et narratives que les écrivains et penseurs du XVIIIe et du XIXe siècle ont utilisées pour mettre en scène la vie et les « aventures » de l’intellect. Nous nous intéressons particulièrement à des contributions qui explorent le dialogue entre la littérature et d’autres champs de la connaissance, telles la philosophie, les sciences de la vie et la médecine, tout particulièrement la psychiatrie naissante.Les propositions d’article d’environ 500 mots sont à envoyer avant le 8 décembre 2015 à Anne Vila (acvila@wisc.edu) et Florence Vatan (fvatan@wisc.edu). »

15 dec. 2015. « Musées« , revue Romantisme (mars 2016). Extrait « Ce numéro de Romantisme, qui en prolonge plusieurs autres (Arts et institutionsLa collection au XIXe siècle, et tout récemment Intérieurs ou La peinture d’histoire…) aborde un phénomène culturel massif du XIXe siècle: celui du musée. La présence du mot dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert en témoigne, à travers une triade d’occurrences réunissant l’histoire (par le musée d’histoire de France ouvert à Versailles par Louis-Philippe en 1837), l’art (par le Musée par excellence au XIXe siècle, le Louvre), et enfin la médecine (par le musée Dupuytren où la sémiologie médicale se fonde sur l’exercice du regard). » Les propositions d’une page au maximum comportant un résumé et une brève notice bio-bibliographique sont à adresser avant le 15 décembre 2015 à Ségolène Le Men (segolene.lemen@gmail.com), avec copie à Philippe Hamon (philippe-hamon1@aliceadsl.fr) et Paule Petitier (paule.petitier@univ-paris-diderot.fr). Plus d’informations sur Fabula.

15 déc. 2015. « L’être de langage, entre corps et technique : nouvelles données, nouvelle donne? » Extrait  : « Ce colloque vise à établir un dialogue entre les sciences humaines, les neurosciences et les sciences de l’ingénieur. Le rapprochement entre ces disciplines s’inscrit de fait dans une certaine urgence sociétale : à fragmenter les approches du corps, ne fragilise-t-on pas aussi l’unité de l’homme et de ses conceptions ? » Plus d’informations sur Fabula.

31 déc. 2015. « Les relations entre homme et animal dans les cultures, littératures, et médias francophones. » Atelier dans le cadre du congrès international des chercheurs en études francophones en Allemagne à Sarrebruck (Allemagne), 28.09.-01.10.2016. Des propositions de communication sont bienvenues jusqu’au 31 décembre 2015 par courriel aux organsiateurs (Doris.G.Eibl@uibk.ac.at, julia.proell@uni-saarland.de,  c.vatter@mx.uni-saarland.de). Plus d’informations sur Fabula.