Séminaire « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines »

Le 28 février 2017, au 5 rue de l’école de médecine (Paris), le séminaire « Sciences et Littérature » de Liliane Campos et Pierre-Louis Patoine reprend autour du thème des « Frontières de l’organisme ». Les séances de 2017 seront consacrées à la microbiologie et aux logiques planétaires dans la littérature, la performance et l’art contemporains.

– 28 février 2017 : « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines ». Présentations et réactions de François-Joseph Lapointe (Université de Montréal), Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace), Eric Bapteste (CNRS), Catherine Larose (CNRS), Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres).

Prochaine date : – 4 mai 2017 : « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». Présentations et réactions autour d’une conférence donnée par Bruce Clark (Texas Tech University).

 

EA 4398 PRISMES Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

URL DE RÉFÉRENCE

https://litorg.hypotheses.org

ADRESSE

5, rue de l’école de médecine, Paris

27 janv.-23 juin 2017 « L’hybride en littérature »

Du 27 janvier au 23 juin 2017, aura lieu à l’UPEC Paris Créteil le séminaire doctoral consacré à « L’Hybride et la littérature », organisé par Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré (’EA 4395 « Lettres, Idées, Savoirs » (LIS, Université Paris-Est Créteil) et ED « Cultures et Sociétés » (Université de Paris-Est)).

Argumentaire du séminaire (voir la présentation détaillée & l’appel à communications diffusés en août)

Extrait : « Ce séminaire se propose de poursuivre la réflexion récente sur la pertinence de la notion d’hybride (et plus généralement sur la pertinence de l’application d’un paradigme scientifique dans le champ esthétique) en ouvrant le plus largement possible ses champs d’application littéraire. Après une première séance réservée à la présentation théorique de la notion, de l’Antiquité aux théorisations les plus récentes dans le contexte postmoderne, postcolonial et postféministe, deux séances interrogeront la notion d’hybride dans la théorie des genres, dans le cas des deux grands genres protéiformes par excellence : le roman et l’essai. Les deux séances suivantes, par des changements de focale, exploreront la notion d’hybridité à l’échelle microtextuelle, dans le cas particulier du plurilinguisme et des enjeux interculturels qu’il soulève, et à l’échelle de la transdisciplinarité, quand des œuvres littéraires prennent en charge des discours traditionnellement réservés à d’autres champs du savoir (scientifique, urbanisme, etc). Enfin, la journée d’études sera centrée sur l’hybridité intermédiale et intermatérielle, et la manière dont la notion d’hybride permet d’analyser les tentatives d’intégrer dans des textes les modes de représentation d’autres systèmes sémiotiques (la musique, la caricature, le cinéma), ou les expérimentations récentes de la littérature numérique. »

Détail du programme et informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (Janvier 2017)

27 janvier 2017. « Léonard de Vinci écrivain, entre arts & sciences« , Maison de la recherche, Paris. Informations et programme sur Fabula. « On enquêtera sur le rapport de Léonard à l’écriture, en considérant que celle-ci constitue l’entrée par laquelle on peut éclairer l’ensemble de son œuvre et de son parcours. Pour aborder les Carnets, qui sont des notes à usage privé consignées dans des dizaines de manuscrits, il s’impose de tenir compte de la production graphique et picturale de Léonard, c’est-à-dire de son rapport à l’image. »

27 janvier 2017. Séminaire Interlangues Science fiction et récits brefs (IRPAL), université Jean Jaurès, org. Yves Iehl et Jean Nimis. Intervenant : Simon Bréan (Université Paris Sorbonne), « Points chauds, de Laurent Genefort, sur la logique du fix-up (avec des élément de réflexion sur le dispositif pseudo-documentaire dans Aliens mode d’emploi, accolé dans l’édition de poche)« .

Recrutement Humanités numériques / Mercure galant (Iremus-Obvil)

LE PROGRAMME ‘MERCURE GALANT’ IREMUS/LabEx OBVIL

RECRUTE

des STAGIAIRES pour des contrats de deux mois minimum à temps plein (35 h/semaine, 80 jours travaillés). Niveau de formation souhaité : Licence, idéalement Master 1.

Les stagiaires bénéficieront d’une formation dans le cadre du projet. Ils travailleront en équipe, participeront à l’établissement d’ontologies numériques et à l’indexation d’un corpus de textes du XVIIe siècle. Lire la suite

Appels à contribution (janvier 2017)

15 janvier 2017. « Art et science, regards croisés« , Université de Liège, colloque les 25 et 27 octobre 2017. Extrait : « La question des relations entre art et science gagne aujourd’hui l’intérêt de nombreux chercheurs qui, à l’appui de cas exemplaires, démontrent avec toujours plus de pertinence le rôle joué par les avancées scientifiques et technologiques dans le domaine des arts, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’objectif du colloque Art et science, regards croisés est de comprendre les raisons d’une telle fascination des artistes pour la science, mais pas seulement. » Plus d’informations sur Fabula.

A. Esquerre, « Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique »

A. Esquerre

Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique

Paris, Fayard, 2016.

Compte-rendu rédigé par Anne de Sales sur le site de la revue en ligne Gradhiva. Extrait du CR :

« Plus de 1 500 récits de témoins d’événements extraterrestres couvrant une période de 60 ans (1952-2012) sont archivés par le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), qui dépend du Centre national d’études spatiales (Cnes). Sur la base de ce corpus entré dans le domaine public, Arnaud Esquerre élabore une théorie des événements extraterrestres qu’il expose en deux parties. Dans la première, il s’attache à montrer que ces histoires, où les descriptions des choses énigmatiques sont très variées, constituent cependant une même classe de récits reposant sur un schéma narratif commun. Dans la seconde, il se penche sur le type d’enquêtes (militaire, scientifique, policière) appelées à éclaircir le mystère. »

« Race et imaginaire biologique chez Proust » (Moret-Jankus), 2016

Race et imaginaire biologique chez Proust (Paris: Classiques Garnier, 2016).
À la recherche du temps perdu tisse un écheveau de thèmes issus d’un imaginaire biologique à la fois diffus et précis : s’y rencontrent pêle-mêle insectes pollinisateurs, Darwin, huîtres, Mendel, hybrides, métamorphoses. Cette présence du biologique est loin d’être un ornement ou un simple miroir des savoirs de l’époque. Elle permet à Proust d’interroger et de mettre en scène la tension entre identités de groupe – on pense à la « Race maudite » – et aspiration à une loi universelle. Au-delà, cet imaginaire biologique nourrit la représentation littéraire de la multiplicité de l’identité personnelle.

Table des matières : https://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/PmkMS01_tabmat.pdf

ISBN: 97978-2-8124-6021-0
315 pp.
39.00 €

Appels à contribution (novembre 2016)

1er novembre 2016. « Atelier «Histoire de la réception des textes scientifiques traduits» » Université Paris X. Extrait : « Cet atelier essaiera de fournir des éléments pour une histoire de la réception des textes scientifiques en traduction. Nous évaluerons tant des études de cas que des propositions d’une plus grande envergure, portant sur des couples de langues-cultures ou sur la réception dans une ou plusieurs langues-cultures de traditions scientifiques ou d’ouvrages-clés de la pensée scientifique ». Plus d’informations sur Fabula.

15 novembre 2016. « Suisse politique, Suisse savante, Suisse imaginaire : cohésion et disparité du Corps helvétique au XVIIIe siècle » (Colloque de la Société suisse pour l’étude du XVIIIe siècle (SSEDS), Neuchâtel, 23-25 nov. 2017). Extrait : « L’ambivalence et la tension entre unité et diversité, entre cohésion et concurrence, entre le sentiment d’appartenance nationale et la défense obstinée des souverainetés cantonales, seront au cœur des questionnements du colloque. Par-delà les ambitions promotionnelles, la mythographie élogieuse et l’imaginaire flatteur de la Suisse que cette historiographie a parfois véhiculés, il s’agira de reprendre à nouveaux frais, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’examen des discours et des pratiques culturelles, sociales, politiques ou économiques qui ont pu produire des effets de cohérence et des dynamiques unificatrices, ou au contraire renforcer les divisions et différences internes. Dans le même esprit, on tiendra compte des textes et des actions qui marquent un recul avec les représentations d’une Suisse heureuse, solidaire ou idyllique, et qui prennent acte de leur caractère construit ou de leur inadéquation avec la réalité observable. » Communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

25 novembre 2016. « Les experts avant l’expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience« , dossier thématique de la revue Astérion. Extrait : « Ce dossier thématique entend ainsi proposer une première ébauche de généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir. » Propositions d’articles 2000 signes maximum. Plus d’informations sur Fabula.

30 novembre 2016. « Géo-épistémographies : les écritures de l’espace et du savoir dans la fiction contemporaine« , ENS / Université de Maroua, 2 fév. 2017.  Extrait : « Sous quelles configurations l’espace et le savoir investissent-ils la fiction aujourd’hui ? Par quelles modalités les savoirs se sédimentent-ils, circulent-ils dans des réseaux, dans des territoires ? Quels rapport(s) les êtres sémiotiques contemporains entretiennent-ils avec les espaces, et les savoirs qui y circulent ? Quels sont les enjeux actuels de la représentation spatiale et épistémique ? Cette journée d’études, qui s’inscrit dans le prolongement d’une épistémologie du littéraire soucieuse de restaurer le référent (ici spatial et sapientiel) et de comprendre les significations spatiales et épistémiques, examinera ce questionnement, donnant ainsi l’occasion aux chercheurs d’horizons divers de scruter les écritures contemporaines de l’espace et du savoir, et de réévaluer la pertinence des approches géo- et épistémo-centrés de la fiction contemporaine. » Plus d’informations sur  Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (octobre 2016)

12 octobre 2016 : « Le Voyage lunaire en images« , Patrick Désile. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle Dussane. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

19 octobre 2016 : « L’autre monde introuvable de J. R. R. Tolkien« , Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle 235 A, 29 rue d’Ulm. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

20-21 octobre 2016 : « Sciences du vivant : imaginaire et discours scientifique (fin XVIIIe siècle – XIXe siècle)« , colloque accompagné de l’exposition Amazing science (INSERM), organisé par Gisèle Séginger (Univ. Paris-Est Marne-La-Vallée) et Miroslav Loba (Univ. Adam-Mickiewicz de Poznan). Accueil à 9h au Centre scientifique de l’Académie Polonaire de Sciences à Paris, 74 rue Lauriston, 75116 Paris.

 

Appels à contribution (octobre 2016)

14 octobre 2016. « Transverse journal, n° 16 : « Madness / La folie »« . Extrait : « La société contemporaine est obsédée par le bien-être mental, et la réduction de la pleine conscience à une éthique du soin de soi finit plus souvent qu’autrement par encourager et dramatiser à l’excès les expériences les plus banales de dissonance et de détresse cognitive. Les sociétés pharmaceutiques exploitent cette tendance en mettant l’accent sur les symptômes plutôt que sur les causes profondes, laissant les patient.e.s dans un état de crise perpétuelle. Cela a pour effet de brouiller les frontières entre le stress mental quotidien et les troubles psychiatriques, si bien que les besoins des deux groupes ne sont ni pris en charge, ni compris. Le numéro 16 de Transverse souhaite aborder la folie sous toutes ses formes, afin d’éclairer la tendance paradoxale au diagnostic erroné et au compartimentage des maladies mentales, et simultanément à la surestimation et à l’exagération des anxiétés quotidiennes. » Plus d’informations sur Fabula.

17 octobre 2016. « Récits d’accès au savoir au XVIIe siècle ». Appel à contribution d’articles pour la revue XVIIe siècle. Extrait : « l existe, au XVIIe siècle, différentes manières de raconter l’accès au savoir ou à la vérité : le récit hagiographique qui rapporte l’illumination du saint ; la biographie savante qui détermine les conditions de la découverte ; le roman épistémologique qui explore les fictions scientifiques. […] Ce collectif propose d’explorer la variété et la spécificité de ces récits pour une période qui remanie les fables léguées par les Anciens. […]  Il s’agit, par conséquent, d’une réflexion sur l’imaginaire du siècle lié au savoir et, plus particulièrement, à la figure complexe et multiforme de celui qui le cherche ou le désire. » Propositions d’articles d’environ 300 mots ; sélection en nov. 2016. Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « Science-fiction et jeu vidéo (ReS Futurae n° 12)« . Appel à contribution d’articles pour la revue ReS Futurae. Extrait : « De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford ». Thèmes envisagés : « Contenus et représentations », « intermédialité », « marges du jeu » et « analyses contextuelles ». Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « L’art de la greffe dans l’œuvre de Jamaica Kincaid », Sorbonne, mai 2017. Extrait : « Le jardinage comme pratique manuelle peut permettre d’envisager la production de l’écrivaine comme une fabrique, un espace du peu où le travail de la main et du pied peut s’exercer. L’artisanat botanico-graphique de l’écrivaine serait alors une sorte de craftwomanship, permettant d’obvier les attendus de genre et de race, par des déplacements subtils mais systématiques de point de vue (See Now Then), d’éradiquer (uprooting) les pièges des catégories de tout ordre. On pourra dès lors aussi s’interroger sur les formes artistiques non littéraires, photographie, musique ou dessins, qui prolifèrent dans ces textes, présences symptomatiques des modes d’engendrement et du surgissement de l’écriture. ». Propositions de 200 à 250 mots à envoyer, ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique, à kincaidconferenceparis@gmail.com.

26e édition du Festival d’Astronomie de Fleurance

Capture d’écran 2016-08-21 à 12.01.33

Le festival d’astronomie de Fleurance, organisé par Bruno Monflier avec le soutien de Hubert Reeves, vient de s’achever pour la vingt-sixième fois. Ce projet, ayant pris de l’ampleur d’année en année, accueille aujourd’hui un public grandissant ainsi qu’un grand nombre d’orateurs d’une qualité remarquable, dans le but de vulgariser les sciences astronomiques pour les amateurs comme les confirmés. Lire la suite

Appels à contribution (septembre 2016)

1er septembre 2016. « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés au XVIe siècle (Le Verger)« . Extrait : « Le Verger, revue en ligne du site Cornucopia, consacre son onzième numéro aux « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, au XVIe siècle » , en lien avec une partie du programme de l’agrégation d’histoire pour les sessions 2017 à 2018. […] Nous laissons les contributeurs libres du choix de leur sujet. Les articles, en français ou en anglais, peuvent être de longueur variable, dans une limite de 8 à 15 pages, soit entre 30 000 et 50 000 caractères environ (espaces compris, notes incluses). » Adresse : site.cornucopia@gmail.com. Plus d’informations sur Fabula.

15 septembre 2016. « L’Homme-machine« , revue L’Homme et la société. Extrait : « Le thème de la machine, de l’automation/automatisation, du robot, voire de l’homme augmenté et du transhumanisme nous semble devoir être repris à l’aube du XXIe siècle, à l’heure où ces problématiques, et singulièrement le transhumanisme, sont présentées par certains comme de nouveaux enjeux. Alors que l’on a décrit ces processus comme déshumanisants (source d’un « travail en miettes » par exemple), ils constitueraient au contraire aujourd’hui une panacée et sont pensés sous un jour positif. Nous proposons de discuter de ces thématiques et d’en réexplorer les enjeux et les effets sur l’Homme. » Plus d’informations sur Fabula.

23 septembre 2016. « Race Theory and Literature« , American Comparative Literature Association, Université d’Utrecht (Pays-Bas). Extrait : « Emerging out of the practices of colonialism, imperialism, and slavery/slave trade, race theory has seen renewed and reinvigorated interest in the last sixteen years. Recent scholarship has started to examine the relationship between these varying theories on race from philosophical, philological, theological, historical, biological, and other disciplines and literature (particularly prose fiction) from as early as the 16th century, but flourishing prominently in the Enlightenment and later 19th century at first in European university and later in U.S. universities, developing concurrently and after these theories were developed and circulated in multiple discourses. This seminar proposes to look at the relationship between literature and the theorization of race in academic disciplines, primarily in the 18th and 19th centuries but also extending into the 20th century. » 20 mn de présentation, envoyer un abstract de 300 mots sur le Site de l’ACLA. Org. Pauline Moret-Jankus (pauline.moret-jankus@uni-jena.de) et Adam J. Toth (adamjtoth@gmail.com).

Appels à contribution (juin 2016)

15 juin 2016. « Entre métaphores et pommes de Newton : science et littérature en Espagne et en Europe aux XIXème et XXème siècles (1868-1923)« . Santander, 15-17 dec. 2016. Extrait : « Au cours de cette manifestation il s’agira d’approfondir, toujours dans une approche pluridisciplinaire et comparatiste, les nombreux transferts qui se sont produit entre l’Espagne et d’autres nations européennes comme la France. Ces transferts ont pris des formes multiples (circulation de textes, d’ouvrages, d’illustrations et « d’objets » culturels) et se sont réalisés dans des espaces divers (notion essentielle de déterritorialisation) tout en faisant intervenir de nombreux médiateurs : traducteurs et auteurs, éditeurs, libraires, imprimeurs. La question de la divulgation et de la vulgarisation mérite d’être également explorée : livres, images, illustrations, expositions, spectacles et conférences sont autant de mises en scène ou de mises en représentation de la science. Il s’agira aussi d’appréhender les interactions discursives entre ces deux modes de connaissance extrêmement chargés de sens aux XIXe et XXe siècles, la science et la littérature. » Plus d’informations sur Fabula.

15 juin 2016. « Les sciences du vivant. Imaginaire et discours scientifique« , colloque du 20-21 oct. 2016, Académie Polonaise des Sciences. Extrait : « L’objectif de ce colloque est d’étudier l’imaginaire et le discours scientifique de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle dans le domaine des sciences de la nature et de la vie. Cette période voit le développement de nouvelles théories dans l’histoire naturelle puis la formation de la biologie et l’émergence de modèles de pensées et d’idées qui connaîtront une diffusion importante vers d’autres domaines. Du fixisme, au transformisme, à l’évolutionnisme puis à l’idée de mutation, les paradigmes changent. Cette période favorise les débats, les hypothèses et la formulation d’idées dans des textes dont les qualités littéraires semblent indissociables d’une inventivité scientifique qui ne cède pas encore à l’abstraction et à la sécheresse théorique ». Proposition à transmettre à gisele.seginger@u-pem.fr. Plus d’informations sur Fabula.

20 juin 2016. « Les réseaux médico-littéraires dans l’Entre-deux-guerres : revues, institutions, lieux, figures« , Université de Fribourg (Suisse), 24-25 nov. 2016. Journées d’étude organisées dans le cadre du projet FNS « La figure du poète-médecin (XXe-XXIe siècles) : une reconfiguration des savoirs ». Extrait : « Aux lendemains de la Première Guerre Mondiale, le rapprochement entre la littérature et les sciences est au cœur d’enjeux géopolitiques qui lui donnent un rayonnement nouveau. La création de la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations en 1922 donne une dimension particulière à des échanges qui s’élargissent à l’échelle européenne. Paul Valéry, entre autres, y est très actif – alors même que Céline travaille au Bureau d’hygiène de la SDN – et y rencontre de nombreux médecins[3]. Dans ce contexte, comment ont évolué les échanges entre les milieux médicaux et littéraires ? Nous aimerions que cette journée soit l’occasion d’examiner, tout autant que les grandes voix qui font vivre ce dialogue, le commerce quotidien qui en constitue l’arrière-plan. » Plus d’informations sur Fabula.

20 juin 2016. « La figure du poète-médecin, XXe-XXIe siècles« . Colloque international du 30 mars au 1er avril 2017 à l’Université de Fribourg, Suisse. Extrait : « Ce colloque cherchera à montrer que, malgré le déclin de la « poésie scientifique », les échanges entre poésie et médecine sont restés fructueux et générateurs de connaissances nouvelles après 1900. Il s’agit d’explorer les voies inédites qu’emprunte le dialogue entre les poètes et les médecins dans une période caractérisée non seulement par l’éclatement des écoles esthétiques, mais aussi par une accélération inédite des progrès de la recherche biomédicale (biologie, médecine moléculaire, médecine génétique, neurosciences). » Plus d’informations sur Fabula.

30 juin 2016. « Penser la maladie et la vieillesse en poésie« , parution imprimée en 2017. Responsable du numéro : Françoise Urban-Menninger (jardins@pandesmuses.fr). Plus d’informations sur Fabula.

30 juin 2016. « La nouvelle brachylogie à la croisée des sciences et des cultures« , 12-15 avril 2017, Hammamet, Tunisie. Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (mai 2016)

1er mai 2016. « Viralités, parasites et piratages en science-fiction« , 20-21 oct. 2016, Université Bordeaux-Montaigne. Extrait : « Le 5ème colloque Stella Incognita sera consacré en 2016 aux notions de viralité, de parasitage et de piratage au sein du genre de la science-fiction, et ce dans dans une grande variété de médias. Il s’agira d’envisager ces notions dans la pluralité de leurs définitions, afin d’explorer la façon dont la science-fiction se les réapproprie, parfois même les initie, pour mieux interroger le monde qui lui est contemporain. » Plus d’informations sur Fabula.

30 mai 2016. Création littéraire et savoirs biologiques au XIXème. Maison des sciences de l’homme, 25-27 janvier 2017. Extrait : « ll s’agit 1) de comprendre les canaux et les modalités de diffusion des savoirs biologiques auprès des écrivains ; 2) d’analyser leur usage et leur fonction dans les œuvres sous un angle thématique (de quoi parlent-elles, avec quelles inflexions épistémologiques ?), pragmatique (pour quels effets ?) et formel (quels sont les processus de littérarisation, la productivité narrative ou poétique, les effets structurants de ces savoirs ?), ce qui présuppose l’identification des enjeux idéologiques et rhétoriques ; 3) de modéliser les coïncidences ou les décalages temporels et conceptuels entre histoire des sciences et littérature. » Plus d’informations sur Fabula.

31 mai 2016. « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècle)« . Extrait : « C’est la question centrale de ce colloque, qui propose d’interroger la spécificité et l’historicité des imaginaires aérostatique, aéronautique et astronautique dans le journalisme écrit, radiophonique, télévisuel et numérique, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Les médiateurs journalistiques s’étant intéressés à la conquête du ciel et de l’espace l’ont fait en fonction des impératifs et des propriétés du support, en traçant les contours d’un imaginaire qui ne coïncide ni tout à fait avec celui des écrivains, des cinéastes ou des artistes visuels (Wohl, 1996, 2007) ni tout à fait avec celui des inventeurs et de l’industrie, marqué par des considérations techniques (Lenoble, 2006). Orienté par les impératifs propres au journalisme, cet imaginaire répond possiblement à la fois à des visées informatives, politiques, de divertissement et de vulgarisation, non sans être aussi l’objet d’un investissement esthétique. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (avril 2016)

1er avril 2016. « Science et fiction« , revue Rilune (Revue des littératures européennes) n°11. Extrait : « Science et fiction : deux domaines distincts qui pourtant, selon les époques et les stratégies de recherche, se révèlent plus ou moins proches, comme le remarque entre autres Frédérique Aït-Touati (2011). Au fil des années, les frontières entre la science et la littérature ont été mises en cause, dépassées et traversées en plusieurs directions : si d’un côté les textes de fiction ont été écrits à la lumière de l’imagerie que la science a produite, de l’autre c’est la structure rhétorique de l’argumentation scientifique qui s’est transformée en objet d’étude. Cela témoigne d’un perpétuel et vif échange entre les deux domaines, caractérisé par une réciprocité productrice de sens.  » Plus d’informations sur Fabula.

15 avril 2016. « Imaginaire informatique et science-fiction« , Res Futurae 2017. Extrait : « Dès 1993, John Clute et Peter Nicholls écrivaient dans leur Encyclopedia of Science Fiction que « la science-fiction a dû lutter âprement pour rendre compte des développements concrets[1] » d’une révolution informatique aussi récente que rapide. De fait, le motif déjà ancien du grand ordinateur personnifié et souvent menaçant, puis celui de l’espace virtuel fondé par William Gibson dans Neuromancer, semblent encore prégnants dans nombre d’œuvres de science-fiction contemporaines. La question est d’abord de déterminer quelles sont les formes historiques de l’imaginaire informatique en science-fiction. » Plus d’informations sur Fabula.