Appels à contribution et appels d’offres (juillet 2017)

1er juillet 2017. « Science Fantasy », n° de Fantasy Art and StudiesExtrait : « Que ce soit en littérature, au cinéma ou en bande dessinée, quantité d’œuvres viennent interroger l’idée même de frontière entre les genres de l’imaginaire. Qu’est-ce qui sépare véritablement la Fantasy de la Science-fiction ? Comment définir les œuvres qui semblent mêler des éléments de l’une et de l’autre ? Et enfin le vocable Science Fantasy a-t-il pleinement lieu d’être, ou ce terme n’a-t-il été forgé que par méconnaissance de ce qui définit vraiment la Fantasy d’une part, et la Science-fiction d’autre part ? » Plus d’informations sur Fabula.

14 juillet 2017. « Le merveilleux scientifique en spectacle (1850-1940) », n° de la revue Itinéraires, coordonné par Laurent Bazin et Claire Barel-Moisan. Extrait : Il est important de  » se pencher sur cette relation privilégiée, quoique problématique, que la science entretient avec les univers du spectacle, en étudiant les formes et les contenus d’une telle interaction pendant le Second Empire et la Troisième République. Encadrée par des événements spectaculaires à forte visibilité (à une extrémité la toute première exposition universelle de Londres en 1851 suivie de près par celle de Paris en 1855, à l’autre en 1939 l’exposition de New York dédiée à « la construction du Monde de demain »), la période accompagne l’essor de la foi positiviste dans le progrès jusqu’à sa fragilisation dans de multiples périodes de crise, et sa remise en question radicale à l’occasion du second grand conflit mondial. Aussi se prête-t-elle tout particulièrement à une étude du merveilleux scientifique, dont il conviendra de se demander quelle place et quelle fonction il occupe dès lors qu’il fait l’objet de représentations quelles qu’en soient les formes (théâtrales, cinématographiques, événementielles, etc.). […] Les contributions sont ouvertes pour des articles relevant de l’histoire littéraire, de l’étude du texte théâtral, des arts du spectacle et du cinéma, et de l’histoire culturelle, afin d’étudier le merveilleux scientifique en spectacle, en France, entre 1850 et 1940. » Articles de 40 000 signes à rendre pour le 31 décembre 2017, après acceptation de la proposition (date limite, 14 juillet 2017). Plus d’informations (appel, bibliographie, contact) sur https://itineraires.revues.org/3516.

Appels à contribution et appels d’offres (juin 2017)

30 juin 2017. « (Humanités)n. Le potentiel infini des Humanités à l’ère du numérique »Rendez-vous de la Critique — FLUP – Porto, 30 oct. 2017. Extrait : « Le statut des Humanités dans le contexte contemporain, dévalorisées par rapport aux sciences dites « dures », exactes ou appliquées, continue d’engager un débat profond multi- et transdisciplinaire sur leur importance en tant que savoirs et garde-fou contre une déshumanisation de la culture, et particulièrement de la culture scientifique, plus précisément au moment où la critique amorce un tournant éthique et manifeste un souci axiologique. Il se trouve que la conjoncture et le cadrage pluriels de la recherche prennent aujourd’hui acte, voire fomentent et mobilisent des approches non cloisonnées des connaissances et des domaines scientifiques. […] Aussi devient-il capital de penser de plus en plus les tenants et aboutissants de l’interaction épistémologique à l’aune du tournant numérique, favorable qu’il est à la formation d’un champ particulier, celui des humanités digitales, où création, valorisation, diffusion, conservation, échange, partage et croisement de savoirs deviennent des maîtres-mots. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution et appels d’offres (mai 2017)

31 mai 2017. « L’eau sous toutes ses formes ». – Artis Natura, vol. 1, n°1 – Hiver 2017 Extrait : « Le comité éditorial d’Artis Natura est à la recherche de jeunes artistes et chercheurs pour contribuer à un numéro de sa plateforme culturelle en ligne. Basé sur les approches écocritique et écopoétique, le projet a pris la forme d’un blogue revu et édité par un comité éditorial où les chercheurs, artistes, et actants communautaires peuvent partager sur le thème de l’influence de l’homme sur le milieu naturel. Ce premier numéro s’intéresse à l’eau et à ses représentations. Tout comme l’eau prend la forme de son contenant, une approche transdisciplinaire nous semble pertinente pour refléter les différentes facettes de ses représentations. Le projet s’intéresse ainsi à des contributeurs de différents horizons. L’approche n’est pas uniquement académique, mais a pour ambition de regrouper articles, créations artistiques et littéraires. » Projet bilingue. Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution et appels d’offres (avril 2017)

3 avril 2017. Commande artistique pour la Nuit blanche 2017 de l’Observatoire de Paris. « Ce nouvel appel à création propose aux artistes, plasticiens et vidéastes de s’emparer d’un corpus d’archives comme source d’inspiration. Ces archives témoignent des débuts de l’activité ballon dans les années 60 et permettent de découvrir les notions de réseaux et les dynamiques collaboratives de la chaine de création spatiale.
Ce corpus – composé de schémas, documents écrits, dessins, films et photographies – montre que les projets spatiaux sont tissés d’aventures humaines et scientifiques, de défis techniques et d’élans créatifs. Ces archives sont proposées aux artistes ou collectifs d’artistes comme éléments de réflexion afin qu’ils en extraient une dynamique ou une esthétique produisant de nouveaux récits de l’Espace. Les trois œuvres retenues seront présentées lors d’une exposition évènement au siège du CNES à Paris, à l’occasion de Nuit Blanche 2017. » Appel à création disponible en ligne.

15 avril 2017. « Les sciences de cognition en langue et littérature ». Colloque des 15 et 16 novembre 2017 à l’Université Chouaïb Doukkali, El Jadida, Maroc. Extrait : « Les rapports entre la langue et la littérature d’un côté et entre les sciences de la cognition de l’autre, peuvent permettre l’ouverture d’espaces de dialogue élargis et capables de redonner un nouveau souffle à une méthodologie ouverte sur l’approche linguistique et peuvent aussi rendre l’approche littéraire plus disposée à adopter des problématiques fondamentales qui étaient, jusqu’à présent, absentes des approches structuralistes et formalistes. Certes, il est vrai que ces approches structuralistes ont rendu un grand service à la littérature, mais il est temps de passer à autre chose et d’essayer d’autres méthodes qui pourraient, à leur tour, offrir aux études littéraires et linguistiques l’occasion de sortir de leur crise. » Plus d’informations sur Fabula.

15 avril 2017. « Altérité et étrangeté dans le récit bref de science-fiction ». Journée d’Étude du séminaire de l’IRPALL « Fictions de mondes possibles », Jeudi 9 juin  2017. Organisateurs : Yves Iehl, Université Toulouse 2 ;  Jean Nimis, Université Toulouse 2. Extrait : « C’est donc cette perspective de l’altérité (des altérités) qui constituera l’axe central de la réflexion au cours de cette journée d’études. Outre l’analyse narratologique et stylistique de la distanciation (ou « étrangéification », « estrangement », « straniamento », « ostranienie » et autres termes spécifiques aux différentes aires linguistiques principalement mais pas exclusivement européennes (italienne, allemande, anglaises, espagnole, française, polonaise, russe, …) qui pourront être ici envisagées, il conviendra de s’intéresser aux diverses facettes de l’altérité telles que présentées par ces récits. Il pourra s’agir des « terres étrangères (à coloniser, terraformer, etc.), des « temps parallèles », de la rencontre (notamment amoureuse) avec l’autre, des « figures de l’autre » (extraterrestres, intelligences artificielles, etc.), des inventions fondées sur les possibilités ou les aléas des sciences (robots, androïdes, mutations, clonage, informatique, etc.) ou des questions philosophiques posées par l’identité en tant que telle (par exemple certains des récits de Poul Anderson, dans Le Chant du barde). » Plus d’informations sur Fabula.

16 avril 2017. « J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité » ». Colloque LASLAR / Université de Caen, 23 et 24 novembre 2017. Extrait : « Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (mars 2017)

1er mars 2017. « Machiner la poésie (sur les lectures appareillées », colloque de l’Université de Bâle, du 5 au 7 octobre 2017 (A.-S. Bories, H. Marchal, G. Purnelle). Extrait : « En 1917, commentant l’essor des nouveaux media, Apollinaire exhortait à « machiner la poésie comme on a machiné le monde ». Cent ans plus tard, la riche métaphore de ce slogan revêt une acuité croissante au regard du surgissement des nouvelles technologies dans les études littéraires. Quel rôle les machines ont-elles pris dans la lecture des textes ? Que nous apprennent-elles sur la mécanique poétique ? Quelles machinations et quelles machineries développons-nous et avec quels résultats ? […] Nous souhaitons réunir pour ce colloque des chercheurs désireux d’exposer les outils informatiques ou statistiques qu’ils développent pour poser des questions de poétique, de métrique et de stylistique. Les appareils n’ayant pas apporté les résultats espérés, pourvu que leur échec nourrisse une réflexion intéressante, sont aussi les bienvenus. » Propositions de 300 mots pour communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

5 mars 2017. « Epoque Emilienne. Philosophie et science (1700-1750) ». Conférence internationale et interdisciplinaire organisée par le centre History of Women Philosophers and Scientists en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, Université de Paderborn, 5-7 avril 2017. « Après 2006 (Potsdam) et 2016 (Hannovre), le groupe de recherches History of Women Philosophers and Scientists organise en 2017, en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, une troisième conférence internationale et interdisciplinaire: Époque Émilienne. Philosophie et Science 1700 – 1750. Le sujet central de la conférence portera sur les relations multiples entre l’histoire de la philosophie et des sciences en France et en Allemagne dans la première moitié du 18e siècle. La nomination de Leibniz comme associé étranger à l’Académie royale des Sciences (1700) et l’élection de Maupertuis au poste de président de la Berliner Sozietät der Wissenschaften (1740) sont, du point de vue de l’histoire des institutions, deux points de référence marquants des échanges intenses entre Paris et Berlin qui ont marqué de manière décisive l’histoire des débuts de la pensée européenne des Lumières. Ces dernières années, on recon! naît de plus en plus l’importance d’Émilie Du Châtelet comme une figure centrale dans ce contexte. Le but de la conférence est de dégager les thématiques centrales de l’Époque Émilienne et de contextualiser l’œuvre philosophique et scientifique d’Émilie Du Châtelet dans ses multiples références biographiques, institutionnelles, dans l’histoire des idées et dans l’histoire de leur réception. Nous serions heureux de recevoir entre autres des contributions sur le débat à propos de la vis viva, sur la réception des monades/êtres simples dans les sciences naturelles, sur la doctrine des principes de la théorie de la connaissance dans la tension entre l’apriorisme et l’empirisme, sur le calcul infinitésimal et sa théorie, sur le débat autour du déterminisme ou encore sur la morale des Lumières et sa critique de la religion. Nous souhaitons un rapport thématique à l’œuvre d’Émilie Du Châtelet, à son environnement intellectuel (Voltaire, Fontenelle, M! aupertuis, Bernoulli, Wolff, Euler) et à sa réception dans l! a pensé e des Lumières en France (La Mettrie, Diderot, l’Encyclopédie), en Allemagne (de Luise Kulmus Gottsched jusqu’au jeune Kant), et dans d’autres pays européens (dont la Grèce et l’Italie). » Proposition environ 100-300 mots email à Ruth Hagengruber [ruth.hagengruber@uni-paderborn] ou à Pascal Delhom [delhom@uni-flensburg.de]. Les soumissions (au format .pdf ou .doc) doivent indiquer le nom de l’auteur et l’adresse de leur institut. Les participants recevront une réponse au plus tard le 12.03.2017. Les langues de la conférence sont l’anglais, l’allemand et le français.

15 mars 2017. « Poétique et organique : vers une épreuve du négatif (XIXe-XXe-XXIe) », colloque des 12 et 13 mai 2017. Comité scientifique : E. Dayre et A.-G. Weber. Extrait : « L’intuition qui préside à cet appel à communications émerge d’un constat et d’une question. D’une part, donc, le constat d’une certaine doxa concernant la poétique romantique et, partant, un certain effacement de cette même question. La poétique romantique, très largement, se fonderait sur l’idée d’unité organique. L’art, la littérature notamment, ne serait plus uniquement l’imitation, la copie de la Nature dans sa forme, mais l’incorporation de, voire l’union avec, sa faculté formatrice (natura naturansBildungsvermögen). […] Cette doxa est ici un moment heuristique et désigne d’ores et déjà une question : qu’en est-il dans le rapport du poétique à l’organique de toutes ces forces « inverses », ou plutôt de cet autre versant constitutif du vivant qui le destine à la mort ? Autrement dit, qu’en est-il d’une expérience ou d’une épreuve du négatif ? » Plus d’informations sur fabula.

27 mars 2017. « Femmes de sciences : quelles conquêtes ? quelles reconnaissances ? » Colloque qui se tiendra à la médiathèque d’Orléans les 14 et 15 sept. 2017. Extrait: « Notre septième session envisage une perspective thématique et diachronique autour des femmes de sciences. De ces savantes dans l’ombre d’un mari chercheur à Rosalind Franklin dont les collaborateurs utilisèrent les travaux à son insu, ce qui leur valut le Nobel en 1962, quel fut/quel est le statut des femmes dans le vaste domaine de la recherche scientifique? Certaines sont dans la lumière comme Emilie du Châtelet ou Marie Curie. Et toutes les autres chercheuses? Au-delà de l’approche biographique, il s’agira de présenter dans nos rencontres leurs recherches trop méconnues, leurs découvertes voire leur originalité. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (février 2017)

6 février 2017. « Le temps du post-humain ? » Journée d’étude Université Paris-Diderot (7), 2 juin 2017. Extrait : « La journée d’étude « Le Temps du posthumain » se veut une journée d’échanges et de débats autour du posthumanisme et de ses manifestations contemporaines. Envisageant le posthumanisme comme un problème esthétique, philosophique, politique ou anthropologique, cette journée d’étude souhaite en explorer ses manifestations dans les arts visuels, la littérature, le cinéma, les jeux vidéo, etc. Quels sont les facteurs qui peuvent être évoqués pour expliquer le développement du posthumanisme ces dernières années ? À travers le constat d’une forte présence de la notion de posthumanisme dans les arts et la littérature, peut-on dire que nous sommes entrés dans une ère du posthumain ? ». Plus d’informations sur Fabula.

15 février 2017« Mutation des mythes. Mythocritique des fictions médiatiques (XIXe-XXe siècles) », Université de Lorraine, Nancy, 30-31 mars 2017, C. Chelebourg. Extrait : « Mythocritique et mythanalyse ont privilégié l’approche du mythe comme trace d’une permanence archétypale dans une actualité culturelle. Le mythe, de ce point de vue, est tout à la fois censé s’adapter aux caprices des modes créatives, et imposer des codes intemporels aux arabesques de l’histoire esthétique. Le point de vue repose sur la double conviction d’une d’une intemporalité et d’une spécificité organique du mythe. Il semble néanmoins que cette perspective critique doive beaucoup au choix des corpus, essentiellement classiques et légitimés, qui ont servi à l’établir. Dès lors que l’on décentre le regard, que l’on s’intéresse aux scènes populaires du XIXe siècle ou aux écrans parodiques de la postmodernité, et les certitudes théoriques volent en éclat. Le mythe est-il homogène ou s’offre-t-il à toutes les combinaisons narratives, à tous les croisements diégétiques ? Y a-t-il une différence ontologique avérée entre mythe, conte et fiction intergénérationnelle ? En d’autres termes, la récurrence de figures comme Cendrillon ou la Belle au Bois Dormant est-elle si différente, sur le plan fonctionnel, de celle d’un dieu comme Hermès ou d’un héros comme Hercule ? Un personnage littéraire comme Pinocchio, qui permet aujourd’hui de penser l’intelligence artificielle, a-t-il beaucoup à envier au panthéon gréco-latin pour ce qui concerne sa capacité à configurer nos systèmes de représentations et de valeurs ? » Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Delille hors de France », Colloque international, Université de Bâle, 25-27 janvier 2018. Extrait : « Si l’on sait que Jacques Delille (1738-1813) fut tenu de son temps pour l’un des plus grands poètes français, sa réception à l’étranger n’a guère été étudiée. Or, elle a été massive et, à l’image d’une onde sismique dont on ne ressentirait pas les effets uniformément selon le lieu et le moment de l’observation, elle a varié dans les différents espaces nationaux à différentes périodes de leur histoire. Par ailleurs, Delille fut l’une des figures de l’Émigration : de 1795 à 1802, il résida en Suisse, en Allemagne et en Angleterre où ses passages furent commentés et documentés, lui offrant notamment l’occasion de rencontrer d’autres créateurs. D’où l’intérêt d’interroger la réception de l’œuvre et de la personne de Delille hors de France. Pour en rendre compte, le colloque abordera cette réception, du vivant de l’auteur et jusqu’à la fin du XIXe siècle, aussi bien dans le domaine de la littérature que dans le reste du champ culturel et artistique. » Org. Hugues Marchal, Timothée Léchot, Nicolas Leblanc. Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Formes d’écriture des savoirs », journée d’étude 12 mai 2017, Atelier de stylistique Styl’lab STIH (Sens, Texte Informatique, Histoire), EA 4509.E. Hernandez, A. Sanchez ; O. Averyanov, F. Picard. Extrait : « Cette journée d’étude sera l’occasion d’échanger et débattre autour de l’écriture des savoirs sous toutes ses formes. Nous recherchons une multiplicité des approches, qu’elles soient historiques, stylistiques ou encore linguistiques. Qu’est-ce que l’écriture des savoirs ? Comment s’articule savoir scientifique et savoir pratique ? Qu’est-ce que l’écrit scientifique au Moyen Âge, à l’âge classique et de nos jours ? L’écriture du savoir est soumise à des règles et des contraintes, pérennisées à travers les textes, mais aussi en constante mutation, suivant les mouvements d’évolution des sciences elles-mêmes. Ces écrits, relais d’une représentation du monde, dépendent aussi du contexte social, économique et/ou politique dans lequel ils se réalisent. Peut-on parler d’un style scientifique ? À l’inverse, quelle est la place de la science et des savoirs dans l’écriture littéraire ? » Plus d’informations sur Fabula.

Recrutement Humanités numériques / Mercure galant (Iremus-Obvil)

LE PROGRAMME ‘MERCURE GALANT’ IREMUS/LabEx OBVIL

RECRUTE

des STAGIAIRES pour des contrats de deux mois minimum à temps plein (35 h/semaine, 80 jours travaillés). Niveau de formation souhaité : Licence, idéalement Master 1.

Les stagiaires bénéficieront d’une formation dans le cadre du projet. Ils travailleront en équipe, participeront à l’établissement d’ontologies numériques et à l’indexation d’un corpus de textes du XVIIe siècle. Lire la suite

Appels à contribution (décembre 2016)

1er décembre 2016. « Bouvard et Pécuchet et l’agriculture », Publication d’un ouvrage collectif sur le second chapitre du dernier roman de Flaubert, sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez. Extrait : « Dans la prolongation du congrès sur La Terre qui se tient ce mois-ci à Providence (Rhode Island, USA), nous souhaitons proposer une synthèse sur cette étape essentielle dans le récit du dernier roman de Flaubert : elle est en effet l’embrayeurde la longue quête des savoirs que tenteront les deux bonshommes tout en préfigurant, par la récurrence interne du thème de l’échec, la structure cyclique de la totalité du roman. Toutes les approches critiques sont les bienvenues, en particulier scientifiques, narratologiques, génétiques ou écocritiques. Les participants au congrès de Providence sont encouragés à participer au volume. » Propositions d’articles de 300 mots, plus d’informations sur Fabula.

15 décembre 2016. « La représentation des troubles mentaux depuis le XXe siècle » (APFUCC, Toronto). Extrait : « Cet atelier souhaite aborder la problématique de la présentation des troubles mentaux dans la littérature et dans la société depuis le XXe siècle. Qu’est-ce que la littérature peut apporter à la conceptualisation de la maladie en société ? Ayant souvent des indices subtils, ces « maladies » se trouvent parfois ignorées ou stigmatisées dans la société contemporaine, jusqu’au point où le sujet tombe muet ou s’isole complètement face à l’incompréhension ou tout simplement l’ignorance d’autrui. Dès lors, c’est la représentation artistique ou littéraire de ces états qui nous permet de mieux dévoiler le masque de la souffrance psychologique. » Colloque à l’Université de Ryerson (27-30 mai 2017). Proposition d’articles d’environ 300 mots. Plus d’informations sur Fabula.

18 décembre 2016. « Science in culture. Technology, Mobility and Modernity in European Poetry and Cinema« , Saint Andrews, conférence qui se tiendra les 31 mars et  1er avril 2017, en anglais. Extrait : « In this international conference we would like to focus our attention on the interstice between sciences and humanities, two areas of knowledge that belong by default to different research paradigms. In particular we would like to debate the areas of interconnection and exchange of knowledge between the sciences and the humanities that are central in the advancement, creativity and innovation within society. We would like to do so by studying the mutual influences that technology, poetry and film have had during modernity at a European level. » Plus de précisions sur Fabula.

31 décembre 2016. « Précisions sur les sciences (dans l’œuvre de Marie Darrieussecq)« . Colloque international suivi d’un entretien public avec Marie Darrieussecq, Université du Kent (Paris). Extrait : « Dans une interview récente, l’auteure exprimait l’importance des sciences dans sa démarche créative en ces termes : « J’ai toujours, dans ma vie privée, aimé les scientifiques et ils m’ont apporté un énorme réservoir d’images. La physique quantique est très romanesque, par exemple. Ou le paradoxe de Fermi. Et j’ai lu beaucoup de science-fiction dans mon adolescence. » » Les propositions, en anglais ou en français, d’environ 250 mots, sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à l’adresse suivante: precisionssurlessciences@outlook.fr. Plus d’informations sur Fabula.

31 décembre 2016. « Fictions anatomiques : imaginaires du corps (un speed colloque)« . Montréal, UQAM. Extrait : « On accueillera à bras ouverts (!) des propositions évoquant des greffes, des prothèses, des transfusions, de la chirurgie plastique, des tatouages, des modifications corporelles et de l’automutilation, entre autres métamorphoses. Quant au corpus traité, il pourra certes relever de la littérature, mais la bande dessinée, le cinéma et les beaux-arts (dont le bio-art) ne seront pas en reste. […] Organisée par Philippe St-Germain (Collège Ahuntsic / Figura), cette activité se déroulera le 3 mars 2017 à l’Université du Québec à Montréal et prendra la forme d’un « speed colloque », ce qui signifie que les communications doivent être très courtes (environ 5 minutes). Les propositions de communication (incluant un titre ainsi qu’un résumé ne dépassant pas 200 mots) doivent être envoyées à Philippe St-Germain (philippe_stg@yahoo.ca) ». Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (novembre 2016)

1er novembre 2016. « Atelier «Histoire de la réception des textes scientifiques traduits» » Université Paris X. Extrait : « Cet atelier essaiera de fournir des éléments pour une histoire de la réception des textes scientifiques en traduction. Nous évaluerons tant des études de cas que des propositions d’une plus grande envergure, portant sur des couples de langues-cultures ou sur la réception dans une ou plusieurs langues-cultures de traditions scientifiques ou d’ouvrages-clés de la pensée scientifique ». Plus d’informations sur Fabula.

15 novembre 2016. « Suisse politique, Suisse savante, Suisse imaginaire : cohésion et disparité du Corps helvétique au XVIIIe siècle » (Colloque de la Société suisse pour l’étude du XVIIIe siècle (SSEDS), Neuchâtel, 23-25 nov. 2017). Extrait : « L’ambivalence et la tension entre unité et diversité, entre cohésion et concurrence, entre le sentiment d’appartenance nationale et la défense obstinée des souverainetés cantonales, seront au cœur des questionnements du colloque. Par-delà les ambitions promotionnelles, la mythographie élogieuse et l’imaginaire flatteur de la Suisse que cette historiographie a parfois véhiculés, il s’agira de reprendre à nouveaux frais, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’examen des discours et des pratiques culturelles, sociales, politiques ou économiques qui ont pu produire des effets de cohérence et des dynamiques unificatrices, ou au contraire renforcer les divisions et différences internes. Dans le même esprit, on tiendra compte des textes et des actions qui marquent un recul avec les représentations d’une Suisse heureuse, solidaire ou idyllique, et qui prennent acte de leur caractère construit ou de leur inadéquation avec la réalité observable. » Communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

25 novembre 2016. « Les experts avant l’expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience« , dossier thématique de la revue Astérion. Extrait : « Ce dossier thématique entend ainsi proposer une première ébauche de généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir. » Propositions d’articles 2000 signes maximum. Plus d’informations sur Fabula.

30 novembre 2016. « Géo-épistémographies : les écritures de l’espace et du savoir dans la fiction contemporaine« , ENS / Université de Maroua, 2 fév. 2017.  Extrait : « Sous quelles configurations l’espace et le savoir investissent-ils la fiction aujourd’hui ? Par quelles modalités les savoirs se sédimentent-ils, circulent-ils dans des réseaux, dans des territoires ? Quels rapport(s) les êtres sémiotiques contemporains entretiennent-ils avec les espaces, et les savoirs qui y circulent ? Quels sont les enjeux actuels de la représentation spatiale et épistémique ? Cette journée d’études, qui s’inscrit dans le prolongement d’une épistémologie du littéraire soucieuse de restaurer le référent (ici spatial et sapientiel) et de comprendre les significations spatiales et épistémiques, examinera ce questionnement, donnant ainsi l’occasion aux chercheurs d’horizons divers de scruter les écritures contemporaines de l’espace et du savoir, et de réévaluer la pertinence des approches géo- et épistémo-centrés de la fiction contemporaine. » Plus d’informations sur  Fabula.

Appels à contribution (octobre 2016)

14 octobre 2016. « Transverse journal, n° 16 : « Madness / La folie »« . Extrait : « La société contemporaine est obsédée par le bien-être mental, et la réduction de la pleine conscience à une éthique du soin de soi finit plus souvent qu’autrement par encourager et dramatiser à l’excès les expériences les plus banales de dissonance et de détresse cognitive. Les sociétés pharmaceutiques exploitent cette tendance en mettant l’accent sur les symptômes plutôt que sur les causes profondes, laissant les patient.e.s dans un état de crise perpétuelle. Cela a pour effet de brouiller les frontières entre le stress mental quotidien et les troubles psychiatriques, si bien que les besoins des deux groupes ne sont ni pris en charge, ni compris. Le numéro 16 de Transverse souhaite aborder la folie sous toutes ses formes, afin d’éclairer la tendance paradoxale au diagnostic erroné et au compartimentage des maladies mentales, et simultanément à la surestimation et à l’exagération des anxiétés quotidiennes. » Plus d’informations sur Fabula.

17 octobre 2016. « Récits d’accès au savoir au XVIIe siècle ». Appel à contribution d’articles pour la revue XVIIe siècle. Extrait : « l existe, au XVIIe siècle, différentes manières de raconter l’accès au savoir ou à la vérité : le récit hagiographique qui rapporte l’illumination du saint ; la biographie savante qui détermine les conditions de la découverte ; le roman épistémologique qui explore les fictions scientifiques. […] Ce collectif propose d’explorer la variété et la spécificité de ces récits pour une période qui remanie les fables léguées par les Anciens. […]  Il s’agit, par conséquent, d’une réflexion sur l’imaginaire du siècle lié au savoir et, plus particulièrement, à la figure complexe et multiforme de celui qui le cherche ou le désire. » Propositions d’articles d’environ 300 mots ; sélection en nov. 2016. Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « Science-fiction et jeu vidéo (ReS Futurae n° 12)« . Appel à contribution d’articles pour la revue ReS Futurae. Extrait : « De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford ». Thèmes envisagés : « Contenus et représentations », « intermédialité », « marges du jeu » et « analyses contextuelles ». Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « L’art de la greffe dans l’œuvre de Jamaica Kincaid », Sorbonne, mai 2017. Extrait : « Le jardinage comme pratique manuelle peut permettre d’envisager la production de l’écrivaine comme une fabrique, un espace du peu où le travail de la main et du pied peut s’exercer. L’artisanat botanico-graphique de l’écrivaine serait alors une sorte de craftwomanship, permettant d’obvier les attendus de genre et de race, par des déplacements subtils mais systématiques de point de vue (See Now Then), d’éradiquer (uprooting) les pièges des catégories de tout ordre. On pourra dès lors aussi s’interroger sur les formes artistiques non littéraires, photographie, musique ou dessins, qui prolifèrent dans ces textes, présences symptomatiques des modes d’engendrement et du surgissement de l’écriture. ». Propositions de 200 à 250 mots à envoyer, ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique, à kincaidconferenceparis@gmail.com.

Appels à contribution (août 2016)

1er août 2016. « La science-fiction : entre science et fiction, trait d’union ou espace d’exclusion ? (Tunis)« . Institut Supérieur des Etudes Appliquées en Humanités de Zaghouan, pour deux journées d’études les 14 et 15 septembre 2016 à l’université de Tunis. Extrait :  » La littérature interroge d’un côté la connaissance scientifique dans le contexte plus étendu de la pensée humaine et renvoie, de l’autre, le scientifique à sa propre image, apportant la critique là où manque l’autocritique. « Ainsi apparaît le caractère quasi magique d’une littérature, qui, nourrie des inventions et des découvertes, devient à la fois l’écho de la crise qu’elles suscitent, et le moyen d’en conjurer les imprévisibles conséquences » (Christian Grenier, 1994: 40). Dans une double attitude épistémologique et critique, l’auteur de science-fiction parvient à réunir, dans un même espace narratif, des disciplines que l’organisation académique tend sévèrement à séparer. ». Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (septembre 2016)

1er septembre 2016. « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés au XVIe siècle (Le Verger)« . Extrait : « Le Verger, revue en ligne du site Cornucopia, consacre son onzième numéro aux « Sciences, techniques, pouvoirs et sociétés, au XVIe siècle » , en lien avec une partie du programme de l’agrégation d’histoire pour les sessions 2017 à 2018. […] Nous laissons les contributeurs libres du choix de leur sujet. Les articles, en français ou en anglais, peuvent être de longueur variable, dans une limite de 8 à 15 pages, soit entre 30 000 et 50 000 caractères environ (espaces compris, notes incluses). » Adresse : site.cornucopia@gmail.com. Plus d’informations sur Fabula.

15 septembre 2016. « L’Homme-machine« , revue L’Homme et la société. Extrait : « Le thème de la machine, de l’automation/automatisation, du robot, voire de l’homme augmenté et du transhumanisme nous semble devoir être repris à l’aube du XXIe siècle, à l’heure où ces problématiques, et singulièrement le transhumanisme, sont présentées par certains comme de nouveaux enjeux. Alors que l’on a décrit ces processus comme déshumanisants (source d’un « travail en miettes » par exemple), ils constitueraient au contraire aujourd’hui une panacée et sont pensés sous un jour positif. Nous proposons de discuter de ces thématiques et d’en réexplorer les enjeux et les effets sur l’Homme. » Plus d’informations sur Fabula.

23 septembre 2016. « Race Theory and Literature« , American Comparative Literature Association, Université d’Utrecht (Pays-Bas). Extrait : « Emerging out of the practices of colonialism, imperialism, and slavery/slave trade, race theory has seen renewed and reinvigorated interest in the last sixteen years. Recent scholarship has started to examine the relationship between these varying theories on race from philosophical, philological, theological, historical, biological, and other disciplines and literature (particularly prose fiction) from as early as the 16th century, but flourishing prominently in the Enlightenment and later 19th century at first in European university and later in U.S. universities, developing concurrently and after these theories were developed and circulated in multiple discourses. This seminar proposes to look at the relationship between literature and the theorization of race in academic disciplines, primarily in the 18th and 19th centuries but also extending into the 20th century. » 20 mn de présentation, envoyer un abstract de 300 mots sur le Site de l’ACLA. Org. Pauline Moret-Jankus (pauline.moret-jankus@uni-jena.de) et Adam J. Toth (adamjtoth@gmail.com).

Appels à contribution (juin 2016)

15 juin 2016. « Entre métaphores et pommes de Newton : science et littérature en Espagne et en Europe aux XIXème et XXème siècles (1868-1923)« . Santander, 15-17 dec. 2016. Extrait : « Au cours de cette manifestation il s’agira d’approfondir, toujours dans une approche pluridisciplinaire et comparatiste, les nombreux transferts qui se sont produit entre l’Espagne et d’autres nations européennes comme la France. Ces transferts ont pris des formes multiples (circulation de textes, d’ouvrages, d’illustrations et « d’objets » culturels) et se sont réalisés dans des espaces divers (notion essentielle de déterritorialisation) tout en faisant intervenir de nombreux médiateurs : traducteurs et auteurs, éditeurs, libraires, imprimeurs. La question de la divulgation et de la vulgarisation mérite d’être également explorée : livres, images, illustrations, expositions, spectacles et conférences sont autant de mises en scène ou de mises en représentation de la science. Il s’agira aussi d’appréhender les interactions discursives entre ces deux modes de connaissance extrêmement chargés de sens aux XIXe et XXe siècles, la science et la littérature. » Plus d’informations sur Fabula.

15 juin 2016. « Les sciences du vivant. Imaginaire et discours scientifique« , colloque du 20-21 oct. 2016, Académie Polonaise des Sciences. Extrait : « L’objectif de ce colloque est d’étudier l’imaginaire et le discours scientifique de la fin du XVIIIe siècle jusqu’au début du XXe siècle dans le domaine des sciences de la nature et de la vie. Cette période voit le développement de nouvelles théories dans l’histoire naturelle puis la formation de la biologie et l’émergence de modèles de pensées et d’idées qui connaîtront une diffusion importante vers d’autres domaines. Du fixisme, au transformisme, à l’évolutionnisme puis à l’idée de mutation, les paradigmes changent. Cette période favorise les débats, les hypothèses et la formulation d’idées dans des textes dont les qualités littéraires semblent indissociables d’une inventivité scientifique qui ne cède pas encore à l’abstraction et à la sécheresse théorique ». Proposition à transmettre à gisele.seginger@u-pem.fr. Plus d’informations sur Fabula.

20 juin 2016. « Les réseaux médico-littéraires dans l’Entre-deux-guerres : revues, institutions, lieux, figures« , Université de Fribourg (Suisse), 24-25 nov. 2016. Journées d’étude organisées dans le cadre du projet FNS « La figure du poète-médecin (XXe-XXIe siècles) : une reconfiguration des savoirs ». Extrait : « Aux lendemains de la Première Guerre Mondiale, le rapprochement entre la littérature et les sciences est au cœur d’enjeux géopolitiques qui lui donnent un rayonnement nouveau. La création de la Commission internationale de coopération intellectuelle de la Société des Nations en 1922 donne une dimension particulière à des échanges qui s’élargissent à l’échelle européenne. Paul Valéry, entre autres, y est très actif – alors même que Céline travaille au Bureau d’hygiène de la SDN – et y rencontre de nombreux médecins[3]. Dans ce contexte, comment ont évolué les échanges entre les milieux médicaux et littéraires ? Nous aimerions que cette journée soit l’occasion d’examiner, tout autant que les grandes voix qui font vivre ce dialogue, le commerce quotidien qui en constitue l’arrière-plan. » Plus d’informations sur Fabula.

20 juin 2016. « La figure du poète-médecin, XXe-XXIe siècles« . Colloque international du 30 mars au 1er avril 2017 à l’Université de Fribourg, Suisse. Extrait : « Ce colloque cherchera à montrer que, malgré le déclin de la « poésie scientifique », les échanges entre poésie et médecine sont restés fructueux et générateurs de connaissances nouvelles après 1900. Il s’agit d’explorer les voies inédites qu’emprunte le dialogue entre les poètes et les médecins dans une période caractérisée non seulement par l’éclatement des écoles esthétiques, mais aussi par une accélération inédite des progrès de la recherche biomédicale (biologie, médecine moléculaire, médecine génétique, neurosciences). » Plus d’informations sur Fabula.

30 juin 2016. « Penser la maladie et la vieillesse en poésie« , parution imprimée en 2017. Responsable du numéro : Françoise Urban-Menninger (jardins@pandesmuses.fr). Plus d’informations sur Fabula.

30 juin 2016. « La nouvelle brachylogie à la croisée des sciences et des cultures« , 12-15 avril 2017, Hammamet, Tunisie. Plus d’informations sur Fabula.

Appel d’offre contrat doctoral (mai 2016)

APPEL À CANDIDATURE CONTRAT DOCTORAL

Les sciences en récits : entre philosophie, histoire et littérature

L’Université Paul-Valéry Montpellier 3 propose un contrat doctoral à partir de 2016-2017 pour une recherche menée dans le cadre du Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales – CRISES (EA 4424) à destination d’un(e) étudiant(e) titulaire d’un master 2, obtenu dans une autre université, française ou étrangère.

Thématique : « Les sciences en récits : entre philosophie, histoire et littérature ».

Lire la suite

Appels à contribution (mai 2016)

1er mai 2016. « Viralités, parasites et piratages en science-fiction« , 20-21 oct. 2016, Université Bordeaux-Montaigne. Extrait : « Le 5ème colloque Stella Incognita sera consacré en 2016 aux notions de viralité, de parasitage et de piratage au sein du genre de la science-fiction, et ce dans dans une grande variété de médias. Il s’agira d’envisager ces notions dans la pluralité de leurs définitions, afin d’explorer la façon dont la science-fiction se les réapproprie, parfois même les initie, pour mieux interroger le monde qui lui est contemporain. » Plus d’informations sur Fabula.

30 mai 2016. Création littéraire et savoirs biologiques au XIXème. Maison des sciences de l’homme, 25-27 janvier 2017. Extrait : « ll s’agit 1) de comprendre les canaux et les modalités de diffusion des savoirs biologiques auprès des écrivains ; 2) d’analyser leur usage et leur fonction dans les œuvres sous un angle thématique (de quoi parlent-elles, avec quelles inflexions épistémologiques ?), pragmatique (pour quels effets ?) et formel (quels sont les processus de littérarisation, la productivité narrative ou poétique, les effets structurants de ces savoirs ?), ce qui présuppose l’identification des enjeux idéologiques et rhétoriques ; 3) de modéliser les coïncidences ou les décalages temporels et conceptuels entre histoire des sciences et littérature. » Plus d’informations sur Fabula.

31 mai 2016. « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècle)« . Extrait : « C’est la question centrale de ce colloque, qui propose d’interroger la spécificité et l’historicité des imaginaires aérostatique, aéronautique et astronautique dans le journalisme écrit, radiophonique, télévisuel et numérique, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Les médiateurs journalistiques s’étant intéressés à la conquête du ciel et de l’espace l’ont fait en fonction des impératifs et des propriétés du support, en traçant les contours d’un imaginaire qui ne coïncide ni tout à fait avec celui des écrivains, des cinéastes ou des artistes visuels (Wohl, 1996, 2007) ni tout à fait avec celui des inventeurs et de l’industrie, marqué par des considérations techniques (Lenoble, 2006). Orienté par les impératifs propres au journalisme, cet imaginaire répond possiblement à la fois à des visées informatives, politiques, de divertissement et de vulgarisation, non sans être aussi l’objet d’un investissement esthétique. » Plus d’informations sur Fabula.