A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Recrutement Humanités numériques / Mercure galant (Iremus-Obvil)

LE PROGRAMME ‘MERCURE GALANT’ IREMUS/LabEx OBVIL

RECRUTE

des STAGIAIRES pour des contrats de deux mois minimum à temps plein (35 h/semaine, 80 jours travaillés). Niveau de formation souhaité : Licence, idéalement Master 1.

Les stagiaires bénéficieront d’une formation dans le cadre du projet. Ils travailleront en équipe, participeront à l’établissement d’ontologies numériques et à l’indexation d’un corpus de textes du XVIIe siècle. Lire la suite

Appels à contribution (janvier 2017)

15 janvier 2017. « Art et science, regards croisés« , Université de Liège, colloque les 25 et 27 octobre 2017. Extrait : « La question des relations entre art et science gagne aujourd’hui l’intérêt de nombreux chercheurs qui, à l’appui de cas exemplaires, démontrent avec toujours plus de pertinence le rôle joué par les avancées scientifiques et technologiques dans le domaine des arts, depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’objectif du colloque Art et science, regards croisés est de comprendre les raisons d’une telle fascination des artistes pour la science, mais pas seulement. » Plus d’informations sur Fabula.

A. Esquerre, « Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique »

A. Esquerre

Théorie des événements extraterrestres. Essai sur le récit fantastique

Paris, Fayard, 2016.

Compte-rendu rédigé par Anne de Sales sur le site de la revue en ligne Gradhiva. Extrait du CR :

« Plus de 1 500 récits de témoins d’événements extraterrestres couvrant une période de 60 ans (1952-2012) sont archivés par le Groupe d’études et d’informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan), qui dépend du Centre national d’études spatiales (Cnes). Sur la base de ce corpus entré dans le domaine public, Arnaud Esquerre élabore une théorie des événements extraterrestres qu’il expose en deux parties. Dans la première, il s’attache à montrer que ces histoires, où les descriptions des choses énigmatiques sont très variées, constituent cependant une même classe de récits reposant sur un schéma narratif commun. Dans la seconde, il se penche sur le type d’enquêtes (militaire, scientifique, policière) appelées à éclaircir le mystère. »

« Race et imaginaire biologique chez Proust » (Moret-Jankus), 2016

Race et imaginaire biologique chez Proust (Paris: Classiques Garnier, 2016).
À la recherche du temps perdu tisse un écheveau de thèmes issus d’un imaginaire biologique à la fois diffus et précis : s’y rencontrent pêle-mêle insectes pollinisateurs, Darwin, huîtres, Mendel, hybrides, métamorphoses. Cette présence du biologique est loin d’être un ornement ou un simple miroir des savoirs de l’époque. Elle permet à Proust d’interroger et de mettre en scène la tension entre identités de groupe – on pense à la « Race maudite » – et aspiration à une loi universelle. Au-delà, cet imaginaire biologique nourrit la représentation littéraire de la multiplicité de l’identité personnelle.

Table des matières : https://www.classiques-garnier.com/editions-tabmats/PmkMS01_tabmat.pdf

ISBN: 97978-2-8124-6021-0
315 pp.
39.00 €

« La spatialité littéraire au prisme de la géographie » (Muriel Rosemberg)

La revue L’Espace géographique fait paraître ce mois-ci un article de Muriel Rosenberg intitulé « La spatialité littéraire au prisme de la géographie ».

Extrait : « Le développement considérable des références à la géographie, et plus généralement à l’espace et au lieu, qui s’observe dans différents domaines des sciences de la culture (Besse, 2010, p. 211) concerne également les études littéraires, dont l’intérêt marqué pour la spatialité s’affirme dans les courants récents de la géopoétique, de la géocritique ou de la géographie littéraire. »

Plan de l’article :

  1. Des frontières poreuses entre univers littéraire et scientifique
  2. La littérature, une voie d’accès à la compréhension du monde
  3. Des œuvres qui parlent aux géographes

De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs (dir. Barratault et Delassus)

Les actes du colloque « De l’école au musée, interroger les modes de transmission des savoirs » sont désormais en ligne.

Extrait : « Les journées d’études organisées avec efficacité par Justine Delassus, Marion Barratault et Adeline Groualle, ont permis à des intervenants étudiant l’éducation et les musées de présenter des expériences et de proposer des solutions aux questions de la transmission des savoirs. Expériences et idées variées montrent, dans ces textes, la pluralité et la richesse des travaux faits dans ce domaine à tous les niveaux.

Mais en réalité, pose-t-on la bonne question quand est mis en avant le problème des savoirs et de leur trans- mission dans le cadre des musées ? Pourquoi parler de savoirs ? Est-ce le mot le plus approprié ? En effet, l’école est, sans nul doute, un lieu d’apprentissage où les élèves doivent assimiler et mémoriser des mé- thodes d’apprentissage et des connaissances consti- tuant le socle d’une éducation qui fera d’eux des ci- toyens (citoyennes) épanouis (ies). »

Lire la suite

Appels à contribution (décembre 2016)

1er décembre 2016. « Bouvard et Pécuchet et l’agriculture », Publication d’un ouvrage collectif sur le second chapitre du dernier roman de Flaubert, sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez. Extrait : « Dans la prolongation du congrès sur La Terre qui se tient ce mois-ci à Providence (Rhode Island, USA), nous souhaitons proposer une synthèse sur cette étape essentielle dans le récit du dernier roman de Flaubert : elle est en effet l’embrayeurde la longue quête des savoirs que tenteront les deux bonshommes tout en préfigurant, par la récurrence interne du thème de l’échec, la structure cyclique de la totalité du roman. Toutes les approches critiques sont les bienvenues, en particulier scientifiques, narratologiques, génétiques ou écocritiques. Les participants au congrès de Providence sont encouragés à participer au volume. » Propositions d’articles de 300 mots, plus d’informations sur Fabula.

15 décembre 2016. « La représentation des troubles mentaux depuis le XXe siècle » (APFUCC, Toronto). Extrait : « Cet atelier souhaite aborder la problématique de la présentation des troubles mentaux dans la littérature et dans la société depuis le XXe siècle. Qu’est-ce que la littérature peut apporter à la conceptualisation de la maladie en société ? Ayant souvent des indices subtils, ces « maladies » se trouvent parfois ignorées ou stigmatisées dans la société contemporaine, jusqu’au point où le sujet tombe muet ou s’isole complètement face à l’incompréhension ou tout simplement l’ignorance d’autrui. Dès lors, c’est la représentation artistique ou littéraire de ces états qui nous permet de mieux dévoiler le masque de la souffrance psychologique. » Colloque à l’Université de Ryerson (27-30 mai 2017). Proposition d’articles d’environ 300 mots. Plus d’informations sur Fabula.

18 décembre 2016. « Science in culture. Technology, Mobility and Modernity in European Poetry and Cinema« , Saint Andrews, conférence qui se tiendra les 31 mars et  1er avril 2017, en anglais. Extrait : « In this international conference we would like to focus our attention on the interstice between sciences and humanities, two areas of knowledge that belong by default to different research paradigms. In particular we would like to debate the areas of interconnection and exchange of knowledge between the sciences and the humanities that are central in the advancement, creativity and innovation within society. We would like to do so by studying the mutual influences that technology, poetry and film have had during modernity at a European level. » Plus de précisions sur Fabula.

31 décembre 2016. « Précisions sur les sciences (dans l’œuvre de Marie Darrieussecq)« . Colloque international suivi d’un entretien public avec Marie Darrieussecq, Université du Kent (Paris). Extrait : « Dans une interview récente, l’auteure exprimait l’importance des sciences dans sa démarche créative en ces termes : « J’ai toujours, dans ma vie privée, aimé les scientifiques et ils m’ont apporté un énorme réservoir d’images. La physique quantique est très romanesque, par exemple. Ou le paradoxe de Fermi. Et j’ai lu beaucoup de science-fiction dans mon adolescence. » » Les propositions, en anglais ou en français, d’environ 250 mots, sont à envoyer avant le 31 décembre 2017 à l’adresse suivante: precisionssurlessciences@outlook.fr. Plus d’informations sur Fabula.

31 décembre 2016. « Fictions anatomiques : imaginaires du corps (un speed colloque)« . Montréal, UQAM. Extrait : « On accueillera à bras ouverts (!) des propositions évoquant des greffes, des prothèses, des transfusions, de la chirurgie plastique, des tatouages, des modifications corporelles et de l’automutilation, entre autres métamorphoses. Quant au corpus traité, il pourra certes relever de la littérature, mais la bande dessinée, le cinéma et les beaux-arts (dont le bio-art) ne seront pas en reste. […] Organisée par Philippe St-Germain (Collège Ahuntsic / Figura), cette activité se déroulera le 3 mars 2017 à l’Université du Québec à Montréal et prendra la forme d’un « speed colloque », ce qui signifie que les communications doivent être très courtes (environ 5 minutes). Les propositions de communication (incluant un titre ainsi qu’un résumé ne dépassant pas 200 mots) doivent être envoyées à Philippe St-Germain (philippe_stg@yahoo.ca) ». Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (novembre 2016)

1er novembre 2016. « Atelier «Histoire de la réception des textes scientifiques traduits» » Université Paris X. Extrait : « Cet atelier essaiera de fournir des éléments pour une histoire de la réception des textes scientifiques en traduction. Nous évaluerons tant des études de cas que des propositions d’une plus grande envergure, portant sur des couples de langues-cultures ou sur la réception dans une ou plusieurs langues-cultures de traditions scientifiques ou d’ouvrages-clés de la pensée scientifique ». Plus d’informations sur Fabula.

15 novembre 2016. « Suisse politique, Suisse savante, Suisse imaginaire : cohésion et disparité du Corps helvétique au XVIIIe siècle » (Colloque de la Société suisse pour l’étude du XVIIIe siècle (SSEDS), Neuchâtel, 23-25 nov. 2017). Extrait : « L’ambivalence et la tension entre unité et diversité, entre cohésion et concurrence, entre le sentiment d’appartenance nationale et la défense obstinée des souverainetés cantonales, seront au cœur des questionnements du colloque. Par-delà les ambitions promotionnelles, la mythographie élogieuse et l’imaginaire flatteur de la Suisse que cette historiographie a parfois véhiculés, il s’agira de reprendre à nouveaux frais, en privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’examen des discours et des pratiques culturelles, sociales, politiques ou économiques qui ont pu produire des effets de cohérence et des dynamiques unificatrices, ou au contraire renforcer les divisions et différences internes. Dans le même esprit, on tiendra compte des textes et des actions qui marquent un recul avec les représentations d’une Suisse heureuse, solidaire ou idyllique, et qui prennent acte de leur caractère construit ou de leur inadéquation avec la réalité observable. » Communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

25 novembre 2016. « Les experts avant l’expertise. Formes historicisées du conseil et du recours à l’expérience« , dossier thématique de la revue Astérion. Extrait : « Ce dossier thématique entend ainsi proposer une première ébauche de généalogie de l’expertise en interrogeant les manifestations antérieures à la dénomination même et à la caractérisation de « l’expert » comme acteur et instance autonome. Si le terme « expertise » est attesté en français dès le XIVe siècle, son sens évolue de la simple « habileté, adresse expérience » à la pratique qui consiste à faire intervenir un intermédiaire spécialisé au sein d’une situation de litige ou d’incertitude. Ainsi, la première apparition du terme dans le Dictionnaire de l’Académie française en 1798 désigne bien cette opération des experts. L’évolution de la notion à la période moderne invite ainsi à s’interroger sur les pratiques que le terme désigne. Quels types de conseils, de recours à l’expérience ou aux savoirs de connaisseurs attestent en effet comparativement les périodes antiques, médiévales ou modernes ? Que révèle par ailleurs une démarche transversale, soucieuse de croiser, outre les moments, les contextes et les objets de production (conseil politique, jugement médical, expertise technique, juridique, etc.) ? Comment s’est déployée en somme une expertise prise dans des logiques globales qui relevaient encore largement des catégories générales de l’expérience et du savoir. » Propositions d’articles 2000 signes maximum. Plus d’informations sur Fabula.

30 novembre 2016. « Géo-épistémographies : les écritures de l’espace et du savoir dans la fiction contemporaine« , ENS / Université de Maroua, 2 fév. 2017.  Extrait : « Sous quelles configurations l’espace et le savoir investissent-ils la fiction aujourd’hui ? Par quelles modalités les savoirs se sédimentent-ils, circulent-ils dans des réseaux, dans des territoires ? Quels rapport(s) les êtres sémiotiques contemporains entretiennent-ils avec les espaces, et les savoirs qui y circulent ? Quels sont les enjeux actuels de la représentation spatiale et épistémique ? Cette journée d’études, qui s’inscrit dans le prolongement d’une épistémologie du littéraire soucieuse de restaurer le référent (ici spatial et sapientiel) et de comprendre les significations spatiales et épistémiques, examinera ce questionnement, donnant ainsi l’occasion aux chercheurs d’horizons divers de scruter les écritures contemporaines de l’espace et du savoir, et de réévaluer la pertinence des approches géo- et épistémo-centrés de la fiction contemporaine. » Plus d’informations sur  Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (novembre 2016)

2 novembre 2016 : « Jules Verne, utopique et archaïque« , Jean-Michel Bouvard. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Argument :  » Dans ses écrits sur Paris au XIXème siècle, Walter Benjamin considère que l’une des caractéristiques de la période réside dans la tension croissante entre les nouvelles techniques, qui se sont imposées avec la révolution industrielle, et une société qui demeure archaïque par bien des aspects et est inadaptée à cet ordre nouveau. Il s’ensuit, d’une part, que la technique s’émancipe de l’art, et, d’autre part, que l’art entoure d’illusions nostalgiques la représentation de la technique, et du nouvel ordre social qui lui est associé.  De telles « illusions nostalgiques » se traduisent, chez Jules Verne, (i) par des procédés narratifs et descriptifs qui s’inspirent en partie du discours utopique, qu’il soit littéraire, politique, ou philosophique ; et (ii) par des choix lexicaux qui renvoient à des genres traditionnellement associés à un passé rêvé et merveilleux, comme les contes folkloriques, ou les « féeries » des théâtres populaires. Cette orientation de son écriture est particulièrement sensible dans les récits de voyage qui décrivent des mondes plus ou moins imaginaires ; mais je serai amené à montrer qu’elle contamine aussi les aventures plus sérieusement documentées, même si c’est à un moindre degré.  Malgré l’intérêt et la fascination de Verne pour les sciences de son temps, son écriture n’en reflète pas moins la nostalgie d’un monde où la technique ne se serait pas émancipée de l’emprise de l’art ; et que l’écriture d’une œuvre articulant science et littérature a peut-être été pour lui un moyen de résoudre en partie cette tension. » Plus d’informations sur Fabula.

9 novembre 2016 : « Anthropologie des mondes possibles dans le roman pour adolescents« , Laurent Bazin. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Extrait de l’argument : « Dans le grand champ des récits de fiction, les paralittératures ne bénéficient pas toujours du plus grand crédit institutionnel, tant la prégnance de l’héritage culturel et une certaine tradition scientifique tendent à déconsidérer des œuvres doublement suspectes par leur objectif (l’évasion érigée en principe de plaisir) et leur lectorat (dit « populaire », donc relevant de la culture de masse). Ce discrédit s’aggrave lorsqu’il s’agit de textes destinés à l’enfance, la littérature de jeunesse ayant longtemps tardé à être reconnue comme un objet de recherche pleinement légitime dans le champ des sciences humaines. À l’encontre de tels préjugés, on tiendra que de telles productions constituent des phénomènes profondément significatifs : d’une part parce que l’ampleur de leurs auditoires témoigne de leur capacité à prendre le pouls des représentations collectives ; d’autre part parce que leur inventivité débarrassée des contraintes de la mimesis constitue une façon pas moins efficace et souvent originale d’aborder autrement les grandes questions de société tout en renouvelant les classifications qui sous-tendent volontiers l’activité critique (fantastique, anticipation, science-fiction…). » Plus d’informations sur Fabula.

16 novembre 2016 : « Calvino, pour une littérature de l’en-deçà« , Maria Pia Mischitelli et Melinda Palombi.  Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. Ecole Normale Supérieure (45 rue d’Ulm, Paris), 16h-18h, salle Dussane. Extrait d’argument : « L »es possibilités imaginées entre la réalité de la science et l’imaginaire narratif, rejoignant à ce titre un autre roman de Calvino Les villes invisibles, cités rêvées, fantasmées, mais qui pourraient ou auraient pu exister dans un univers parallèle au nôtre et que relate inlassablement Marco Polo au grand Khan. Ces autres mondes s’inscrivent dans une pratique littéraire relevant du mythe : mythe des Origines pour les premières, mythe de la cité idéale pour les secondes. Ou encore du voyage, à travers le temps et l’espace, dans une science-fiction à rebours ou bien dans un temps suspendu. Des temps et des espaces abolis par l’imaginaire narratif et ses codes. Mais chez Calvino c’est en démythifiant le mythe lui-même grâce à un procédé d’écriture spécifique mêlant habilement icasticità et vide qu’émergent ces univers autres relevant d’une réalité où se conjuguent, en creux, un indicible et un invisible caractéristiques de ces ailleurs multiples et toujours autres. » Plus d’informations sur Fabula.

16 – 17 – 18 novembre 2016 : « Merveilles électriques. Invention littéraire, vulgarisation et circulation médiatique » (Lyon), organisé par Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS-Lyon) et Delphine Gleizes (Université Lyon 2). Extrait : « Les XVIIIe et XIXe siècles constituent une période essentielle dans l’histoire des découvertes sur le magnétisme et l’électricité. Elle se caractérise par l’élaboration d’hypothèses scientifiques viables, par la mise en place de procé- dures expérimentales à même de les étayer et, bien sûr, par le développement des applications techniques et pratiques qui en découlent : éclairage, énergie motrice, progrès dans les transmissions et les transports, etc. Ces découvertes dans le domaine des fluides modifient définitivement le rapport au monde. Par le caractère spectaculaire des expériences menées et des progrès engendrés, l’histoire de ces découvertes s’ancre éga- lement dans l’imaginaire contemporain, suscitant une production abondante de textes et d’images. Ce colloque se propose d’analyser la diversité des productions scientifiques, littéraires et médiatiques, dont la circulation témoigne de deux siècles de fascination pour les « merveilles électriques » ». Ouverture du colloque en salle de conférences de la bibliothèque de l’Université Lyon 1 à 10h30. Plus d’informations sur https://anranticip.hypotheses.org/194.

23 novembre 2016. Soirée BNF autour de la nouvelle traduction du Seigneur des anneaux, J. R. R. Tolkien, par Daniel Lauzon. En présence d’Anne Besson (Professeur, Littérature Comparée à l’Université d’Artois), Stéphane Marsan(cofondateur des éditions Bragelonne), Pierre Krause (Babelio.com), Vincent Ferré (Professeur, Littérature Comparée à l’université Paris-Est Créteil et responsable de collection chez Christian Bourgois éditeur et aux éditions Bragelonne). Plus d’informations sur le site de la BNF.

24 novembre 2016. Journée « Littérature et sciences : tangentes, parallèles, sécantes et intégrales» à l’Université Félix HOUPHOUËT-BOIGNY. Extrait : « L’objectif central de cette journée, à visée hautement comparatiste, est de montrer la corrélation, d’abord, entre géométrie  et littérature et ensuite postuler que la géométrie est la profondeur systémique de toute création. En un mot tout est géométrique ou il y a de la géométrie dans tout acte de création littéraire. LeProtagoras l’avait insinué « L’homme est à la mesure de toute chose »; « Que nul n’entre ici s’il n’est géomètre » se trouvait, dit-on, gravé à l’entrée de l’Académie fondée à Athènes par Platon. L’on se trouve à l’intersection des sciences dans ce rapprochement des pôles du savoir, au cœur de la coïncidence possible entre le chiffre et la lettre.  » Colloque organisé par DIANDUÉ Bi Kacou Parfait, Professeur des Universités, Université Félix Houphouët-Boigny, et RENOUPREZ Martine, Professeur des Universités, Université de Cadix. Programme et informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (octobre 2016)

12 octobre 2016 : « Le Voyage lunaire en images« , Patrick Désile. Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle Dussane. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

19 octobre 2016 : « L’autre monde introuvable de J. R. R. Tolkien« , Séminaire Voyages imaginaires et récits des autres mondes, de Cyrano à Game of Thrones. 16h-18h, Ecole Normale Supérieure (Ulm, Paris), salle 235 A, 29 rue d’Ulm. Plus d’informations sur le séminaire sur Fabula.

20-21 octobre 2016 : « Sciences du vivant : imaginaire et discours scientifique (fin XVIIIe siècle – XIXe siècle)« , colloque accompagné de l’exposition Amazing science (INSERM), organisé par Gisèle Séginger (Univ. Paris-Est Marne-La-Vallée) et Miroslav Loba (Univ. Adam-Mickiewicz de Poznan). Accueil à 9h au Centre scientifique de l’Académie Polonaire de Sciences à Paris, 74 rue Lauriston, 75116 Paris.

 

La question animale. Entre science, littérature et philosophie. (dir. Engélibert, Campos, Coquin, Chapouthier)

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.

Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 308 p.

ISBN : 978-2-7535-1291-7

Disponibile en librairie
Prix : 18,00 €

Y a-t-il eu un jour entre les animaux et les hommes un contrat moral implicite que l’homme aurait détruit ? Ici, l’articulation de la littérature et des sciences fait problème, tandis que les philosophes sont loin de s’accorder entre eux : les débats internes à l’éthique animale anglo-saxonne reposent sur des prémisses étrangers à la déconstruction que radicalise aujourd’hui la philosophie continentale de l’animalité. Réouvrir la question de l’animal, longtemps sacrifiée au primat d’un logos anthropocentrique, c’est comme l’a dit Derrida réouvrir la « question du pathos » pour se diriger ailleurs : un ailleurs reconnu et parcouru déjà en littérature.

 

Sommaire :

Questions sur un contrat moral

  • Cultures et créations animales
  • Éthique animale ou éthique environnementale
  • De l’élevage à l’abattoir

« Mon semblable, mon frère »

  • Une nouvelle alliance
  • Le littéral et le philosophique : écritures du hiatus. Des souris et des rats
  • À l’épreuve de l’histoire

Les auteurs

Jean-Paul Engélibert est professeur de littérature comparée à l’université de Bordeaux 3. Ses publications portent sur les frontières de l’humain, à travers notamment la représentation du travail, le motif de l’homme artificiel et la question de l’animal.

Lucie Campos, docteur en littérature comparée, enseigne à l’université de Poitiers. Ses travaux portent sur le traitement de la conscience historique dans la pensée contemporaine,et sur la relation entre littérature, critique, théorie et philosophie depuis le XIXe siècle.

Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à Paris 8. Ses travaux portent sur les relations littérature-politique, les mutations du nihilisme et de l’utopisme, W. Benjamin, R. Musil, I. Kertész, J.M. Coetzee.

Georges Chapouthier, de double formation biologiste et philosophe, est directeur de recherches au CNRS. Il a notamment publié L’homme, ce singe en mosaïque (Odile Jacob, 2001) et Kant et le chimpanzé. Essai sur l’être humain, la morale et l’art (Belin, 2009).

Extraits disponibles sur le site des P. U. R.

Art. « Le secret en littérature et médecine : pour une éthique du partage » (Cabral / Mamzer)

In Via Atlântica, São Paulo, n° 29, p. 95-123 (juin 2016).

Maria de Jesus Reis Cabral

(Projecto « Narrative & Medicine », FST / ULICES, Universidade de Lisboa)

Marie-France Mamzer

(Laboratoire d’Éthique Médicale, Faculté de Médecine Paris / Descartes)

Résumé :  » Littérature et médecine sont deux disciplines entre l’art et la science et les potentialités de leur croisement n’est plus à mettre en doute, trois décennies après l’émergence et l’essor de la Médecine Narrative dans la recherche, la pratique et la formation médicales, replaçant la question du sujet, cruciale en éthique, au cœur de la relation thérapeutique. Face à l’hypertechnicité montante de la médecine, il importe de poursuivre la réflexion en interrogeant une notion d’enjeu et complexité, comme celle du secret, intimement lié aux catégories de la subjectivité et de l’intimité. L’article accompagne son évolution et ses configurations modernes en médecine et littérature pour faire dialoguer une éthique médicale, concernée par la perte du colloque singulier et de la réalité humaine, et la démarche littéraire activant des processus langagiers et discursifs par lesquels le secret peut se constituer en maillon d’une démarche intersubjective de qualité. »

Mots-clés: littérature, éthique médicale, secret, subjectivité, discours

Article disponible en ligne. Pour y accéder, cliquez ici.

 

Appels à contribution (octobre 2016)

14 octobre 2016. « Transverse journal, n° 16 : « Madness / La folie »« . Extrait : « La société contemporaine est obsédée par le bien-être mental, et la réduction de la pleine conscience à une éthique du soin de soi finit plus souvent qu’autrement par encourager et dramatiser à l’excès les expériences les plus banales de dissonance et de détresse cognitive. Les sociétés pharmaceutiques exploitent cette tendance en mettant l’accent sur les symptômes plutôt que sur les causes profondes, laissant les patient.e.s dans un état de crise perpétuelle. Cela a pour effet de brouiller les frontières entre le stress mental quotidien et les troubles psychiatriques, si bien que les besoins des deux groupes ne sont ni pris en charge, ni compris. Le numéro 16 de Transverse souhaite aborder la folie sous toutes ses formes, afin d’éclairer la tendance paradoxale au diagnostic erroné et au compartimentage des maladies mentales, et simultanément à la surestimation et à l’exagération des anxiétés quotidiennes. » Plus d’informations sur Fabula.

17 octobre 2016. « Récits d’accès au savoir au XVIIe siècle ». Appel à contribution d’articles pour la revue XVIIe siècle. Extrait : « l existe, au XVIIe siècle, différentes manières de raconter l’accès au savoir ou à la vérité : le récit hagiographique qui rapporte l’illumination du saint ; la biographie savante qui détermine les conditions de la découverte ; le roman épistémologique qui explore les fictions scientifiques. […] Ce collectif propose d’explorer la variété et la spécificité de ces récits pour une période qui remanie les fables léguées par les Anciens. […]  Il s’agit, par conséquent, d’une réflexion sur l’imaginaire du siècle lié au savoir et, plus particulièrement, à la figure complexe et multiforme de celui qui le cherche ou le désire. » Propositions d’articles d’environ 300 mots ; sélection en nov. 2016. Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « Science-fiction et jeu vidéo (ReS Futurae n° 12)« . Appel à contribution d’articles pour la revue ReS Futurae. Extrait : « De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction – que ce soit les accents cyberpunk d’un Deus Ex : Human Revolution (Square Enix, 2011), l’uchronie d’un Wolfenstein : The New Order (Bethesda Softworks, 2014) ou encore la dystopie constitutive d’un Bioshock (2K Games, 2007). Cette richesse spécifique a pourtant été peu interrogée, à l’exception notable des travaux de Stephen Kline et Dyer Whiteford ». Thèmes envisagés : « Contenus et représentations », « intermédialité », « marges du jeu » et « analyses contextuelles ». Plus d’informations sur Fabula.

30 octobre 2016. « L’art de la greffe dans l’œuvre de Jamaica Kincaid », Sorbonne, mai 2017. Extrait : « Le jardinage comme pratique manuelle peut permettre d’envisager la production de l’écrivaine comme une fabrique, un espace du peu où le travail de la main et du pied peut s’exercer. L’artisanat botanico-graphique de l’écrivaine serait alors une sorte de craftwomanship, permettant d’obvier les attendus de genre et de race, par des déplacements subtils mais systématiques de point de vue (See Now Then), d’éradiquer (uprooting) les pièges des catégories de tout ordre. On pourra dès lors aussi s’interroger sur les formes artistiques non littéraires, photographie, musique ou dessins, qui prolifèrent dans ces textes, présences symptomatiques des modes d’engendrement et du surgissement de l’écriture. ». Propositions de 200 à 250 mots à envoyer, ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique, à kincaidconferenceparis@gmail.com.

26e édition du Festival d’Astronomie de Fleurance

Capture d’écran 2016-08-21 à 12.01.33

Le festival d’astronomie de Fleurance, organisé par Bruno Monflier avec le soutien de Hubert Reeves, vient de s’achever pour la vingt-sixième fois. Ce projet, ayant pris de l’ampleur d’année en année, accueille aujourd’hui un public grandissant ainsi qu’un grand nombre d’orateurs d’une qualité remarquable, dans le but de vulgariser les sciences astronomiques pour les amateurs comme les confirmés. Lire la suite

Bibliographie Histoire et philosophie des sciences

Bibliographie relative à l’Histoire et la philosophie des sciences, par ordre alphabétique.

Pour contribuer à cette bibliographie, contactez-nous à kaleidosciences@gmail.com.
BARRUCAND, Dominique. Histoire de l’hypnose en France, Paris, PUF, 1967.

BEGUET, Bruno, CANTOR, Maryline, LE MEN, Ségolène. La Science pour tous, Paris, La Réunion des musées nationaux, 1994.

BELTRAN, Alain, CARRE, Patrice. La Fée et la servante. La société française face à l’électricité, XIXème-XXème siècle, Paris, Belin, 1991.

BENSAUDE-VINCENT, Bernadette, RASMUSSEN, Anne. La Science populaire dans la presse et l’édition, Paris, CNRS, 1997.

CANGUILHEM, Georges. La Connaissance de la vie, Paris, Vrin, 1965.

CHALIN, Jean-Pierre. Sociabilité et érudition ; les sociétés savantes en France, Paris, éditions du CTHS, 1995.

CHASSAY, Jean-François. Le Monstre au bistouri. Le Murmure, 2014.

CUNNINGHAM, Andrew, JARDINE, Nicholas. Romanticism and the sciences, Cambridge, Cambridge University Press, [1990] 2009.

DHOMBRES, Jean. « La Gloire de la Science : culture et poésie vers 1800 », Revue d’histoire moderne et contemporaine (1954-), vol. 39, 1992, p. 551–574.

DHOMBRES, Nicole et Jean. Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France, 1793-1824, Paris, Payot, 1989.

EDELMAN, Nicole. Les Métamorphoses de l’hystérique, Paris, La Découverte, 2003.

FOX, Robert. The Savant and the State, Science and Cultural Politics in Nineteenth-century France, Baltimore, The John Hopkins University Press, 2012.

GRANT, Edward. « Medieval and Seventeenth Century Conceptions of an Infinite Void Space beyond the Cosmos », Isis, 1969, vol. 60, p. 39-60.

——————-. « Place and space in medieval physical thought », Motion and Time, Space and Matter. Interrelations in the History of Philosophy and Science, Ohio, Ohio State University Press, 1976, p. 137-167.

——————-. Much Ado about Nothing. Theories of Space and Vacuum from the Middle Ages to the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1981.

HADOT, Pierre. Le Voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature. Paris, Gallimard, 2004.

HAMOU, Philippe. La Mutation du visible : essai sur la portée épistémologique des instruments d’optique au XVIIe siècle. Du Sidereus Nuncius de Galilée à la Dioptrique cartésienne, Paris, Septentrion, 1999.

——————-. La Mutation du visible : essai sur la portée épistémologique des instruments d’optique au XVIIe siècle. Microscopes et télescopes en Angleterre de Bacon à Hooke, Paris, Septentrion, 2001.

JAMMER, Max. Concepts of space. The History of Theories of Space in Physics, Cambridge (Massachussets), Harvard University Press, 1954.

KIERNAN, Colm. Science and the Enlightenment in Eighteenth-Century France, Genève, Droz, 1968.

KLEIN, Etienne. Allons-nous liquider la science ? Galilée et les Indiens, Paris, Flammarion, [2008], 2012.

KOYRE, Alexandre. La Révolution astronomique : Corpernic, Kepler, Borelli, Paris, Gallimard, 1961.

———————. Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, [1962] 2000.

———————. Etudes d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard,[1966], 1992.

KUHN, Thomas S. La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, [1962] 2008.

LEVY-LEBLOND, Jean-Marc. La Pierre de touche, la science à l’épreuve…, Paris, Gallimard, 1996.

LYLE, Louis, MACCALLAM, David (dir.). Histoires de la Terre. Earth Sciences and French Culture (1740-1940), Amsterdam / New York, Rodopi, 2008.

MERLEAU-PONTY, Jacques, La Science de l’univers à l’âge du positivisme : étude sur les origines de la cosmologie contemporaine, Paris, Vrin, 1983.

MINOIS, Georges, L’Église et la science, histoire d’un malentendu, 2 vol. Paris, Fayard, 1990-1991.

MULLIE-CHATARD, Sylvie. De Prométhée au mythe du progrès : mythologie de l’idéal progressiste, Paris, L’Harmattan, 2005.

NICOLAS, Serge. Histoire de la psychologie française. Naissance d’une nouvelle science, Paris, L’Harmattan, 2002.

O’LEARY, Don. Roman Catholicism and Modern Science. A History, New York / London, Continuum, 2006.

OLSON, Richard G. Science and Religion, 1450-1900. From Copernicus to Darwin, Westport / London, Greenwood Press, 2004.

OULEBANI, Mélika. Qu’est-ce que le positivisme ?, Paris, Vrin, 2010.

PAUL, Harry W. From Knowledge to Power. The Rise of the Science Empire in France (1860-1939), Cambridge, Cambridge university press, 1985.

PICHOT, André. Histoire de la notion de vie, Paris, Gallimard, 1993.

REICHVARG, Daniel, JACQUES, Jean. Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, Paris, Seuil, 2003 [1991].

ROY, Jean-René. Les Héritiers de Prométhée, Presses de l’Université de Laval, 1998.

SERRES, Michel. Eléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, 1989.

STENGERS, Isabelle, L’Invention des sciences modernes, Paris, La Découverte, 2010.

SWAIN, Gladys. Le Sujet de la folie. Naissance de la psychiatrie, Paris, Calmann-Levy, 1997.

SCHAFFER, Simon, La Fabrique des sciences modernes : XVIIème-XIXème siècle (trad. Frédérique Aït-Touati, Loïc Marcou, Stéphane Van Damme), Paris, Seuil, 2014.

SCHLANGER, Judith, Les Métaphores de l’organisme, Paris, Vrin, 1971.

SCHLANGER, Jules, Les Systèmes du monde, des Chaldéens à Newton, Paris, Félix Alcan, 1913.

TAGUIEFF, Pierre-André. Le Sens du progrès. Une approche historique et philosophique, Paris, Flammarion, 2004.

TATON, René. La Science contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, [1964] 1995.

TROUSSON, Patrick. Le Recours de la science au mythe : pour une nouvelle rationalité, Paris, L’Harmattan, 1995.

TUZET, Hélène. Le Cosmos et l’imagination, Paris, José Corti, [1965] 1988.

WEBER, Max. Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.