A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Appels à contribution et appels d’offres (juillet 2017)

1er juillet 2017. « Science Fantasy », n° de Fantasy Art and StudiesExtrait : « Que ce soit en littérature, au cinéma ou en bande dessinée, quantité d’œuvres viennent interroger l’idée même de frontière entre les genres de l’imaginaire. Qu’est-ce qui sépare véritablement la Fantasy de la Science-fiction ? Comment définir les œuvres qui semblent mêler des éléments de l’une et de l’autre ? Et enfin le vocable Science Fantasy a-t-il pleinement lieu d’être, ou ce terme n’a-t-il été forgé que par méconnaissance de ce qui définit vraiment la Fantasy d’une part, et la Science-fiction d’autre part ? » Plus d’informations sur Fabula.

14 juillet 2017. « Le merveilleux scientifique en spectacle (1850-1940) », n° de la revue Itinéraires, coordonné par Laurent Bazin et Claire Barel-Moisan. Extrait : Il est important de  » se pencher sur cette relation privilégiée, quoique problématique, que la science entretient avec les univers du spectacle, en étudiant les formes et les contenus d’une telle interaction pendant le Second Empire et la Troisième République. Encadrée par des événements spectaculaires à forte visibilité (à une extrémité la toute première exposition universelle de Londres en 1851 suivie de près par celle de Paris en 1855, à l’autre en 1939 l’exposition de New York dédiée à « la construction du Monde de demain »), la période accompagne l’essor de la foi positiviste dans le progrès jusqu’à sa fragilisation dans de multiples périodes de crise, et sa remise en question radicale à l’occasion du second grand conflit mondial. Aussi se prête-t-elle tout particulièrement à une étude du merveilleux scientifique, dont il conviendra de se demander quelle place et quelle fonction il occupe dès lors qu’il fait l’objet de représentations quelles qu’en soient les formes (théâtrales, cinématographiques, événementielles, etc.). […] Les contributions sont ouvertes pour des articles relevant de l’histoire littéraire, de l’étude du texte théâtral, des arts du spectacle et du cinéma, et de l’histoire culturelle, afin d’étudier le merveilleux scientifique en spectacle, en France, entre 1850 et 1940. » Articles de 40 000 signes à rendre pour le 31 décembre 2017, après acceptation de la proposition (date limite, 14 juillet 2017). Plus d’informations (appel, bibliographie, contact) sur https://itineraires.revues.org/3516.

Appels à contribution et appels d’offres (juin 2017)

30 juin 2017. « (Humanités)n. Le potentiel infini des Humanités à l’ère du numérique »Rendez-vous de la Critique — FLUP – Porto, 30 oct. 2017. Extrait : « Le statut des Humanités dans le contexte contemporain, dévalorisées par rapport aux sciences dites « dures », exactes ou appliquées, continue d’engager un débat profond multi- et transdisciplinaire sur leur importance en tant que savoirs et garde-fou contre une déshumanisation de la culture, et particulièrement de la culture scientifique, plus précisément au moment où la critique amorce un tournant éthique et manifeste un souci axiologique. Il se trouve que la conjoncture et le cadrage pluriels de la recherche prennent aujourd’hui acte, voire fomentent et mobilisent des approches non cloisonnées des connaissances et des domaines scientifiques. […] Aussi devient-il capital de penser de plus en plus les tenants et aboutissants de l’interaction épistémologique à l’aune du tournant numérique, favorable qu’il est à la formation d’un champ particulier, celui des humanités digitales, où création, valorisation, diffusion, conservation, échange, partage et croisement de savoirs deviennent des maîtres-mots. » Plus d’informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (mai 2017)

4 mai 2017 « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». 5 rue de l’école de médecine (Paris), le séminaire « Sciences et Littérature » de Liliane Campos et Pierre-Louis Patoine reprend autour du thème des « Frontières de l’organisme ». Les séances de 2017 seront consacrées à la microbiologie et aux logiques planétaires dans la littérature, la performance et l’art contemporains

4 mai 2017 : « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». Présentations et réactions autour d’une conférence donnée par Bruce Clark (Texas Tech University).

EA 4398 PRISMES Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

URL DE RÉFÉRENCE

https://litorg.hypotheses.org

ADRESSE

5, rue de l’école de médecine, Paris

Appels à contribution et appels d’offres (mai 2017)

31 mai 2017. « L’eau sous toutes ses formes ». – Artis Natura, vol. 1, n°1 – Hiver 2017 Extrait : « Le comité éditorial d’Artis Natura est à la recherche de jeunes artistes et chercheurs pour contribuer à un numéro de sa plateforme culturelle en ligne. Basé sur les approches écocritique et écopoétique, le projet a pris la forme d’un blogue revu et édité par un comité éditorial où les chercheurs, artistes, et actants communautaires peuvent partager sur le thème de l’influence de l’homme sur le milieu naturel. Ce premier numéro s’intéresse à l’eau et à ses représentations. Tout comme l’eau prend la forme de son contenant, une approche transdisciplinaire nous semble pertinente pour refléter les différentes facettes de ses représentations. Le projet s’intéresse ainsi à des contributeurs de différents horizons. L’approche n’est pas uniquement académique, mais a pour ambition de regrouper articles, créations artistiques et littéraires. » Projet bilingue. Plus d’informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires

7 avril 2017. « Ecocriticism and Literary Ecology : New Paradigms in Environmental Literary Studies (Freiburg) », programme formation-recherche « Circulations et renouvellement des savoirs sur la nature et l’environnement en France et en Allemagne : vers des Humanités environnementales ? » du Centre Interdisciplinaire d’Etude et de Recherche sur l’Allemagne (CIERA), org. Aurélie Choné. Programme disponible sur Fabula.

Appels à contribution et appels d’offres (avril 2017)

3 avril 2017. Commande artistique pour la Nuit blanche 2017 de l’Observatoire de Paris. « Ce nouvel appel à création propose aux artistes, plasticiens et vidéastes de s’emparer d’un corpus d’archives comme source d’inspiration. Ces archives témoignent des débuts de l’activité ballon dans les années 60 et permettent de découvrir les notions de réseaux et les dynamiques collaboratives de la chaine de création spatiale.
Ce corpus – composé de schémas, documents écrits, dessins, films et photographies – montre que les projets spatiaux sont tissés d’aventures humaines et scientifiques, de défis techniques et d’élans créatifs. Ces archives sont proposées aux artistes ou collectifs d’artistes comme éléments de réflexion afin qu’ils en extraient une dynamique ou une esthétique produisant de nouveaux récits de l’Espace. Les trois œuvres retenues seront présentées lors d’une exposition évènement au siège du CNES à Paris, à l’occasion de Nuit Blanche 2017. » Appel à création disponible en ligne.

15 avril 2017. « Les sciences de cognition en langue et littérature ». Colloque des 15 et 16 novembre 2017 à l’Université Chouaïb Doukkali, El Jadida, Maroc. Extrait : « Les rapports entre la langue et la littérature d’un côté et entre les sciences de la cognition de l’autre, peuvent permettre l’ouverture d’espaces de dialogue élargis et capables de redonner un nouveau souffle à une méthodologie ouverte sur l’approche linguistique et peuvent aussi rendre l’approche littéraire plus disposée à adopter des problématiques fondamentales qui étaient, jusqu’à présent, absentes des approches structuralistes et formalistes. Certes, il est vrai que ces approches structuralistes ont rendu un grand service à la littérature, mais il est temps de passer à autre chose et d’essayer d’autres méthodes qui pourraient, à leur tour, offrir aux études littéraires et linguistiques l’occasion de sortir de leur crise. » Plus d’informations sur Fabula.

15 avril 2017. « Altérité et étrangeté dans le récit bref de science-fiction ». Journée d’Étude du séminaire de l’IRPALL « Fictions de mondes possibles », Jeudi 9 juin  2017. Organisateurs : Yves Iehl, Université Toulouse 2 ;  Jean Nimis, Université Toulouse 2. Extrait : « C’est donc cette perspective de l’altérité (des altérités) qui constituera l’axe central de la réflexion au cours de cette journée d’études. Outre l’analyse narratologique et stylistique de la distanciation (ou « étrangéification », « estrangement », « straniamento », « ostranienie » et autres termes spécifiques aux différentes aires linguistiques principalement mais pas exclusivement européennes (italienne, allemande, anglaises, espagnole, française, polonaise, russe, …) qui pourront être ici envisagées, il conviendra de s’intéresser aux diverses facettes de l’altérité telles que présentées par ces récits. Il pourra s’agir des « terres étrangères (à coloniser, terraformer, etc.), des « temps parallèles », de la rencontre (notamment amoureuse) avec l’autre, des « figures de l’autre » (extraterrestres, intelligences artificielles, etc.), des inventions fondées sur les possibilités ou les aléas des sciences (robots, androïdes, mutations, clonage, informatique, etc.) ou des questions philosophiques posées par l’identité en tant que telle (par exemple certains des récits de Poul Anderson, dans Le Chant du barde). » Plus d’informations sur Fabula.

16 avril 2017. « J.-H. Rosny aîné : « Des origines à la fin des temps : pour une histoire globale de l’humanité » ». Colloque LASLAR / Université de Caen, 23 et 24 novembre 2017. Extrait : « Surnommé par son petit-fils « le poète du cosmos », Joseph-Henri Boëx dit Rosny aîné (1856-1940) occupe une place de premier ordre dans les milieux littéraires français de la fin du dix-neuvième siècle aux premières décennies du vingtième siècle. S’inspirant des thèses naturalistes de Zola et Claude Bernard, lecteur passionné des théories évolutionnistes de Darwin et Lamarck, intellectuel proche des milieux scientifiques de son temps, Rosny aîné marque son œuvre romanesque de ce qu’il nomme lui-même dans ses mémoires une « passion poétique pour les sciences ». Dans le sillage du roman scientifique vernien, et nourri des grands récits fantastiques de la fin du siècle, Rosny aîné apparaît dès les dernières années du dix-neuvième siècle comme un auteur majeur de la littérature d’anticipation scientifique. Nous proposons aujourd’hui de revisiter l’œuvre romanesque de Rosny aîné en écartant les questions de généricité pour nous pencher sur une dimension prépondérante de son œuvre pourtant presque ignorée : la temporalité. » Plus d’informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (mars 2017)

3 mars 2017. « La leçon en fiction (XIXe-XXIe) », Paris VII Bibliothèque Seebacher (2ème étage, bâtiment A, Les Grands Moulins), org. Magali Myoupo et Marion Brun. 9h-16h20. Thèmes abordés : « Entreprises pédagogiques dans la fiction », « Didactismes romanesques », « Éthos auctorial et professoral », « Parodies et échecs de la fiction dans la modernité ». Programme sur Fabula.

12 mars 2017. « Technè, techniques et technologie dans l’œuvre de Michel Butor (Thessalonique) »Colloque international à Thessalonique, 17 et 18 Mai 2017 (Αuditorium de la Bibliothèque Centrale). Extrait : « Ce colloque est organisé par le Laboratoire de Littérature Comparée, le Laboratoire de Traduction et de Traitement automatique du langage et la Section de Littérature du Département de Langue et de Littérature Françaises de l’Université Aristote de Thessalonique. […] Souhaitant honorer [la] mémoire [de Michel Butor] suite à sa récente disparition, les deux Laboratoires du Département et la Section de Littérature de Langue et de Littérature Françaises de l’Université Aristote de Thessalonique ont pris l’initiative d’organiser un colloque international dédié aux multiples facettes de cette œuvre prolifique et complexe, voire souvent compliquée puisque expressément protéiforme. » Parmi les axes proposés, « la technologie : urbanisme, transports, architecture ; machines, mécanique ; mobilité et déplacements ; mesure du temps et rythmes ; radiophonie et enregistrements. » Plus d’informations sur Fabula.

Appels à contribution (mars 2017)

1er mars 2017. « Machiner la poésie (sur les lectures appareillées », colloque de l’Université de Bâle, du 5 au 7 octobre 2017 (A.-S. Bories, H. Marchal, G. Purnelle). Extrait : « En 1917, commentant l’essor des nouveaux media, Apollinaire exhortait à « machiner la poésie comme on a machiné le monde ». Cent ans plus tard, la riche métaphore de ce slogan revêt une acuité croissante au regard du surgissement des nouvelles technologies dans les études littéraires. Quel rôle les machines ont-elles pris dans la lecture des textes ? Que nous apprennent-elles sur la mécanique poétique ? Quelles machinations et quelles machineries développons-nous et avec quels résultats ? […] Nous souhaitons réunir pour ce colloque des chercheurs désireux d’exposer les outils informatiques ou statistiques qu’ils développent pour poser des questions de poétique, de métrique et de stylistique. Les appareils n’ayant pas apporté les résultats espérés, pourvu que leur échec nourrisse une réflexion intéressante, sont aussi les bienvenus. » Propositions de 300 mots pour communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

5 mars 2017. « Epoque Emilienne. Philosophie et science (1700-1750) ». Conférence internationale et interdisciplinaire organisée par le centre History of Women Philosophers and Scientists en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, Université de Paderborn, 5-7 avril 2017. « Après 2006 (Potsdam) et 2016 (Hannovre), le groupe de recherches History of Women Philosophers and Scientists organise en 2017, en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, une troisième conférence internationale et interdisciplinaire: Époque Émilienne. Philosophie et Science 1700 – 1750. Le sujet central de la conférence portera sur les relations multiples entre l’histoire de la philosophie et des sciences en France et en Allemagne dans la première moitié du 18e siècle. La nomination de Leibniz comme associé étranger à l’Académie royale des Sciences (1700) et l’élection de Maupertuis au poste de président de la Berliner Sozietät der Wissenschaften (1740) sont, du point de vue de l’histoire des institutions, deux points de référence marquants des échanges intenses entre Paris et Berlin qui ont marqué de manière décisive l’histoire des débuts de la pensée européenne des Lumières. Ces dernières années, on recon! naît de plus en plus l’importance d’Émilie Du Châtelet comme une figure centrale dans ce contexte. Le but de la conférence est de dégager les thématiques centrales de l’Époque Émilienne et de contextualiser l’œuvre philosophique et scientifique d’Émilie Du Châtelet dans ses multiples références biographiques, institutionnelles, dans l’histoire des idées et dans l’histoire de leur réception. Nous serions heureux de recevoir entre autres des contributions sur le débat à propos de la vis viva, sur la réception des monades/êtres simples dans les sciences naturelles, sur la doctrine des principes de la théorie de la connaissance dans la tension entre l’apriorisme et l’empirisme, sur le calcul infinitésimal et sa théorie, sur le débat autour du déterminisme ou encore sur la morale des Lumières et sa critique de la religion. Nous souhaitons un rapport thématique à l’œuvre d’Émilie Du Châtelet, à son environnement intellectuel (Voltaire, Fontenelle, M! aupertuis, Bernoulli, Wolff, Euler) et à sa réception dans l! a pensé e des Lumières en France (La Mettrie, Diderot, l’Encyclopédie), en Allemagne (de Luise Kulmus Gottsched jusqu’au jeune Kant), et dans d’autres pays européens (dont la Grèce et l’Italie). » Proposition environ 100-300 mots email à Ruth Hagengruber [ruth.hagengruber@uni-paderborn] ou à Pascal Delhom [delhom@uni-flensburg.de]. Les soumissions (au format .pdf ou .doc) doivent indiquer le nom de l’auteur et l’adresse de leur institut. Les participants recevront une réponse au plus tard le 12.03.2017. Les langues de la conférence sont l’anglais, l’allemand et le français.

15 mars 2017. « Poétique et organique : vers une épreuve du négatif (XIXe-XXe-XXIe) », colloque des 12 et 13 mai 2017. Comité scientifique : E. Dayre et A.-G. Weber. Extrait : « L’intuition qui préside à cet appel à communications émerge d’un constat et d’une question. D’une part, donc, le constat d’une certaine doxa concernant la poétique romantique et, partant, un certain effacement de cette même question. La poétique romantique, très largement, se fonderait sur l’idée d’unité organique. L’art, la littérature notamment, ne serait plus uniquement l’imitation, la copie de la Nature dans sa forme, mais l’incorporation de, voire l’union avec, sa faculté formatrice (natura naturansBildungsvermögen). […] Cette doxa est ici un moment heuristique et désigne d’ores et déjà une question : qu’en est-il dans le rapport du poétique à l’organique de toutes ces forces « inverses », ou plutôt de cet autre versant constitutif du vivant qui le destine à la mort ? Autrement dit, qu’en est-il d’une expérience ou d’une épreuve du négatif ? » Plus d’informations sur fabula.

27 mars 2017. « Femmes de sciences : quelles conquêtes ? quelles reconnaissances ? » Colloque qui se tiendra à la médiathèque d’Orléans les 14 et 15 sept. 2017. Extrait: « Notre septième session envisage une perspective thématique et diachronique autour des femmes de sciences. De ces savantes dans l’ombre d’un mari chercheur à Rosalind Franklin dont les collaborateurs utilisèrent les travaux à son insu, ce qui leur valut le Nobel en 1962, quel fut/quel est le statut des femmes dans le vaste domaine de la recherche scientifique? Certaines sont dans la lumière comme Emilie du Châtelet ou Marie Curie. Et toutes les autres chercheuses? Au-delà de l’approche biographique, il s’agira de présenter dans nos rencontres leurs recherches trop méconnues, leurs découvertes voire leur originalité. » Plus d’informations sur Fabula.

Séminaire « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines »

Le 28 février 2017, au 5 rue de l’école de médecine (Paris), le séminaire « Sciences et Littérature » de Liliane Campos et Pierre-Louis Patoine reprend autour du thème des « Frontières de l’organisme ». Les séances de 2017 seront consacrées à la microbiologie et aux logiques planétaires dans la littérature, la performance et l’art contemporains.

– 28 février 2017 : « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines ». Présentations et réactions de François-Joseph Lapointe (Université de Montréal), Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace), Eric Bapteste (CNRS), Catherine Larose (CNRS), Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres).

Prochaine date : – 4 mai 2017 : « Logiques planétaires dans la littérature et la performance contemporaines ». Présentations et réactions autour d’une conférence donnée par Bruce Clark (Texas Tech University).

 

EA 4398 PRISMES Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

URL DE RÉFÉRENCE

https://litorg.hypotheses.org

ADRESSE

5, rue de l’école de médecine, Paris

Actualité des colloques, journées, séminaires (février 2017)

14-16 février 2017. « Des mots du savoir aux mots de la fiction : l’écriture du chapitre II de Bouvard et Pécuchet de G. Flaubert », conf. de S. Mangiapane (Bordeaux). Dans le cadre du séminaire « Territoires de la fiction » (équipe TELEM), Stella Mangiapane (Università degli Studi di Messina) donnera une conférence en deux partiesLa première séance aura lieu le 14 février (15h 30-17h 30) salle i 103. La seconde séance aura lieu le 16 février (17h 30-19h 30) salle i 103.

25 février 2017. « Croire au merveilleux scientifique ? » Doctoriales de la SERD, org. Emilie Pézard, université Paris Diderot. 3 communications seront entendues : Manon Amandio (Université Paris-Nanterre) : « Représenter l’irreprésentable : la question du magnétisme dans les Histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe » ; Anne Orset (Université Paris-Sorbonne) : « La profession de foi des Rougon-Macquart : du « merveilleux physiologique » à l’œuvre dans le naturalisme de Zola » ; Clément Hummel (Université de Caen) : « Au-delà des légendes et des superstitions : le rationalisme scientifique de Rosny aîné ». Extrait : « Tandis que l’essor du positivisme semble consacrer la victoire de la raison sur le surnaturel, la seconde moitié du XIXe siècle voit se développer le « merveilleux scientifique », qui représente des phénomènes stupéfiants appartenant pourtant au champ d’étude de la science. Comment pense-t-on alors la contradiction qu’implique cette nouvelle forme de merveilleux alliant extraordinaire et rationalité ? Quelle est la place de la croyance dans la représentation de ces phénomènes invraisemblables mais possibles ? » Informations et programme sur Fabula.

28 février 2017. « La microbiologie dans les pratiques artistiques contemporaines ». L. Campos et P.-L. Patoine, 5 rue de l’école de médecine, Paris. Présentations et réactions de François-Joseph Lapointe (Université de Montréal), Jennifer K. Dick (Université de Haute Alsace), Eric Bapteste (CNRS), Catherine Larose (CNRS), Lia Giraud (Paris Sciences et Lettres).

27 janv.-23 juin 2017 « L’hybride en littérature »

Du 27 janvier au 23 juin 2017, aura lieu à l’UPEC Paris Créteil le séminaire doctoral consacré à « L’Hybride et la littérature », organisé par Agnès Edel-Roy, Julitte Stioui, avec Vincent Ferré (’EA 4395 « Lettres, Idées, Savoirs » (LIS, Université Paris-Est Créteil) et ED « Cultures et Sociétés » (Université de Paris-Est)).

Argumentaire du séminaire (voir la présentation détaillée & l’appel à communications diffusés en août)

Extrait : « Ce séminaire se propose de poursuivre la réflexion récente sur la pertinence de la notion d’hybride (et plus généralement sur la pertinence de l’application d’un paradigme scientifique dans le champ esthétique) en ouvrant le plus largement possible ses champs d’application littéraire. Après une première séance réservée à la présentation théorique de la notion, de l’Antiquité aux théorisations les plus récentes dans le contexte postmoderne, postcolonial et postféministe, deux séances interrogeront la notion d’hybride dans la théorie des genres, dans le cas des deux grands genres protéiformes par excellence : le roman et l’essai. Les deux séances suivantes, par des changements de focale, exploreront la notion d’hybridité à l’échelle microtextuelle, dans le cas particulier du plurilinguisme et des enjeux interculturels qu’il soulève, et à l’échelle de la transdisciplinarité, quand des œuvres littéraires prennent en charge des discours traditionnellement réservés à d’autres champs du savoir (scientifique, urbanisme, etc). Enfin, la journée d’études sera centrée sur l’hybridité intermédiale et intermatérielle, et la manière dont la notion d’hybride permet d’analyser les tentatives d’intégrer dans des textes les modes de représentation d’autres systèmes sémiotiques (la musique, la caricature, le cinéma), ou les expérimentations récentes de la littérature numérique. »

Détail du programme et informations sur Fabula.

Colloque « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle » (25-27 janv. 2017, Paris)

Du 25 au 27 janvier 2017, dans le Grand Amphithéâtre de la Fondation « Maison des Sciences de l’Homme » de Paris, aura lieu le colloque final du programme ANR/DFG BIOLOGRAPHES, sur le sujet « Création littéraire et savoirs du vivant au XIXe siècle ». Informations disponible sur le carnet hypotheses Biolographes.

Programme : Lire la suite

Appels à contribution (février 2017)

6 février 2017. « Le temps du post-humain ? » Journée d’étude Université Paris-Diderot (7), 2 juin 2017. Extrait : « La journée d’étude « Le Temps du posthumain » se veut une journée d’échanges et de débats autour du posthumanisme et de ses manifestations contemporaines. Envisageant le posthumanisme comme un problème esthétique, philosophique, politique ou anthropologique, cette journée d’étude souhaite en explorer ses manifestations dans les arts visuels, la littérature, le cinéma, les jeux vidéo, etc. Quels sont les facteurs qui peuvent être évoqués pour expliquer le développement du posthumanisme ces dernières années ? À travers le constat d’une forte présence de la notion de posthumanisme dans les arts et la littérature, peut-on dire que nous sommes entrés dans une ère du posthumain ? ». Plus d’informations sur Fabula.

15 février 2017« Mutation des mythes. Mythocritique des fictions médiatiques (XIXe-XXe siècles) », Université de Lorraine, Nancy, 30-31 mars 2017, C. Chelebourg. Extrait : « Mythocritique et mythanalyse ont privilégié l’approche du mythe comme trace d’une permanence archétypale dans une actualité culturelle. Le mythe, de ce point de vue, est tout à la fois censé s’adapter aux caprices des modes créatives, et imposer des codes intemporels aux arabesques de l’histoire esthétique. Le point de vue repose sur la double conviction d’une d’une intemporalité et d’une spécificité organique du mythe. Il semble néanmoins que cette perspective critique doive beaucoup au choix des corpus, essentiellement classiques et légitimés, qui ont servi à l’établir. Dès lors que l’on décentre le regard, que l’on s’intéresse aux scènes populaires du XIXe siècle ou aux écrans parodiques de la postmodernité, et les certitudes théoriques volent en éclat. Le mythe est-il homogène ou s’offre-t-il à toutes les combinaisons narratives, à tous les croisements diégétiques ? Y a-t-il une différence ontologique avérée entre mythe, conte et fiction intergénérationnelle ? En d’autres termes, la récurrence de figures comme Cendrillon ou la Belle au Bois Dormant est-elle si différente, sur le plan fonctionnel, de celle d’un dieu comme Hermès ou d’un héros comme Hercule ? Un personnage littéraire comme Pinocchio, qui permet aujourd’hui de penser l’intelligence artificielle, a-t-il beaucoup à envier au panthéon gréco-latin pour ce qui concerne sa capacité à configurer nos systèmes de représentations et de valeurs ? » Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Delille hors de France », Colloque international, Université de Bâle, 25-27 janvier 2018. Extrait : « Si l’on sait que Jacques Delille (1738-1813) fut tenu de son temps pour l’un des plus grands poètes français, sa réception à l’étranger n’a guère été étudiée. Or, elle a été massive et, à l’image d’une onde sismique dont on ne ressentirait pas les effets uniformément selon le lieu et le moment de l’observation, elle a varié dans les différents espaces nationaux à différentes périodes de leur histoire. Par ailleurs, Delille fut l’une des figures de l’Émigration : de 1795 à 1802, il résida en Suisse, en Allemagne et en Angleterre où ses passages furent commentés et documentés, lui offrant notamment l’occasion de rencontrer d’autres créateurs. D’où l’intérêt d’interroger la réception de l’œuvre et de la personne de Delille hors de France. Pour en rendre compte, le colloque abordera cette réception, du vivant de l’auteur et jusqu’à la fin du XIXe siècle, aussi bien dans le domaine de la littérature que dans le reste du champ culturel et artistique. » Org. Hugues Marchal, Timothée Léchot, Nicolas Leblanc. Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Formes d’écriture des savoirs », journée d’étude 12 mai 2017, Atelier de stylistique Styl’lab STIH (Sens, Texte Informatique, Histoire), EA 4509.E. Hernandez, A. Sanchez ; O. Averyanov, F. Picard. Extrait : « Cette journée d’étude sera l’occasion d’échanger et débattre autour de l’écriture des savoirs sous toutes ses formes. Nous recherchons une multiplicité des approches, qu’elles soient historiques, stylistiques ou encore linguistiques. Qu’est-ce que l’écriture des savoirs ? Comment s’articule savoir scientifique et savoir pratique ? Qu’est-ce que l’écrit scientifique au Moyen Âge, à l’âge classique et de nos jours ? L’écriture du savoir est soumise à des règles et des contraintes, pérennisées à travers les textes, mais aussi en constante mutation, suivant les mouvements d’évolution des sciences elles-mêmes. Ces écrits, relais d’une représentation du monde, dépendent aussi du contexte social, économique et/ou politique dans lequel ils se réalisent. Peut-on parler d’un style scientifique ? À l’inverse, quelle est la place de la science et des savoirs dans l’écriture littéraire ? » Plus d’informations sur Fabula.

Actualité des colloques, journées, séminaires (Janvier 2017)

27 janvier 2017. « Léonard de Vinci écrivain, entre arts & sciences« , Maison de la recherche, Paris. Informations et programme sur Fabula. « On enquêtera sur le rapport de Léonard à l’écriture, en considérant que celle-ci constitue l’entrée par laquelle on peut éclairer l’ensemble de son œuvre et de son parcours. Pour aborder les Carnets, qui sont des notes à usage privé consignées dans des dizaines de manuscrits, il s’impose de tenir compte de la production graphique et picturale de Léonard, c’est-à-dire de son rapport à l’image. »

27 janvier 2017. Séminaire Interlangues Science fiction et récits brefs (IRPAL), université Jean Jaurès, org. Yves Iehl et Jean Nimis. Intervenant : Simon Bréan (Université Paris Sorbonne), « Points chauds, de Laurent Genefort, sur la logique du fix-up (avec des élément de réflexion sur le dispositif pseudo-documentaire dans Aliens mode d’emploi, accolé dans l’édition de poche)« .

« Littérature et savoirs du vivant », Revue Arts et savoirs(dir. Gisèle Séginger)

« Littérature et savoirs du vivant« , numéro dirigé par Gisèle Séinger

in Arts et savoirs (revue en ligne) 7/2016.

Extrait : « Ce numéro – issu du programme de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris « Littérature et savoirs du vivant – XIXe-XXe siècle » – s’interroge sur la formation et la circulation interdisciplinaires des savoirs du vivant. Nous avons orienté nos investigations dans deux directions : d’une part le rapport entre les formes de vie et les formes esthétiques, tant dans les réflexions théoriques sur la morphogenèse des formes esthétiques, que dans la pratique et l’écriture scientifique ou dans l’expérience poétique ; d’autre part le rapport entre la logique du vivant et la logique du temps historique. Dans ce second cas, on voit comment certaines interrogations, par exemple sur le rythme du temps – évolution ou révolution ? – traversent des champs différents, comment la littérature peut prendre en charge ce débat grâce à ses potentialités critiques, ou comment certains rêves, certaines angoisses sur le sens du mouvement – palingénésie ou dégénérescence ? – sont à l’origine de spéculations poético-philosophiques, ou le cas échéant d’idéologèmes qui circulent de la médecine et des sciences sociales à la littérature. »

Textes intégralement disponibles sur http://aes.revues.org.

Lire la suite