Appels à contribution (février 2017)

6 février 2017. « Le temps du post-humain ? » Journée d’étude Université Paris-Diderot (7), 2 juin 2017. Extrait : « La journée d’étude « Le Temps du posthumain » se veut une journée d’échanges et de débats autour du posthumanisme et de ses manifestations contemporaines. Envisageant le posthumanisme comme un problème esthétique, philosophique, politique ou anthropologique, cette journée d’étude souhaite en explorer ses manifestations dans les arts visuels, la littérature, le cinéma, les jeux vidéo, etc. Quels sont les facteurs qui peuvent être évoqués pour expliquer le développement du posthumanisme ces dernières années ? À travers le constat d’une forte présence de la notion de posthumanisme dans les arts et la littérature, peut-on dire que nous sommes entrés dans une ère du posthumain ? ». Plus d’informations sur Fabula.

15 février 2017« Mutation des mythes. Mythocritique des fictions médiatiques (XIXe-XXe siècles) », Université de Lorraine, Nancy, 30-31 mars 2017, C. Chelebourg. Extrait : « Mythocritique et mythanalyse ont privilégié l’approche du mythe comme trace d’une permanence archétypale dans une actualité culturelle. Le mythe, de ce point de vue, est tout à la fois censé s’adapter aux caprices des modes créatives, et imposer des codes intemporels aux arabesques de l’histoire esthétique. Le point de vue repose sur la double conviction d’une d’une intemporalité et d’une spécificité organique du mythe. Il semble néanmoins que cette perspective critique doive beaucoup au choix des corpus, essentiellement classiques et légitimés, qui ont servi à l’établir. Dès lors que l’on décentre le regard, que l’on s’intéresse aux scènes populaires du XIXe siècle ou aux écrans parodiques de la postmodernité, et les certitudes théoriques volent en éclat. Le mythe est-il homogène ou s’offre-t-il à toutes les combinaisons narratives, à tous les croisements diégétiques ? Y a-t-il une différence ontologique avérée entre mythe, conte et fiction intergénérationnelle ? En d’autres termes, la récurrence de figures comme Cendrillon ou la Belle au Bois Dormant est-elle si différente, sur le plan fonctionnel, de celle d’un dieu comme Hermès ou d’un héros comme Hercule ? Un personnage littéraire comme Pinocchio, qui permet aujourd’hui de penser l’intelligence artificielle, a-t-il beaucoup à envier au panthéon gréco-latin pour ce qui concerne sa capacité à configurer nos systèmes de représentations et de valeurs ? » Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Delille hors de France », Colloque international, Université de Bâle, 25-27 janvier 2018. Extrait : « Si l’on sait que Jacques Delille (1738-1813) fut tenu de son temps pour l’un des plus grands poètes français, sa réception à l’étranger n’a guère été étudiée. Or, elle a été massive et, à l’image d’une onde sismique dont on ne ressentirait pas les effets uniformément selon le lieu et le moment de l’observation, elle a varié dans les différents espaces nationaux à différentes périodes de leur histoire. Par ailleurs, Delille fut l’une des figures de l’Émigration : de 1795 à 1802, il résida en Suisse, en Allemagne et en Angleterre où ses passages furent commentés et documentés, lui offrant notamment l’occasion de rencontrer d’autres créateurs. D’où l’intérêt d’interroger la réception de l’œuvre et de la personne de Delille hors de France. Pour en rendre compte, le colloque abordera cette réception, du vivant de l’auteur et jusqu’à la fin du XIXe siècle, aussi bien dans le domaine de la littérature que dans le reste du champ culturel et artistique. » Org. Hugues Marchal, Timothée Léchot, Nicolas Leblanc. Plus d’informations sur Fabula.

28 février 2017. « Formes d’écriture des savoirs », journée d’étude 12 mai 2017, Atelier de stylistique Styl’lab STIH (Sens, Texte Informatique, Histoire), EA 4509.E. Hernandez, A. Sanchez ; O. Averyanov, F. Picard. Extrait : « Cette journée d’étude sera l’occasion d’échanger et débattre autour de l’écriture des savoirs sous toutes ses formes. Nous recherchons une multiplicité des approches, qu’elles soient historiques, stylistiques ou encore linguistiques. Qu’est-ce que l’écriture des savoirs ? Comment s’articule savoir scientifique et savoir pratique ? Qu’est-ce que l’écrit scientifique au Moyen Âge, à l’âge classique et de nos jours ? L’écriture du savoir est soumise à des règles et des contraintes, pérennisées à travers les textes, mais aussi en constante mutation, suivant les mouvements d’évolution des sciences elles-mêmes. Ces écrits, relais d’une représentation du monde, dépendent aussi du contexte social, économique et/ou politique dans lequel ils se réalisent. Peut-on parler d’un style scientifique ? À l’inverse, quelle est la place de la science et des savoirs dans l’écriture littéraire ? » Plus d’informations sur Fabula.


Ce contenu a été publié dans Appels à contribution et appels d'offre par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *