Appels à contribution (mars 2017)

1er mars 2017. « Machiner la poésie (sur les lectures appareillées », colloque de l’Université de Bâle, du 5 au 7 octobre 2017 (A.-S. Bories, H. Marchal, G. Purnelle). Extrait : « En 1917, commentant l’essor des nouveaux media, Apollinaire exhortait à « machiner la poésie comme on a machiné le monde ». Cent ans plus tard, la riche métaphore de ce slogan revêt une acuité croissante au regard du surgissement des nouvelles technologies dans les études littéraires. Quel rôle les machines ont-elles pris dans la lecture des textes ? Que nous apprennent-elles sur la mécanique poétique ? Quelles machinations et quelles machineries développons-nous et avec quels résultats ? […] Nous souhaitons réunir pour ce colloque des chercheurs désireux d’exposer les outils informatiques ou statistiques qu’ils développent pour poser des questions de poétique, de métrique et de stylistique. Les appareils n’ayant pas apporté les résultats espérés, pourvu que leur échec nourrisse une réflexion intéressante, sont aussi les bienvenus. » Propositions de 300 mots pour communications de 25 mn. Plus d’informations sur Fabula.

5 mars 2017. « Epoque Emilienne. Philosophie et science (1700-1750) ». Conférence internationale et interdisciplinaire organisée par le centre History of Women Philosophers and Scientists en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, Université de Paderborn, 5-7 avril 2017. « Après 2006 (Potsdam) et 2016 (Hannovre), le groupe de recherches History of Women Philosophers and Scientists organise en 2017, en coopération avec la Société de Philosophie de Langue Française en Allemagne, une troisième conférence internationale et interdisciplinaire: Époque Émilienne. Philosophie et Science 1700 – 1750. Le sujet central de la conférence portera sur les relations multiples entre l’histoire de la philosophie et des sciences en France et en Allemagne dans la première moitié du 18e siècle. La nomination de Leibniz comme associé étranger à l’Académie royale des Sciences (1700) et l’élection de Maupertuis au poste de président de la Berliner Sozietät der Wissenschaften (1740) sont, du point de vue de l’histoire des institutions, deux points de référence marquants des échanges intenses entre Paris et Berlin qui ont marqué de manière décisive l’histoire des débuts de la pensée européenne des Lumières. Ces dernières années, on recon! naît de plus en plus l’importance d’Émilie Du Châtelet comme une figure centrale dans ce contexte. Le but de la conférence est de dégager les thématiques centrales de l’Époque Émilienne et de contextualiser l’œuvre philosophique et scientifique d’Émilie Du Châtelet dans ses multiples références biographiques, institutionnelles, dans l’histoire des idées et dans l’histoire de leur réception. Nous serions heureux de recevoir entre autres des contributions sur le débat à propos de la vis viva, sur la réception des monades/êtres simples dans les sciences naturelles, sur la doctrine des principes de la théorie de la connaissance dans la tension entre l’apriorisme et l’empirisme, sur le calcul infinitésimal et sa théorie, sur le débat autour du déterminisme ou encore sur la morale des Lumières et sa critique de la religion. Nous souhaitons un rapport thématique à l’œuvre d’Émilie Du Châtelet, à son environnement intellectuel (Voltaire, Fontenelle, M! aupertuis, Bernoulli, Wolff, Euler) et à sa réception dans l! a pensé e des Lumières en France (La Mettrie, Diderot, l’Encyclopédie), en Allemagne (de Luise Kulmus Gottsched jusqu’au jeune Kant), et dans d’autres pays européens (dont la Grèce et l’Italie). » Proposition environ 100-300 mots email à Ruth Hagengruber [ruth.hagengruber@uni-paderborn] ou à Pascal Delhom [delhom@uni-flensburg.de]. Les soumissions (au format .pdf ou .doc) doivent indiquer le nom de l’auteur et l’adresse de leur institut. Les participants recevront une réponse au plus tard le 12.03.2017. Les langues de la conférence sont l’anglais, l’allemand et le français.

15 mars 2017. « Poétique et organique : vers une épreuve du négatif (XIXe-XXe-XXIe) », colloque des 12 et 13 mai 2017. Comité scientifique : E. Dayre et A.-G. Weber. Extrait : « L’intuition qui préside à cet appel à communications émerge d’un constat et d’une question. D’une part, donc, le constat d’une certaine doxa concernant la poétique romantique et, partant, un certain effacement de cette même question. La poétique romantique, très largement, se fonderait sur l’idée d’unité organique. L’art, la littérature notamment, ne serait plus uniquement l’imitation, la copie de la Nature dans sa forme, mais l’incorporation de, voire l’union avec, sa faculté formatrice (natura naturansBildungsvermögen). […] Cette doxa est ici un moment heuristique et désigne d’ores et déjà une question : qu’en est-il dans le rapport du poétique à l’organique de toutes ces forces « inverses », ou plutôt de cet autre versant constitutif du vivant qui le destine à la mort ? Autrement dit, qu’en est-il d’une expérience ou d’une épreuve du négatif ? » Plus d’informations sur fabula.

27 mars 2017. « Femmes de sciences : quelles conquêtes ? quelles reconnaissances ? » Colloque qui se tiendra à la médiathèque d’Orléans les 14 et 15 sept. 2017. Extrait: « Notre septième session envisage une perspective thématique et diachronique autour des femmes de sciences. De ces savantes dans l’ombre d’un mari chercheur à Rosalind Franklin dont les collaborateurs utilisèrent les travaux à son insu, ce qui leur valut le Nobel en 1962, quel fut/quel est le statut des femmes dans le vaste domaine de la recherche scientifique? Certaines sont dans la lumière comme Emilie du Châtelet ou Marie Curie. Et toutes les autres chercheuses? Au-delà de l’approche biographique, il s’agira de présenter dans nos rencontres leurs recherches trop méconnues, leurs découvertes voire leur originalité. » Plus d’informations sur Fabula.


Ce contenu a été publié dans Appels à contribution et appels d'offre par Elsa Courant. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Elsa Courant

Doctorante (2013-?) à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Bâle, sous la direction d’Isabelle Pantin et Hugues Marchal. Titre provisoire de la thèse : “Poésie et cosmologie dans la deuxième moitié du XIXème siècle. Nouvelle mythologie de la nuit à l’ère du positivisme.” Informations académiques disponibles sur : https://ens.academia.edu/ElsaCourant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *